Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


Comité des droits de l’homme des NU : le communiqué du collectif des avocats de Karim Wade


Rédigé le Vendredi 16 Novembre 2018 à 13:14 | Lu 79 fois | 0 commentaire(s)




Comité des droits de l’homme des NU : le communiqué du collectif des avocats de Karim Wade
COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DES AVOCATS 

DE KARIM WADE
 

Les avocats de Karim Wade expriment leur grande satisfaction après la 
décision du Comité des droits de l’homme des Nations Unies du 22 octobre 
2018. 

Le Comité a considéré que l’arrêt de la Cour de répression de 
l’enrichissement illicite (CREI) du 23 mars 2015, qui a condamné Karim 
WADE à un emprisonnement et une amende tous deux extravagants, viole 
l’article 14.5 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 
1966, signé et ratifié par le Sénégal. 

Cet article ouvre à toute personne déclarée coupable d’une infraction le droit 
de faire réexaminer la déclaration de sa culpabilité et sa condamnation par 
une juridiction supérieure. C’est une obligation impérative pour les États. 

Le Comité constate que la Cour suprême du Sénégal, qui était la seule 
juridiction pouvant être saisie par Karim Wade d’un recours contre l’arrêt de 
la CREI, s’est bornée à examiner des aspects formels ou des questions de 
pur droit, sans exercer le moindre contrôle effectif sur les faits allégués pour 
motiver la condamnation. Il en déduit que Karim Wade a été privé d’un droit 
fondamental qui lui est solennellement reconnu par le Pacte international. Le 
Comité ordonne à l’État du Sénégal d’assurer à Karim WADE un «recours 
utile». 

Ainsi, la décision du Comité des droits de l’homme retire toute valeur et toute 
portée à l’arrêt de la CREI et de la Cour Suprême, qui se retrouve sans effet. 
Les autorités sénégalaises ne pourront plus invoquer cet arrêt pour s’opposer 
à l’inscription sur les listes électorales de Karim Wade, candidat à l’élection 
présidentielle du 24 février 2019. Le prétexte invoqué pour interdire à Karim 
Wade de participer à cette élection vole en éclats. 

Après la Cour de justice de la CEDEAO, après le Groupe de travail des 
Nations Unies qui avait déclaré arbitraire la détention de Karim Wade, après 
la justice française qui s’était opposée à la spoliation de ses biens, c’est un 
nouveau camouflet qui est ainsi infligé par une institution internationale aux 
autorités sénégalaises dans leurs manœuvres visant à écarter Karim Wade 
de l’élection présidentielle au point de cacher cette décision au peuple 
sénégalais alors que le Comité leur a demandé de la publier et de la porter à 
la connaissance de l’opinion nationale et internationale. 

Fait à Dakar, le 15 novembre 2018 
Le Collectif des Avocats
 
 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 27 Juin 2020 - 22:10 C’était Pap Malick!



google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0 smartadserver.com, 1097, DIRECT