google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


Après les manifestations réprimées dans le sang au Nigeria, la tension ne faiblit pas


Rédigé le Jeudi 22 Octobre 2020 à 16:51 | Lu 253 fois | 0 commentaire(s)




La situation restait extrêmement tendue, mercredi 21 octobre à Lagos, au lendemain de la répression de manifestations pacifiques qui a fait 12 morts selon Amnesty International.

La tentaculaire Lagos s'était vidée de ses 20 millions d'habitants, priés de rester chez eux alors qu'un couvre-feu total a été imposé. Mais dans certains quartiers, de nouvelles violences ont éclaté entre forces de l'ordre et jeunes qui refusaient de respecter ce couvre-feu. Plusieurs coups de feu ont été tirés à différents endroits de la ville, selon des témoins à l'AFP.

Un jeune homme de 24 ans est décédé dans une ambulance qui le transportait à l'hôpital, bloquée par les forces de l'ordre à cause d'affrontements, ont affirmé sur Twitter deux figures de la contestation qui coordonnent l'envoi de secours aux manifestants, Moe Odele et Feyikemi Abudu.

Le siège d'une station de télévision, connue pour ses liens avec un éminent politicien du parti au pouvoir, a aussi été incendié, ainsi qu'une importante station de bus et de nombreux autres bâtiments privés et publics.

"Tuer sans se soucier des conséquences"

Mardi, dix personnes sont mortes au péage de Lekki, dans le sud de Lagos, où l'armée a ouvert le feu sur des milliers de manifestants aux alentours de 19 h, selon l'ONG de défense des droits humains. À Alausa, un quartier du centre de Lagos où un autre rassemblement pacifique avait été organisé, au moins deux manifestants ont été tués, et un autre gravement blessé, par des tirs des forces de l'ordre, ajoute l'organisation.

"Les soldats avait clairement une intention, tuer sans se soucier des conséquences", accuse Osai Ojigho, directeur de Amnesty International au Nigeria. "Ceux tués ou blessés lors de ces deux rassemblements ont été emmenés par les militaires", affirme l'ONG.

 



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


LERAL TV CANAL 33 SENEGAL


Facebook

Publicité





google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0 smartadserver.com, 1097, DIRECT