google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


La Convention tchadienne des droits de l'homme dénonce l'enfer des prisons secrètes


Rédigé le Vendredi 6 Novembre 2020 à 16:16 | Lu 654 fois | 0 commentaire(s)



La Convention tchadienne de défense des droits de l’homme enquête depuis des années sur l’existence de « prisons secrètes » de l’Agence nationale de sécurité (ANS). L'organisation assure avoir déjà découvert une dizaine de ces maisons. Dernière en date, une maison des plus banales située dans le 2ème arrondissement sur la route de Farcha, en face d’un grand ministère (celui des Travaux publics et des infrastructures). La CTDDH dénonce un véritable mouroir, le gouvernement parle de cachots où les détenus sont « très bien » traités.


La Convention tchadienne des droits de l'homme dénonce l'enfer des prisons secrètes
De cette prison secrète de l’ANS, on n'en voit, depuis la rue, qu’un mur rosâtre que rien ne distingue des bâtiments aux alentours, selon la CTDDH. Mais à l’intérieur, c'est l'enfer, explique Abbas Alhassan, l’un des porte-paroles de cette organisation, qui décrit des conditions « inhumaines et cruelles » pour ceux qui sont « gardés au secrets dans ces cachots ». « Un détenu a droit seulement à un petit verre d'eau par jour, et une petite quantité de riz sec. Ils ne sont pas soignés. Quand on vous jette là-bas, c'est fini pour vous, c'est comme si on vous jetait dans la gueule d'un loup. Il y a des gens qui sont paralysés, il y a des gens qui souffrent de diabète et certains sont vraiment agonisants », détaille-t-il.
 
Parmi eux, certains ont déjà été condamnés, à l’exemple de Mahamat Timan Erdimi, arrêté il y a deux ans lors de l’offensive de la rébellion de l’UFR, il en a eu pour dix ans. D’autres, accusés d’appartenir à Bokko Haram, ou encore de simples commerçants soupçonnés d’avoir des sympathies pour ce groupe, n’ont pas encore été jugés, certains depuis trois ans.
 
De son côté, le ministre tchadien de la Justice a réagi vivement. Il parle de « désinformation » et justifie leur détention par l’ANS par des raisons de « sécurité ». Mais Djimet Aribi est formel, ils sont détenus dans de très bonnes conditions : « Je vous dis que ces gens-là sont très bien gardés, très bien nourris, très bien soignés au niveau des cellules de l'Agence nationale de sécurité. Et le procureur va chaque semaine vérifier la situation de détention de ces gens. »



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


LERAL TV CANAL 33 SENEGAL


Facebook

Publicité





google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0 smartadserver.com, 1097, DIRECT