Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


HIPPOPOTAME TUÉ À KÉDOUGOU : ME BAMBA CISSÉ DEMANDE DES POURSUITES , Ce que risque le chasseur qui a tué l’hippopotame


Rédigé le Lundi 1 Avril 2019 à 13:52 | Lu 63 fois | 0 commentaire(s)




HIPPOPOTAME TUÉ À KÉDOUGOU : ME BAMBA CISSÉ DEMANDE DES POURSUITES , Ce que risque le chasseur qui a tué l’hippopotame

Un hippopotame a été tué à Kédougou sur ordre des autorités locales. « Inadmissible », s’écrie Me Bamba Cissé, sur son mur Facebook. L’avocat, qui va plus loin, demande tout simplement des poursuites. « Si cet hippopotame a été abattu alors qu’il était coincé dans une fosse septique à Kédougou, ce sont alors des faits extrêmement graves qui méritent l’ouverture d’une enquête pour que les auteurs soient traqués. »

Appuyant sa plaidoirie, la robe noire rappelle que « l’hippopotame est une espèce intégralement protégée au sens du Code de la protection de la faune qui, en son article 27 in fine, prévoit des peines allant d’un (1) à cinq (5) ans pour quiconque abat volontairement des espèces intégralement protégées sans permis scientifique. En tout état de cause, il faut nécessairement qu’une enquête ouverte sur ces faits. »

« Justice pour l’hippopotame de Kédougou », crie Moustapha Diakhaté, l’ancien chef de cabinet du président Macky Sall. Il martèle lui-aussi sur Facebook : « Le ministère de l’environnement doit ouvrir immédiatement une enquête confiée aux ONG environnementalistes et l’ordre des vétérinaires du Sénégal pour identifier et sévèrement sanctionner toutes les irresponsabilités qui ont débouché sur la mort de l’hippopotame. Selon plusieurs sources, l’hippopotame tué à Kédougou était coincé dans une fosse septique au moment où il a reçu les balles mortelles. »

Poursuivant, il ajoute : « Le Sénégal est signataire de toutes les conventions relatives aux espèces protégées. A ce titre la loi sur la faune interdit d’abattre les espèces intégralement protégées comme l’hippopotame. »

EMEDIA.SN

Kédougou : Ce que risque le chasseur qui a tué l’hippopotame

Le chasseur François Uart, qui a tué un hippopotame sur ordre du gouverneur de Kédougou, risque peut-être la prison. En effet le Code de la protection de la faune prévoit des peines « de 1 à 5 ans contre quiconque abat volontairement des espèces intégralement protégées sans permis scientifique ».

Le rappel est de Me Bamba Cissé, qui a dénoncé l’abattage de l’animal qui figure parmi les espèces « intégralement protégées ». L’avocat, repris par L’AS, juge « inadmissible » la décision du gouverneur et réclame l’ouverture d’une enquête pour situer les responsabilités.

Hier, dimanche 31 mars, un hippopotame s’est échappé du fleuve Gambie. D’après la Rfm, l’animal a fait de nombreux dégâts dans la ville avant d’être abattu sur ordre du gouverneur.

Un dénouement qui a suscité l’émotion et l’indignation, notamment sur les réseaux sociaux. Parmi les personnes qui ont dénoncé la mesure du chef de l’exécutif régional, Moustapha Diakhaté, chef de cabinet du Président Macky Sall. Il considère que l’hippopotame aurait dû être endormi et remis dans son milieu naturel.

 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés



Publicité

Facebook