Un plan Marshall pour l'Afrique


Rédigé le Mardi 20 Février 2024 à 11:40 | Lu 546 fois | 0 commentaire(s)




Un plan Marshall pour l'Afrique
L'Afrique pourrait être la principale source de croissance économique mondiale au cours des cinquante prochaines années. Mais, au cours de cette même période, le continent pourrait également déclencher la prochaine grande guerre européenne.
Un plan Marshall pour l'Afrique
Goldman Sachs prévoit   que le PIB de l'Afrique passera d'environ 3 000 milliards de dollars aujourd'hui à 44 000 milliards de dollars en 2075, sa part dans le PIB mondial passant de 3 % à 11 %. Cette augmentation ferait du continent l'un des principaux moteurs de la croissance mondiale, surpassé seulement par l'Inde, dont le PIB devrait augmenter de 46 000 milliards de dollars au cours de la même période. Pour mettre cela en perspective, entre 2030 et 2075, le modèle de Goldman Sachs prévoit que le PIB chinois augmentera de 8 500 milliards de dollars de moins, et le PIB des États-Unis de 16 500 milliards de dollars de moins, que celui de l'Afrique.

En fait, d'ici 2075, le Nigeria devrait devenir la cinquième économie mondiale, avec un PIB de 13 000 milliards de dollars, et l'Égypte la septième, avec un PIB de plus de 10 000 milliards de dollars. L'Éthiopie devrait quant à elle se classer au 17e rang, tandis que l'Afrique du Sud reste aux alentours du 25e rang, avec des PIB respectifs de plus de 6 000 et 3 000 milliards de dollars.
Dans le même temps, la population africaine devrait passer de 1,4 milliard aujourd'hui à 3,3 milliards en 2075, ce qui représenterait 32 % de la population mondiale, contre 18 % aujourd'hui, selon le rapport 2022 des Nations unies sur les perspectives de la population mondiale.

Deux conclusions peuvent être tirées de tout cela. Premièrement, d'ici 2075, près d'un tiers de la population mondiale devra se partager 11 % du PIB mondial. Bien que cela représente une amélioration par rapport à la situation actuelle, cela implique que les pays africains auront encore du mal à nourrir, habiller et fournir un revenu à tous leurs habitants, ce qui déclenchera probablement une explosion de l'immigration vers l'Europe. Deuxièmement, une petite partie de la société africaine bénéficiera de manière disproportionnée de cette période de création de richesses, tandis que de larges segments de la population resteront très probablement dans la pauvreté, ce qui impliquera une augmentation des inégalités et un risque croissant de troubles sociaux.

Certes, le dividende démographique de l'Afrique représente une immense opportunité pour les investisseurs, en particulier dans les secteurs de la technologie, de la consommation, de l'énergie propre, de l'agriculture, des infrastructures et de la fintech. Mais le risque d'une catastrophe humanitaire augmente chaque jour, car de plus en plus de personnes sont confrontées à la pauvreté, au chômage et à des conflits violents.

Le continent est en fait une bombe à retardement. Les conditions économiques mondiales post-pandémie, notamment la hausse du coût du capital, l'inflation galopante et les hausses de taux d'intérêt, ont durement touché les pays africains, fermant les marchés des capitaux à la plupart des émetteurs africains. Les défaillances de la Zambie, du Ghana et, plus récemment, de l'Éthiopie sont les signes avant-coureurs d'une crise de la dette souveraine, qui n'a été compensée que par l'émission obligataire réussie   de la Côte d'Ivoire en janvier. L'envolée des rendements et le mur de dettes   arrivant à échéance dans des pays comme le Kenya et l'Angola sont tout aussi inquiétants. En conséquence, ces pays ont été contraints de réduire les dépenses publiques à l'extrême et d'augmenter les impôts, ce qui a aggravé les conditions sociales et commerciales.

En outre, les fluctuations des taux de change, qui ont contribué à l'effondrement spectaculaire   du naira au Nigeria, ont resserré les conditions financières, réduit l'offre de dollars et rendu difficile pour les entreprises le service des dettes en devises étrangères et le rapatriement de leurs revenus en dollars. Alors que les crises humanitaires et de la dette souveraine se multiplient et que les conditions commerciales se détériorent, la démocratie multipartite sur le continent a commencé à s'effondrer, comme en témoigne la récente série de coups d'État militaires   en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale.

La situation actuelle a déjà entraîné une forte augmentation des migrations. En septembre dernier, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a indiqué que plus de 2 500 personnes   étaient mortes ou portées disparues en tentant de traverser la Méditerranée pour se rendre en Europe au cours des neuf premiers mois de l'année 2023, et que beaucoup d'autres avaient péri avant d'atteindre la côte. Au cours de la même période, 130 000 migrants, souvent partis de Tunisie ou de Libye, ont débarqué en Italie.

Ces chiffres augmenteront fortement si la croissance démographique de l'Afrique ne s'accompagne pas d'une amélioration des conditions économiques. Il est inquiétant de constater que les prévisions   actuelles du Fonds monétaire international font état d'une croissance du PIB d'environ 4 % en Afrique subsaharienne pour les deux prochaines années, ce qui est bien en deçà des tendances à long terme. L'afflux actuel de migrations massives vers des pays européens tels que l'Italie, l'Espagne et la Grèce n'est peut-être qu'un début.

L'impact des migrations africaines sur la politique intérieure des pays européens est déjà perceptible dans la popularité   croissante des partis de droite anti-immigration sur le continent. Les secousses politiques que l'immigration africaine massive déclencherait dans toute l'Europe au cours des prochaines décennies pourraient même conduire à la montée du fascisme. Pour éviter ce scénario cauchemardesque, les décideurs politiques doivent agir maintenant.

Renvoyer les demandeurs d'asile sur le continent – comme l'envisage l'accord controversé d'expulsion conclu par le Royaume-Uni avec le Rwanda – ne mettra pas fin aux migrations (et, surtout, ne respecte pas les normes en matière de droits de l'homme). La seule solution consiste à résoudre les problèmes structurels qui affligent l'Afrique. Cela signifie qu'il faut soutenir diverses initiatives africaines locales, notamment l'accord de libre-échange continental africain, des outils innovants de financement des infrastructures et des missions de paix et de sécurité.

La communauté internationale devrait envisager la mise en œuvre d'un plan Marshall global pour l'Afrique, sous l'égide du G20. En mobilisant des financements à grande échelle, en stimulant le commerce, en investissant dans des initiatives de renforcement des capacités et en fournissant un soutien militaire et sécuritaire, le G20 pourrait collaborer avec l'Union africaine et les principaux pays africains pour accélérer la croissance économique, promouvoir le développement humain et garantir la stabilité sociale sur le continent.

Pour qu'un tel plan fonctionne, les États-Unis, les pays européens et la Chine doivent s'unir pour concevoir, négocier et mettre en œuvre cette initiative. Un effort conjoint est nécessaire pour réaliser une transformation structurelle, car les meilleures intentions des pays individuels ne suffiront pas à résoudre les problèmes économiques, sociaux et politiques de l'Afrique. À défaut, les problèmes du continent finiront par déclencher une conflagration mondiale qui affectera l’Europe au premier chef.
Un plan Marshall pour l'Afrique, sous l'égide du G20, pourrait contribuer à apporter des solutions durables aux plus grands défis du continent. Associé à des initiatives locales et à la croissance annuelle du PIB de près de 1 000 milliards de dollars prévue par Goldman Sachs, il pourrait constituer l'incitation nécessaire pour mobiliser les investissements massifs du secteur privé dont le continent a besoin.

Colin Coleman, ancien associé de Goldman Sachs, est professeur adjoint à la Columbia Business School.
© Project Syndicate 1995–2024
 



Source : https://www.lejecos.com/Un-plan-Marshall-pour-l-Af...
 
 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


LERAL TV CANAL 33 SENEGAL


Facebook

Publicité





google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0 smartadserver.com, 1097, DIRECT