Souleymane Bachir Diagne, philosophe sénégalais


Rédigé le Samedi 13 Avril 2013 à 22:25 | Lu 251 fois | 0 commentaire(s)


Souleymane Bachir Diagne est un philosophe sénégalais. Il a obtenu son doctorat de l'Université Paris I Sorbonne, en France, avec une thèse intitulée Philosophie symbolique et algèbre de logique (Philosophie symbolique et algèbre logique). Il a enseigné dans de nombreuses universités, inc; uding Université Cheikh Anta Diop de Dakar, le Sénégal et le Nord-Ouest Evanston University, USA. Il enseigne actuellement à l'Université de Columbia, Etats-Unis.


Souleymane Bachir Diagne, philosophe sénégalais
Souleymane Bachir Diagne est un co-directeur du Ethiopiques, un journal sénégalais sur la littérature et la philosophie. Il est membre du comité de rédaction de plusieurs revues prestigieuses. Il s'agit notamment de la Revue d'histoire des mathématiques qui est publié par la Société des mathématiques de France, et de Présence africaine et Diogène publié par l'UNESCO Conseil international des sciences Philosophie et social. Il était une fois le Président du Comité scientifique du CODESRIA, et demeure un membre actif de l'institution. Il a également été membre du Comité africain et malgache supérieur coulée enseignement l'(CAMES) et de l'UNESCO Conseil du Futur.
En 2005, Souleymane Bachir Diagne a été nommé comme l'un des penseurs les plus vingt-cinq dans le monde par Le Nouvel Observateur (Paris).
Professeur Diagne a de nombreuses publications à son actif dans les domaines de l'histoire de la logique et de la philosophie, en particulier en Afrique et dans le monde islamique. Il a été grandement inspiré par Gaston Berger, ce qui a donné lieu à deux de ses publications - Gaston Berger: Introduction à la philosophie de l'avenir (1997) et Reconstruire le sens. Textes et enjeux de prospectives africaines (2001). Ses intérêts de recherche actuels se concentrent sur les défis modernes tels que: identité et appartenance, L'Univers et le pluralisme, d'ouverture à l'Autre et Dieu, Modernité et Traditions. Par récemment revisiter les pensées de Muhammad Iqbal, Léopold Sédar Senghor, Henri Bergson et Kwasi Wiredu, Souleymane Bachir Diagne souligne la nécessité de la pensée intellectuelle qui nous permet d'aller au-delà de l'exclusion et de l'intolérance de construire une société ouverte. Ceci est bien articulé dans ses deux publications récentes: Islam et l'Open Society, Fidelity et mouvement dans la philosophie de Muhammad Iqbal (2010), l'art africain comme philosophie: Senghor, Bergson et l'idée de la négritude (2011).



Dans la même rubrique :
< >