Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


ALERTE ! UNE ÉPIDÉMIE DE GRIPPE ÉQUINE FAIT DES RAVAGES DANS LE PAYS


Rédigé le Mardi 9 Avril 2019 à 01:57 | Lu 60 fois | 0 commentaire(s)




ALERTE ! UNE ÉPIDÉMIE DE GRIPPE ÉQUINE FAIT DES RAVAGES DANS LE PAYS

Avant même qu’il ne prenne fonction, un gros dossier repose sur la table du tout nouveau ministre de l’Elevage et de la Reproduction animale, Samba Ndiobène Ka. En effet, depuis presque trois semaines, une épidémie est en train de décimer le cheptel équin à l’intérieur du Sénégal après avoir été constaté dans plusieurs autres pays de l’Afrique de l’ouest. La grippe équine, qui est mise en cause, est une affection respiratoire d’origine virale qui peut affecter les équidés et leurs croisements (ânes, chevaux, mulets). Elle est très contagieuse : la totalité d’un effectif de chevaux non vaccinés peut être atteinte en quelques heures !

Dans le département de Foundiougne, le taux mortalité est déjà assez élevé, surtout chez les jeunes animaux. « Nous avons noté dans un village, dans le département de Foundiougne, où, il y a 11 sur 46 équidés qui sont morts », renseigne Théophile Diouf que nous avons joint au téléphone. Chargé de Programme de l’Union des groupements associés du Niombato, M. Diouf a révélé que les autorités de l’Elevages ont été saisies depuis que l’épidémie a éclaté dans cette zone. « Mais, informe-t-il, jusque-là, que des prélèvements ont été effectués chez les animaux contaminés et les résultats sont toujours en attente ».

À part Foundiougne, plus particulière à Sokone qui est l’une des zones les plus touchées, d’autres localités du pays sont également concernées par ce fléau de plus en plus inquiétant : Thies, Louga, Dakar, Bambey… « Mais, dans ces zones, il n’y a pas encore beaucoup de mortalité, même si la maladie y est installée », renseigne une autre source. « Actuellement, nous avons fait appel à des vétérinaires qui ont injecté des piqûres anti-inflammatoires et des antibiotiques aux animaux. Mais, ce ne sont que des solutions provisoire », précise Théophile Diouf.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs acteurs ne manquent de témoigner leurs inquiétudes après un message d’alerte posté par Ngoor Badu Dione.

EMEDIA



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés

Dans la même rubrique :
< >



Publicité

Facebook