Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


Rapports de la Cour des Comptes : Ce que la Première Dame a coûté, le grand « oubli »


Rédigé le Mardi 4 Août 2020 à 01:21 | Lu 256 fois | 0 commentaire(s)



Récemment le Coordonnateur Général du Forum Civil a soulevé la question de l’audit de la fondation de la Première Dame Marieme Faye Sall. Cette sortie avait suscité moult réactions notamment des faucons de l’APR qui ont vite ouvert le feu sur Birahim Seck qui ne posait qu’un débat sain dans une république saine. Mais, il y’a plus grave et qui mérite des interrogations. Combien la Première Dame coûte au Trésor Public ? La Cour des Comptes dans ces différents rapports, a toujours ignoré les dépenses des épouses de nos présidents alors qu’elles occupent des postures non institutionnalisées.


Rapports de la Cour des Comptes : Ce que la Première Dame a coûté, le grand « oubli »

Si en France, la Cour des comptes a diffusé son nouveau rapport sur les dépenses de la présidence de la République le mercredi 29 juillet 2020. Et comme les années précédentes, Brigitte Macron a surveillé les coûts de son personnel, par contre, au Sénégal on continue d’ignorer combien coûte vraiment la Première Dame au contribuable.

L’épouse du président français dispose d’un cabinet comportant deux collaborateurs, une assistante à plein temps pour les deux Conseillers et une assistante personnelle partagée avec le Conseiller mémoire du président. Ces employés ont pour rôle de suivre le courrier adressé à Brigitte Macron et de répondre aux plus de 20.000 lettres reçues. Entre autres, le personnel du cabinet s’occupe également de la gestion de l’agenda, des relations avec la presse, de l’organisation des rendez-vous, des déplacements, réceptions et événements de la Première Dame française. Pour 2019, son staff ont coûté quelques 190 millions de francs sur un budget annuel total de 440.000 euros alloués à Brigitte Macron.

A défaut d’avoir accès aux dépenses de la Première Dame, le Forum Civil exige que sa fondation « Servir le Sénégal » fasse l’objet d’un audit 

C’est un véritable pavé que à Birahim Seck a jeté en soulevant le tabou sujet des fonds de la fondation de l’épouse du président de la république. Pour le Forum Civil qui redoute des magouilles au sein de ladite fondation, il est temps que l’Inspection Générale d’état procède à l’audit de la gestion de la fondation de Marième Faye Sall.

Pour Birahim Seck qui se veut formel, « Comme les autres structures, la Fondation servir le Sénégal, qui est un organisme d’utilité publique doit être auditée par l’IGE. Elle récolte de l’argent au nom du peuple sénégalais et, l’article 06 du statut de l’IGE permet de vérifier tous les organismes qui récoltent de l’argent, au nom de la générosité publique. Surtout s’ils sont déclarés d’utilité publique »..

Pourtant, sous les magistères des présidents Abdou Diouf et Abdoulaye Wade , les fondations «Élisabeth Diouf Solidarité Partage» et « Agir pour l’éducation et la santé » ont toujours fait l’objet de contrôle des services indiqués. Une belle leçon de bonne gouvernance que devrait songer à s’appliquer le Palais qui a comme slogan entre autres, « la gestion sobre et vertueuse ».

En France, la Cour des comptes détaille les dépenses de la Première dame dont le rôle et les moyens avaient été pour la première fois clarifiés via une « charte De transparence» pour éviter les dépenses fictives alors que son rôle n’est pas important 

Le législateur sénégalais devrait songer à « régulariser » le statut de la Première Dame pour éviter des dérives  ou des abus dans le fonctionnement de la présidence de la république. Car, il est de notoriété qu’à cause de voyages à l’étranger plus longs, plus loin et donc plus coûteux, les dépenses et frais sont plus élevés et cela justifie une attention soutenue pour la maîtrise des dépenses.

Et c’est en partie grâce à l’application de la charte de transparence que les dépenses de l’Élysée ont connu une baisse de 3,26% par rapport à 2018 soit plus de 105, 33 millions d’euros avec une hausse des ressources de 1,2% . Ce qui fera dire à Brigitte Macron qui a été interpellé par VSD  sur son style qui ne fait pas de l’ombre au président de la république.

« Quand vous êtes chef de l’Etat, vous êtes élu. Quand vous êtes conjoint du chef de l’Etat, vous êtes là, mais les gens ne vous ont pas voulu. Il ne faut pas vous imposer à eux. La seule manière pour moi de ne pas être importune, c’est d’aider », confiait Brigitte Macron, dans une interview à VSD, le 10 juillet dernier. 

La Première dame, très vigilante quant à son image, a toujours veillé à se tenir distante de la politique, tout en se mobilisant pour des causes qui lui tiennent à cœur. Cette prudence semble également s’illustrer dans ses dépenses. Comme le confirme le rapport annuel de la Cour des comptes, l’activité de l’épouse d’Emmanuel Macron n’a pas nécessité une augmentation des dépenses au cours de l’année 2019. 

Cheikh Saadbou Diarra (Atlanticactu.com)



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


LERAL TV CANAL 33 SENEGAL


Facebook

Publicité





google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0 smartadserver.com, 1097, DIRECT