google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


Bourdes à répétition, Macky est-il devenu Sall, le gaffeur? Ses capacités en communication en doute


Rédigé le Mardi 22 Septembre 2020 à 14:49 | Lu 189 fois | 0 commentaire(s)



Macky Sall est en train de déprécier sa côte lui-même. Ses bourdes et errements dans ses discours et sorties ont fini de susciter des attaques acerbes venant des différents pans de la société. Sa dernière boulette à Keur Massar a non seulement fait la une des journaux et sites, mais a défrayé la chronique sur les réseaux sociaux. Les investisseurs étrangers doivent recevoir tous les honneurs et avantages s’ils viennent dans une Afrique faible marquée par des violences et des maladies. Ces allégations ont aussi heurté la conscience de bien des panafricanistes et opposants qui n’ont pas manqué de lui rabattre le caquet. Le président de la République semble avoir tellement perdu le nord qu’à chaque fois qu’il parle, il dérape. La presse, la Justice et autres, chacun en prend pour son grade.


Le président sénégalais, Macky Sall est devenu un habitué des grosses bourdes. Chaque fois qu’il communique, il déroute avec des erreurs et des boulettes à tendance fâcheuse.
 
Jeudi passé, lors d’une visite des sinistrés des inondations à Keur Massar, dans la banlieue de Dakar, Macky Sall a encore réussi à être à la risée d’une frange de la population. Une petite phrase lâchée avec son lot de conséquences et de récriminations. «Les pluies ont été fortes. Le Président ne peut pas arrêter le ciel. Il faut aussi que les gens soient raisonnables. Ce qu'on peut faire, c'est mettre des moyens pour diminuer les conséquences », a avancé avec dérision le chef de l’Etat. Une déclaration qui sonne comme une raillerie face à la détresse des populations de la banlieue. Surtout que des Sénégalais ont dénoncé le mépris du président de la République envers les populations des zones inondées à cause de son voyage vers le sommet de la CEDEAO le jour où tout le pays a reçu de fortes précipitations. Et le fait qu’il ait attendu plus de dix jours pour aller au chevet des sinistrés. 
 
Sur facebook, un citoyen du Nom de Ngagne de soutenir «quand on perd la boussole, on navigue vers n'importe quelle direction». Une Sénégalaise, Madina lui, rétorque au chef de l’Etat : «on t'a pas demandé d'arrêter le ciel, mais de respecter les populations démunies et tenir à tes promesses envers elles, c’est ça qu'on attend de toi ».
«Tous ceux qui viennent investir (en Afrique) sont tellement courageux qu’il faut tout leur offrir» 
Ce n’est pas la première fois que Macky Sall s’attire les foudres des Sénégalais. En novembre 2018, lors de la cérémonie d’ouverture de la Conférence africaine sur la divulgation des bénéficiaires réels des entreprises extractives, le Président Macky Sall a fait l’éloge des investisseurs étrangers en ces termes. « Dans un continent affaibli par ses maladies et ses séries de violences, tous ceux qui viennent y investir sont tellement courageux qu’il faut tout leur offrir », avait-il déclaré.
 
Des propos qui ont provoqué l’ire de la classe politiques, des opérateurs économiques et simples citoyens. Parmi les attaques et vague d’indignation les plus vives et acerbes, on note celles du président du parti Rewmi, Idrissa Seck. A travers son compte Facebook, il rectifie Macky Sall en ces termes : «les rapports entre l’Occident et l’Afrique sont des rapports de domination et de pillage. Il incombe à notre génération de mettre un terme à cette tendance et d’inaugurer une ère de coopération gagnant-gagnant, respectueuse de la dignité et de la souveraineté africaine».  
«Le dessert des régiments des tirailleurs sénégalais… »
Ce n’est pas tout. En mai 2018, Le président de la République du Sénégal a souillé la mémoire des tirailleurs africains. Il a soulevé une clameur qui a fait échos même au-delà des frontières sénégalaises. «Les régiments des tirailleurs sénégalais, quand ils étaient dans les casernes, avaient droit à des desserts pendant que d'autres Africains n'en avaient pas», avait-il lancé lors de la présentation d'un livre reprenant certains de ses discours, à moins d'un an de la présidentielle de février 2019. La presse n’a pas été tendre avec lui et avait fait mention d’une grosse bourde. 
 
A l’époque, le chef de l’Etat, avait été critiqué par la presse. « Macky Sall insulte la mémoire des tirailleurs sénégalais », titrait le site d'informations Seneplus. Le journal ‘Le Quotidien’ évoquait le « révisionnisme » du dirigeant sénégalais, estimant qu'il faudrait « demander des comptes à Macky Sall, qui a trouvé des bénéfices à la colonisation ».



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


LERAL TV CANAL 33 SENEGAL


Facebook

Publicité





google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0 smartadserver.com, 1097, DIRECT