Display Code
Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


Larguée par son amant, Adja Diallo menace de briser son foyer en lui imputant une prétendue grossesse


Rédigé le Mardi 16 Juillet 2019 à 18:14 | Lu 99 fois | 0 commentaire(s)




Larguée par son amant, Adja Diallo menace de briser son foyer en lui imputant une prétendue grossesse

Mariétou Sow Diallo alias Adja Diallo est une fille mauvaise, rancunière et vindicative dont il faudrait se méfier. Dans tout le pays, sa photo devrait être affichée afin que les hommes ne s’approchent pas d’elle. Frustrée d’avoir été abandonnée par son copain, l’ingénieur Assane Ngom, qui a préféré épouser une autre fille, Mariétou Sow Diallo alias Adja Diallo s’est juré de briser son ménage. Pour ce faire, elle a prétendu une grossesse imaginaire et s’est mise à faire chanter son désormais ex-amant ainsi que l’épouse de ce dernier. Elle a ainsi pu extorquer des millions à ses pigeons avant que ces derniers ne saisissent la justice. Elle a été condamnée à 6 mois de prison ferme et à payer à son amant et l’épouse de ce dernier, Anta Gaye, la somme de 3.700.000 F à titre de dommages et intérêts. 







Vendeuse d’eau fraîche de son état, Mariétou Sow Diallo alias Adja Diallo, a payé les frais de sa relation amoureuse avec l’ingénieur Assane Ngom. Ce dernier et son épouse Anta Gaye l’ayant traînée, hier, devant la barre des flagrants délits de Dakar pour escroquerie et chantage, la demoiselle Diallo risque 2 ans de prison dont 1 an ferme. A l’origine, Assane Ngom et Adja Diallo se sont connus à Kaolack, en 2012. Le jeune homme, qui était sur un de ses chantiers, achetait ses sachets d’eau. Ainsi, naquit une relation amoureuse entre eux. Filant le parfait amour durant 3 ans, ils ont eu à entretenir des rapports sexuels au cours de cette idylle. Un bon jour de 2014, Assane Ngom largue Mariétou Sow Diallo pour épouser Anta Gaye.  


Adja Diallo pète complètement les plombs  


Mariétou Sow alias «Adja Diallo» ne va pas lui pardonner cette «trahison». Elle décide de briser le ménage de son ex-amant. Elle persécute au téléphone Assane Ngom, qu’il n’arrêtait pas de menacer, le pourchassant jusqu’à son lieu de travail, devant ses supérieurs, menaçant de le vilipender s’il n’obtempérait pas. Folle à lier, elle est allée jusqu’à vouloir dire à l’épouse de son ex-copain ainsi qu’à la famille de ce dernier que Assane Ngom était un fornicateur et qu’elle était tombée enceinte de ses œuvres, avant d’avorter sur ses ordres. Ne voulant pas que son foyer vole en éclats, l’ingénieur Assane Ngom cède au chantage de son ex-copine qui ne cessait de lui réclamer des sommes d’argent. Ainsi, il a eu à lui remettre 3 millions. Mais, cela n’a pas empêché Mariétou Sow de continuer à lui extorquer de l’argent. Elle a par la suite confisqué l’ordinateur de Assane Ngom ainsi que son téléphone portable. Pis, elle ne cessait d’appeler tard la nuit, vers les coups de 3 heures du matin, Anta Gaye, l’épouse de son amant, à qui elle a réclamé de l’argent pour une prétendue créance. Comme possédée par le démon, elle est allée jusqu’à contacter par téléphone le père de Assane Ngom.  


Assane Ngom cède au chantage : «Elle ne cessait de me harceler, elle m’a filmé et détient lesdites vidéos» 



Fatigué de cette persécution et de cette pression qu’il subit quotidiennement, Assane Ngom saisit la justice pour se libérer des griffes de Mariétou Sow Diallo, pour chantage et escroquerie.  
Devant la barre des flagrants délits de Dakar hier, Assane Ngom a raconté les faits. «Elle m’a dit qu’elle allait ternir mon image, vu qu’elle connaissait ma femme et mon père. C’est ainsi qu’elle m’a révélé qu’elle allait leur dire que je l’ai engrossée et qu’elle s’est débarrassée du fœtus suivant mes indications. Elle connaît mon bureau, ma maison et tous mes faits et gestes. La dernière fois, elle est allée jusqu’à mon père pour lui dire que je lui devais de l’argent. Dans le quartier où on habite, on nous appelle la maison des « Ibadous » et vu l’éducation que mon père nous a inculquée, je ne voulais pas que les choses dégénèrent. Elle ne cessait de me harceler, elle m’a filmé et détient lesdites vidéos», déclare Assane Ngom. Épouse du plaignant, Anta Gaye a donné sa version. «Quand elle m’a appelé au téléphone, elle m’a fait savoir que mon mari lui devait 1.400.000 F. Je lui ai donné 600.000 F. Elle m’a même envoyé une vidéo de mon mari», s’est expliquée la dame en état de grossesse.  


Adja Diallo dément : «c’est faux, même lorsqu’il est marié, on a continué notre idylle. C’est lui qui m’a déflorée» 


Balayant d’un revers de main toutes les accusations de son ex-petit ami, Mariétou Sow Diallo alias Adja Diallo, la trentaine, a allégué une relation amoureuse dans laquelle Assane lui offrait ces sommes d’argent. «’’Dañu doon gérer, gérer bu neex’’. L’escroquerie sur les 3 millions n’est pas avérée. Il était mon copain. Et même lorsqu’il est marié, on a continué notre idylle. Nous avons eu à coucher ensemble, c’est lui qui m’a déflorée. C’est lui qui m’a demandé de le rejoindre à Dakar, puis à Mbour. C’est d’ailleurs lui qui m’a donné le transport. Il avait l’habitude de m’offrir de l’argent. Je ne l’ai jamais menacé», dit-elle avant d’enfoncer son ex. «C’est lui qui m’a suggéré de le filmer et de dire à sa femme qu’il me devait de l’argent. Et lorsqu’elle m’a envoyé 150.000 pour la première fois, Assane Ngom m’a dit de les bouffer sans rien dire. C’est lui qui a tout manigancé avant de me traîner ici. C’est vrai que je détiens des vidéos de lui, mais c’est lui qui m’a conseillé de les prendre», ajoute la prévenue qui, devant les enquêteurs, avait soutenu qu’elle menaçait son amant parce qu’il l’a larguée pour se marier avec une autre fille.  
A la question de savoir pourquoi elle avait envoyé ladite vidéo à l’épouse de son ex, elle dit au juge : «c’est lui qui me l’a demandé». Le juge de poursuivre : «dans la vidéo, on voit clairement que Assane Ngom est affolé et qu’il pleure. De plus, tu lui as dit « goor du gawa jooy »», martèle la présidente de l’audience.  



Me Abdou Gningue : «Mon client était soumis à une séance de torture de la part de cette fille» 


Craignant que le couple ne subisse les coups de cette histoire, leur avocat, Me Abdou Gningue, n’a cessé de convaincre la dame Anta Gaye que les déclarations de la prévenue ne sont que des allégations mal fondées qui ne participent pas à la manifestation de la vérité. «Mon client était soumis à une séance de torture de la part de cette fille. Il a perdu plus de 18 kilos en 1 an. Il était pourchassé et il n’osait plus rester chez lui. On a appelé sur le portable de sa femme à 3 heures du matin. On l’a trouvé dans ses chantiers et menacé de parler à ses supérieurs. On appelle leur maison celle des Ibadous, vu la rigueur de leur éducation. On l’a menacé de le taxer de fornicateur. C’est hideux et perfide le chantage», plaide la robe noire, qui a réclamé le remboursement du montant présumé escroqué de 3.600.000 F ainsi que la somme de 5 millions pour toutes causes de préjudice confondues.  


Me Diabel Samb : «il voulait garder cette fille et coucher avec elle lorsqu’il en avait envie» 


Le procureur qui a estimé que les faits sont constants a sollicité 2 ans de prison dont 1 an ferme avec une amende de 500.000 F contre Mariétou Sow Diallo. L’avocat de cette dernière, Me Diabel Samb, qui argue que sa cliente a été abusée, a demandé sa relaxe sans peine, ni dépens. «Ma cliente a déclaré sur Pv avoir eu des rapports sexuels avec lui. Il a sévèrement blessé une jeune fille qui ne vendait que de l’eau fraîche. Il a été filmé volontairement dans ce taxi. Il ne l’a pas dénoncée à la police parce qu’il voulait garder cette fille et coucher avec elle lorsqu’il en avait envie. La virginité coûte cher. Ce n’est pas vrai s’il dit qu’il s’est enfui lorsqu’elle s’est déshabillée dans sa chambre», a crié Me Samb. Au terme des débats, Mariétou Sow Diallo a été condamnée à 2 ans de prison dont 6 mois ferme avec le montant de 3.700.000 F à payer au couple présent à la barre.  

Fatou D. DIONE

jotaay.net

 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés



Publicité

Facebook