Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


CHRONIQUE D’UN KOUNGHEULOIS : « Le Koungheulois lambda est d’une hypocrisie tellement remarquable qu’il pourrait marcher les pieds nus sur du feu ardent et prétendre qu’il ne brûle pas »


Rédigé le Mardi 11 Octobre 2016 à 19:37 | Lu 137 fois | 0 commentaire(s)



Veuillez tout d’abord, excuser l’absence notée de votre Rubrique « CHRONIQUE D’UN KOUNGHEULOIS » qui, pour une raison implicite mais dont les contours sont connus de tous, s’est abstenu pendant tout ce temps à se mettre à sa traditionnelle analyse de la vie sociale, économique et politique de ce si pauvre Bambouck.


CHRONIQUE D’UN KOUNGHEULOIS : « Le Koungheulois lambda est d’une hypocrisie tellement remarquable qu’il pourrait marcher les pieds nus sur du feu ardent et prétendre qu’il ne brûle pas »

Suite à la dernière chronique, il m’est apparu deux évidences plus indiscutables l’une que l’autre :

Premièrement, à Koungheul les instances dirigeantes sont réfractaires aux suggestions et aiment mieux s’aveugler ou aveugler les autres à marcher dans l’erreur et l’incompétence plutôt qu’à accueillir les remarques qui auraient pu tendre à les rendre plus efficaces et plus efficientes ;

Deuxièmement, le Koungheulois lambda est d’une hypocrisie tellement remarquable qu’il pourrait marcher les pieds nus sur du feu ardent et prétendre qu’il ne brûle pas. La vérité est, aux yeux de tous, connue mais leur discours contourne consciemment le devoir de l’évoquer.

Pour cette dernière évidence et ses manifestations des plus aux moins communes, cette chronique se dressera en étude comportementaliste sur  Koungheul et se résoudra à réaffirmer ce qui me semble la  vérité sinon la grande raison à tout ce que traverse cette ville.

  • L’incapacité de la Mairie à répondre aux besoins des populations, pire leur volonté expresse et aboutie d’expier toutes les ressources de cette commune et de s’en enrichir, eux et leurs proches ;
  • l’ absence de réponses adéquates du Conseil Départemental de Koungheul face aux défis de développement du Département, qui pourraient être dû à un retour des plus inopinés d’un homme qui était parti, depuis plus d’une décennie, avec l’orgueil blessé et dont les raisons du retour demeurent une nébuleuse ou connotent une volonté autre que servir la localité ;
  • le manque de confiance des autorités administratives de Koungheul au système qu’elles dirigent et qu’elles sont censées rendre perspicace en envoyant leurs enfants dans le système éducatif privé ;
  • la pauvreté de la pharmacie du Poste de Santé de Diamaguene due à un bilan scandaleux du Comité de santé sortant ;
  • la pléthore de « jeunes retraités », selon l’expression de l’admirable Mbaye DIENG dit Grec, qui se sont assimilé les pratiques politiques ancestrales ;
  • le recul économique et social significatif de Koungheul ainsi que la pauvreté en structures adéquates aptes à permettre aux Koungheulois de s’épanouir convenablement ;
  • la récurrence de l’occupation abusive de la voie publique constatée ci et là;

Sont autant d’aspects qui auraient pu attirer l’attention de tous et avoir le mérite que tous s’y penchent réellement. Néanmoins, si l’on y prend garde tout ceci est imputable aux caractères des Koungheulois qui, somme toute, méritent leur sort. Comme le dit la vulgaire citation : « chaque peuple n’a que les dirigeants qu’il mérite », et il faut bien croire que Koungheul mérite la pauvreté et l’inertie que les hommes politiques anciens et présents l’ont plongé.

Quand une ville est habitée par des personnes qui préfèrent s’adonner à des commérages, à « discuter des individus » (la préoccupation que Socrate reconnait aux esprits faibles), plutôt qu’à discuter des problèmes qui gangrènent la ville et y apporter des solutions concertantes et de rigueur ; il n’est certes pas étonnant que ceux qui sont chargés conduire à ses destinées peuvent se permettre de faire preuve de gribouillage intellectuel et politique et détourner l’intérêt de toute la communauté dans leur compte bancaire.

Je suis comme dans l’obligation de reprendre cette phrase qui, au temps, avait suscité autant de commentaires : «  Koungheul est une pourriture humaine » et à ce titre on n’a vraiment pas à s’offusquer de l’inertie de nos très indignes dirigeants et du retard du décollage économique de Koungheul.

Qu’on le comprenne, « lou deffou waxou ».



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 27 Juin 2020 - 22:10 C’était Pap Malick!



google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0 smartadserver.com, 1097, DIRECT