Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


Assiétou Thiam Diakhaté, directrice du Département la Banque commerciale de Ecobank Sénégal : « (…) Nous ne nous arrêterons pas de (…) chercher et de trouver des solutions qui...»


Rédigé le Lundi 6 Février 2023 à 14:11 | Lu 236 fois | 2 commentaire(s)




Assiétou Thiam Diakhaté, directrice du Département la Banque commerciale de Ecobank Sénégal : « (…) Nous ne nous arrêterons pas de (…) chercher et de trouver des solutions qui...»
Le programme Ellever se porte très bien. La directrice de la banque commerciale de Ecobank Sénégal qui a confié ses propos au Journal de l’économie sénégalaise (Lejecos) via un entretien exclusif, soutient par ailleurs qu’ils s’arrêteront pas à trouver des solutions pour permettre aux entreprises d’atteindre leurs objectifs de croissance. La banque commerciale est le département qui prend en charge les grandes entreprises locales, petites et moyennes entreprises (Pme), et Petites et moyennes industries (Pmi), le secteur public local et le réseau d’agences.
Assiétou Thiam Diakhaté, directrice du Département la banque commerciale de Ecobank Sénégal : « (…) nous ne nous arrêterons pas de (…) chercher et trouver des solutions qui permettent aux entreprises sénégalaises de grandir ».
  • Vous avez signé récemment beaucoup de partenariats notamment avec Wic capital, Sephis etc. Vous avez aussi lancé le programme Ellever. Comment se porte ce programme aujourd’hui ?
 
Le programme Ellever se porte très bien.Nous avons effectivement signé beaucoup de partenariats en cours de mise en œuvre. Vous l’avez dit Wic Capital pour l’accès au capital et au financement, Sephis pour le renforcement des capacités. Nous avons signé un autre programme avec Deloitte dans le cadre de la mise en œuvre de leur programme Parel et un autre  avec l’Usaid à travers le programme Winrock. Par conséquent,  nous sommes en train de bâtir ce programme Ellever qui est ambitieux et qui devrait nous permettre de contribuer efficacement à l’autonomisation économique des femmes cheffes d’entreprises et des femmes entrepreneures.
 
  • Votre slogan: la plus large gamme de services et de paiements en Afrique conçues pour vous simplifier la vie. Cette vision se rapproche beaucoup de l’inclusion financière. Le cas échéant, qu’elle est votre stratégie pour desservir beaucoup plus de population et accompagner singulièrement les Pme et Pmi?
 
Nous visons principalement l’inclusion financière : l’accessibilité aux services financiers pour tous. Aujourd’hui, nous avons plusieurs initiatives qui concourent à cela. Nous avons un programme de digitalisation. Je pense que les avancées du groupe Ecobank en matière de digitalisation ne sont plus à démontrer . Sur le secteur réel, de manière spécifique nous sommes en train de mettre en place des produits comme Ecobank pay, comme les Tpe de dernière génération pour que tous les acteurs puissent avoir les moyens, les outils d’encaissements et de paiements pour leurs activités respectives. Avec l’UNACOIS JAPPO notre partenaire depuis 2018 pour l’accès au financement des acteurs de l’informel, nous avons revu le modèle de financement des GIEs de femmes grâce à la digitalisation. Nous comptons mettre ce modèle à l’échelle nationale. Voilà quelques exemples sur les progrès que nous avons fait en termes d’inclusion financière grâce à la  digitalisation.
 
 
  • La Banque centrale a mis en place un dispositif de soutien aux financements des Pme. Quelle est la contribution de Ecobank dans le programme Structure d’appui et d’encadrement public et privé des Pme ? Y-a-t-il des contraintes identifiées dans la mise en œuvre ?
 
Ecobank s’est appropriée, le dispositif PME de la BCEAO dès son démarrage compte tenu du fait des expériences vécues avec l’ADEPME, le Bureau de Mise à niveau, l’UNACOIS, entre autres partenaires. Elles nous ont permis d’alléger les conditions de financement pour les PMEs et d’avoir une qualité de portefeuille satisfaisante. Nous avons signé en février dernier des conventions avec 25 Structures d’appui et d’encadrement (Sae) sur les 33 Sae agréées par la Banque centrale pour la mise en œuvre du Dispositif au sein de Ecobank Sénégal. Objectif : aller à l’échelle sur le financement des PMEs.
 
Il ya effectivement des contraintes que nous avons voyons à deux niveaux. La principale que nous avons identifiée c’est l’alignement des Sae aux procédures de la banque. Nous avons travaillé dans un premier temps sur un modèle standard. Une mise à niveau globale est en cours pour satisfaire les exigences de la banque en termes d’appréciation du risque crédit dès l’initiation du dossier  et même pendant la durée du prêt : je citerai pas exemple les éléments de contrôle des flux de trésorerie qu’il faut adresser au montage du dossier de crédit ou le Risque Environnemental et Social qui devient de plus en plus présent sur certains secteurs d’activité et pour lequel il y’a un suivi régulier à faire dans l’entreprise.
 
La seconde contrainte est fondamentalement la méconnaissance de ce dispositif par les Pmes. Celles qui en ont connaissance n’ont pas une idée claire des conditions d’accès ou de facilitation que les Sae pourraient mettre à leur disposition pour aller au financement.
 
A ce niveau, nous prévoyions de lancer une vaste campagne de communication sur le Dispositif et ses bénéfices pour l’accès au financement.
 
Vous avez participé à la 1ère édition du Salon du développement à l'international des Pme (Pmex) au mois de juin 2022. Y a-t-il eu un bon retour d’expérience et des perspectives favorables pour Ecobank ?
 
Le salon PMEX a été organisé par l’ADEPME qui est un  partenaire historique dans l’encadrement des PMEs et l’accès au financement.
En participant à ce salon, nous avons eu l’opportunité de partager notre offre sur cette cible d’entreprises qui comptent se développer à l’exportation.  Ecobank a une offre assez pertinente pour le développement des activités à l’export au niveau régional et à l’international. N’oublions pas que notre réseau est un atout puisque nous sommes implantés dans 33 pays, ce qui intéresse fortement les entreprises. Donc les perspectives pour le financement du développement à l’exportation sont en train d’être revues avec l’Agence d’encadrement et de développement des petites et moyennes entreprises (Adepme) pour  le financement des besoins en investissements et les accompagner à la croissance.
 
  • Pouvez-vous décliner les principales innovations dans le cadre de la digitalisation et leurs impacts dans la gestion de la relation clientèle au niveau de Ecobank?
 
De manière très claire la digitalisation est un élément significatif  pour l’augmentation de notre qualité de service. L’impact de la digitalisation sur la relation clientèle c’est l’amélioration de l’expérience client. Notre objectif est d’améliorer, à chaque fois, nos produits et services digitaux pour qu’ils soient beaucoup plus accessibles et permettent de faciliter la vie aux clients.
 
Nous avons dans le cadre de notre activité sur les entreprises de manière générale des solutions d’encaissement et de paiement qui peuvent être utiliser à domicile.
 
Nous dématérialisons certaines procédures en interne et en relation avec les clients pour réduire les délais de traitement par rapport aux requêtes ou aux ordres reçus de nos clients.
 
Je donnerai aussi l’exemple du commerce intra régional puisque nous disposons de produits qui permettent aux clients ou aux partenaires de nos clients d’effectuer des transactions qui puissent avoir un impact direct sur leurs comptes en temps réel. Les innovations sont vraiment nombreuses et nous sommes en permanence sur une logique d’amélioration de nos offres pour une expérience client en évolution constante.
 
Votre dernier mot Madame la directrice ?
 
Je dirai que Ecobank se positionne aujourd’hui comme la banque qui innove pour le bien-être de ses clients, pour une relation client durable. A ce titre nous développons des produits et services adaptés aux besoins de nos clients. Nous essayons d’anticiper les besoins de nos clients. C’est la raison pour laquelle, pour ce qui  concerne le segment des PMEs/PMIs, nous prenons la responsabilité de chercher des solutions pour qu’elles puissent accéder au financement à moindre coût et faire grandir leurs activités.
Lejecos Magazine



Source : https://www.lejecos.com/Assietou-Thiam-Diakhate-di...



1.Posté par Gertrudeowe le 06/02/2023 14:30
I'm making more than $75k by just doing very easy and simple online job from home.Last month my friend sis received $94280 from this work by just giving only 2 to 3 hrs a day.Everybody start earning money online. visit for more details...

See...........>> http://Www.OnlineCash1.com

2.Posté par LeslieLusby le 06/02/2023 19:20
I've made $1250 so far this week working online and I'm a full time student. I'm using an online business opportunity I heard about and I'AM made such great money. It's really user friendly and I'm just so happy that I found out about it. Here's what I do, .for more information simply.
Open this link thank you......>>> http://Www.jobsrevenue.com

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


LERAL TV CANAL 33 SENEGAL


Facebook

Publicité





google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0 smartadserver.com, 1097, DIRECT