Display Code
Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


Mort de Samat à 37 ans: Le rappeur a été abattu sur un parking de fast-food


Rédigé le Mardi 8 Octobre 2019 à 13:31 | Lu 121 fois | 0 commentaire(s)



Le rappeur Samat a été abattu dans la soirée du lundi 7 octobre alors qu’il se trouvait sur le parking du McDonald's de Garges-lès-Gonesses, dans le département du Val-d’Oise. Il pourrait s’agir d’un règlement de comptes.


Triste nouvelle pour le monde du rap. Samat, rappeur qui avait collaboré avec Fianso et Kalash criminel, est mort à l’âge de 37 ans. Une disparition violente puisqu’il a été abattu d’une balle dans la tête alors qu’il se trouvait sur le parking d’un McDonald's. 

Selon Le Parisien, les faits se sont produits dans la soirée du lundi 7 octobre à Garges-lès-Gonesse. Il est aux alentours de 19h30 quand les occupants d’une voiture ouvrent le feu sur le véhicule de Samat, stationné sur le parking du fast-food. 

A l’intérieur, le rappeur n’échappe pas aux balles. Il est notamment touché fatalement à la tête. Après plusieurs « détonations », les auteurs prennent la fuite. Leur véhicule, une Mercedes Classe A, aurait été retrouvée abandonnée dans la cité du Clos-Saint-Lazare à Stains. Un cordon de sécurité a été établi par les forces de l’ordre sur le lieu du crime, et le McDonald's a été fermé à la suite du drame. Selon les premiers éléments de l’enquête, il s’agit probablement d’un règlement de comptes. 

Qui est Samat, le rappeur assassiné à 37 ans ? 

Sur la scène rap française depuis plus de 10 ans, Samat avait collaboré avec plusieurs grands noms du milieu, tels que Fianso ou Kalash criminel. Il venait d’ailleurs de sortir un album nommé Commission rogatoire. Mais l’homme était aussi connu de la justice.
 
 
En 2010, il avait été interpellé après avoir participé à un règlement de comptes sur le parking d’un supermarché. Le rappeur avait également été mis en cause avec une dizaine de complices en février 2018, pour des trafics de stupéfiants et d’armes, orchestrés depuis sa cellule à la maison d’arrêt d’Osny. 
 
 
 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés



Publicité

Facebook