google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


Macky Sall sur le rapport des américains « C’est la presse (sénégalaise) qui raconte n’importe quoi … ».


Rédigé le Mardi 22 Septembre 2020 à 00:49 | Lu 207 fois | 0 commentaire(s)




Le président Macky Sall n’a pas apprécié le traitement par une partie de la presse sénégalaise du rapport dressé par les États-Unis d’Amérique sur le climat des affaires au Sénégal, notamment sur la corruption, la Justice et autres. Dans des propos rapportés par Dakaractu, le chef de l’Etat a soutenu que « les Américains n’ont pas critiqué, c’est une partie de la presse (sénégalaise) qui raconte n’importe quoi sur ce rapport ».

« Les Américains eux-mêmes sont surpris que la presse sénégalaise donne un tel traitement à ce rapport, c’est-à-dire qu’on prend une cravache et on se la frappe tout seul et on pense qu’on fait mal au président de la République ou à son gouvernement, c’est qu’on a rien compris. Le Sénégal est un pays de destination en matière d’investissement, nous ne disons pas que nous avons tout fait, mais nous sommes fiers de ce qui est fait dans ce pays », a dit le chef de l’Etat.

Pour lui, « les Américains n’ont pas critiqué, c’est une partie de la presse qui raconte n’importe quoi sur ce rapport. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise? Vous lisez A, vous dites que c’est Z, ça on n’y peut rien. Des gens ont décidé de saboter le pays c’est leurs responsabilités. Ce n’est pas ça qui va nous arrêter puisque les résultats sont tangibles… », a-t-il regretté.

Avant d’ajouter : « le Sénégal est un pays qui attire et nous faisons ces efforts au quotidien. Il y a des gens qui nous poussent vers le bas parce que c’est leur choix. Ils pensent qu’ils détruiront le Sénégal, ils se détruiront tout seuls. Et c’est dommage que ce soit nous les Sénégalais qui crachons sur nos résultats… »

Selon senenews, pour baliser le terrain à leurs chefs d’entreprises voulant investir ailleurs dans le monde, chaque année, le département d’Etat américain a passé au scanner le climat des affaires dans les pays où il a une représentation diplomatique. Les fruits de leurs investigations sont consignés dans le rapport annuel intitulé «Investment Climate Statements». Et pour le Sénégal, les auteurs du document ont dressé un diagnostic sans complaisance.

Sur la corruption, le département d’Etat américain a rappelé, dans son document, la mise en place de  l’Ofnac dont l’objet est de faire appliquer les lois anti-corruption. Il a rappelé qu’une loi sur la déclaration de patrimoine a aussi été mise en place par les autorités du pays et «l’administration actuelle a lancé des enquêtes de corruption contre plusieurs fonctionnaires (principalement les rivaux politiques du président) et a obtenu des condamnations.» L’Etat a  également pris des «mesures pour accroître la transparence budgétaire conformément aux normes régionales», saluent-ils.

«Des pratiques de corruption en toute impunité»

Mais, malgré tous ces actes posés, les efforts du gouvernement dans la lutte contre la corruption ont été jugés faibles par les américains. «Malgré la réputation positive du Sénégal pour la corruption, par rapport à ses pairs régionaux, le gouvernement n’a souvent pas appliqué la loi de manière efficace et les fonctionnaires ont continué à se livrer à des pratiques de corruption en toute impunité. Les rapports de corruption allaient de la recherche de rente par les bureaucrates impliqués dans les approbations publiques, aux marchés publics opaques, à la corruption dans la police et la justice. Certains hauts fonctionnaires de l’administration du président Sall seraient impliqués dans des relations de corruption», indique le département d’Etat.

Immixtion de l’Exécutif dans le Judiciaire

Les USA conseillent à leurs entreprises implantées au Sénégal, ou aux investisseurs américains désirant investir dans le pays, d’évaluer les risques de corruption et développer un programme de conformité efficace ou des mesures pour prévenir et détecter la corruption : «Les entreprises américaines opérant au Sénégal peuvent souligner à leurs interlocuteurs au Sénégal qu’elles sont soumises au Foreign Corrupt Practices Act (FCPA) aux États-Unis et peuvent envisager de demander un conseil juridique pour assurer le respect des lois anti-corruption aux États-Unis et au Sénégal», leur suggère-t-il.

Sur le plan judiciaire, le rapport rappelle que la constitution du Sénégal exige que le pouvoir judiciaire fonctionne indépendamment du législatif et de l’exécutif. Mais, il signale que «l’exécutif exerce fréquemment une influence, en particulier dans les affaires pénales de grande envergure». le département précise, cependant, qu’en matière commerciale, ce type d’influence est rare. «Certains investisseurs étrangers signalent cependant un traitement discriminatoire par les tribunaux locaux», lit-on dans le rapport.

Pressafrik




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


LERAL TV CANAL 33 SENEGAL


Facebook

Publicité





google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0 smartadserver.com, 1097, DIRECT