Display Code
Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


Il tombe sur sa femme en pleins ébats avec le vigile, Diop pourchasse le vigile à moitié nu dans la rue


Rédigé le Mercredi 13 Novembre 2019 à 19:53 | Lu 100 fois | 0 commentaire(s)




Il tombe sur sa femme en pleins ébats avec le vigile, Diop pourchasse le vigile à moitié nu dans la rue
O. Diop est un vendeur de «café Touba» très connu et surtout sollicité pour son service de qualité par les travailleurs sur les nouveaux chantiers du Bus Rapide Transit (Brt) sis à Guédiawaye. Cependant, Diop n’en est pas moins un mari meurtri à cause de son épouse, qui le trompait avec un vigile de nuit à la cité Gadaye nommé D. Sy. Ceci, à chaque fois que l’époux quittait son domicile au petit matin pour se rendre à son lieu de travail et trouver de quoi nourrir la famille. Mais, à force de forniquer avec le vigile, la jeune femme a été surprise en pleins ébats avec celui-ci dans son lit conjugal, dimanche dernier, vers 07h, par son mari, qui a usé de son gourdin avec une violence inouïe contre l’agent de sécurité.
Le vigile de nuit de la cité Gadaye de Guédiawaye nommé D. Sy a failli être tué à coups de gourdin, dimanche dernier, vers 07h, dans la chambre à coucher du vendeur de «café Touba» du nom d’O. Diop, où il a été pris en flagrant délit d’adultère par celui-ci avec sa femme dans son lit conjugal. Le couple vit dans une maison au quartier dénommé «Warouwaye» situé à Yeumbeul Nord.  
Le vigile se montre pieux, mais se comporte en hyène emmitouflée dans une peau d’agneau dans une bergerie  
Sy traîne pourtant une réputation d’homme sérieux et renvoie l’image d’une personne très à cheval sur les préceptes de l’Islam. Le vigile de nuit développe aussi une attitude de chasteté dans le quartier et se montre très attaché aux œuvres d’un défunt saint homme-fondateur d’une célèbre confrérie religieuse. Les populations le voient tout le temps avec lesdites ouvres qu’il affirme considérer à tout bout de champ comme un bréviaire ou viatique. Mais, cela ne fut que de la pure cosmétique. Car, en réalité, le vigile ressemble plus à une hyène ou un loup emmitouflé dans une peau d’agneau dans une bergerie.
Il se dévoile avec l’épouse du vendeur de «café Touba», lui fait en douce la cour et vante ses qualités
Un jour, le vigile intercepte dans la rue l’épouse du vendeur de «café Touba» et lui déclare sa flamme. Il enchaîne avec des paroles mielleuses et vante les qualités morales et physiques de la dame. Qui affiche un sourire en coin, apprécie les compliments et affirme être une femme mariée. L’agent de sécurité refuse catégoriquement d’entendre raison et revient à la charge avec des déclarations poignantes. Aussi, il flatte davantage la jeune femme et lui dit mériter plus qu’un mari vendeur de «café Touba». N’empêche, la dame campe sur sa position initiale et continue tranquillement son chemin.
Il se renseigne sur les horaires de travail du mari de la jeune femme et déroule son plan
Malgré la réponse de la jeune femme, rapportent nos informateurs, l’agent de sécurité refuse de lâcher prise et continue de la persécuter avec ses avances. Ceci, sans pour autant éveiller le moindre soupçon des populations. Il attend chaque fois que la dame passe devant lui pour aller vaquer à ses occupations, l’interpelle en douce et lui réaffirme ses sentiments d’amour. Il se renseigne sur les horaires de travail de son mari, qui quitte chaque matin, vers 06h du matin, son domicile et dépasse le vigile à son poste de travail pour aller vendre du «café Touba» sur les nouveaux chantiers du Bus Rapide Transit (Brt) sis à Guédiawaye.
L’époux part au boulot, l’agent de sécurité tambourine à la porte de la dame, qui l’accueille
Déterminé à réaliser ses fantasmes, Sy guette l’absence du vendeur de «café Touba» dans la maison, quitte son poste de garde et se rend sur la pointe des pieds dans la concession. Ainsi, il tambourine à la porte de la chambre conjugale de la jeune femme, se présente à elle et lui demande d’ouvrir. Celle-ci vit en effet seule dans la maison avec son mari et ses deux enfants, qui dorment en ce moment dans l’antichambre. Face à l’insistance du vigile, elle lui ouvre la porte de la chambre et l’interpelle, avec un brin de sourire, sur sa présence très matinale chez elle.
Il entretient des rapports sexuels avec la dame dans son lit conjugal, y prend goût et récidive
Le jeune homme garde le silence, se rend à pas de velours avec la jeune femme à l’intérieur de la pièce et lui rappelle ses sentiments d’amour. Cette dernière refuse, repousse les avances de l’intrus et craint la réaction de son mari, si jamais il les surprend dans la chambre. Mais, aveuglé par sa libido en feu, l’agent de sécurité fait la sourde oreille, se jette sur la dame, défait son pagne et couche avec elle. Il prend goût à ses frasques avec la jeune femme et récidive à plusieurs fois dans les mêmes circonstances. Ceci, moyennant toujours quelques billets de banque.
Le mari constate des traces de chaussures de sécurité chez lui, interpelle son épouse et feint d’aller au boulot  
Ayant remarqué chaque fois des traces de chaussures de sécurité chez lui, le mari soupçonne la venue discrète d’un intrus dans la maison à son absence et interpelle son épouse, qui feint de s’étonner et dit n’avoir jamais fait le constat. Ainsi, dimanche dernier, le vendeur de «café Touba» mijote un plan, quitte plutôt (05h) que d’habitude (06h) son domicile et fait semblant d’aller à son lieu travail, avant d’aller se planquer dans un endroit et attendre le bon moment pour ensuite retourner à la maison. Le vigile profite de l’occasion, se pointe dans la chambre conjugale de Diop et commence à se livrer à des caresses torrides avec sa femme. Qui repousse l’agent de sécurité, affirme être fatiguée et dit avoir couché au petit matin avec son mari, avant que celui-ci n’aille au boulot. Mais, le vigile s’entête, défait à nouveau son pagne, lui monte dessus et tente de la pénétrer.
Il tombe sur sa femme en pleins ébats avec le vigile, qui se défend avec sa machette dont la lame se brise  
Le mari cocufié fait irruption dans la chambre, surprend dans son lit conjugal le vigile sur son épouse et l’abreuve copieusement d’injures. Pris de panique, Sy se relève en sursaut et tente d’enfiler son pantalon pour sauver sa peau. Diop se dresse devant la porte de la chambre, l’empoigne fortement et continue de lui cracher du venin à la figure. Il engage ensuite la bagarre avec lui, s’empare de son gourdin et lui assène des coups. Celui-ci craint pour sa vie, sort son coupe-coupe et s’acharne avec violence sur lui, histoire de se défaire de l’étau. Mais, le vendeur de café pare avec son gourdin les coups de machette, dont la lame se brise en deux parties.
Diop pourchasse le vigile à moitié nu dans la rue, qui nie et dit poursuivre un voleur chez celui-ci
Le vigile enfile à moitié son pantalon, abandonne une partie de la lame de son coupe-coupe sur les lieux et quitte en catastrophe la chambre. Il se fait cependant pourchasser dans la rue par le mari de la jeune femme, qui crie au voleur à tue-tête. Sans pouvoir le rattraper. Il retourne chez lui, récupère la partie de la lame du coupe-coupe abandonnée comme pièce à conviction et dépose une plainte sur la table du commissaire de police Diouf-Bauer Ibrahima de Yeumbeul. Qui ouvre une enquête, localise le vigile et envoie ses hommes lundi dernier le cueillir tôt le matin à son poste de garde. Interrogé, l’agent de sécurité réfute les accusations d’adultère et explique sa présence dans la maison par la poursuite d’un voleur.
La dame dément le vigile et affirme coucher plusieurs fois avec lui, moyennant de l’argent  
Face aux enquêteurs, la jeune femme dément catégoriquement le vigile et avoue son forfait d’adultère avec celui-ci. Elle indique avoir couché avec l’agent de sécurité à plusieurs reprises dans son lit conjugal ceci, à chaque fois que son mari partait vendre du «café Touba» sur les nouveaux chantiers du Bus Rapide Transit (Brt) sis à Guédiawaye. «Je lui ai chaque fois dit d’arrêter. Mais il continuait à venir tôt le matin dans ma chambre conjugale avant de me forcer à coucher avec lui. Après, il me remettait de l’argent avant de partir. Il traversait l’antichambre avant de me rejoindre dans ma chambre conjugale. Cela fait plus de 10 fois qu’on fait ça», soutient la jeune femme.
Après la garde à vue, D. Sy, vigile, a été déféré au parquet, avant-hier, puis placé sous mandat de dépôt pour adultère, coups et blessures volontaires avec un incapacité temporaire de travail non déterminée, détention illégale d’arme blanche et menace de mort avec usage d’arme blanche.
Vieux Père NDIAYE


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés



Publicité

Facebook