Grand-Médine: Ils surprennent un couple en plein ébats sexuels… et se retrouvent en prison


Rédigé le Vendredi 8 Juin 2018 à 18:04 | Lu 205 fois | 0 commentaire(s)



Grand-Médine: Ils surprennent un couple en plein ébats sexuels… et se retrouvent en prison
Waly Sène et Samba Dieng, tous deux vigiles de leur état, ont été jugés et condamnés ce jeudi par le tribunal des flagrants délits de Dakar pour usurpation de fonction. Ils se sont faits passer pour des policiers après avoir surpris un couple en plein ébats dans un parking à Grand Médine dont ils assurent la sécurité. 

Les deux collègues s'étaient présentés aux deux amants comme étant des policiers en leur demandant leurs pièces d'identité. Pris de peur, leurs victimes obtempèrent. Et comme sanction, les faux-policiers n'ont pas hésité à contraindre le couple à de rudes exercices physiques sur les lieux avant de les libérer. 

Cependant pour se tirer d'affaire, les prévenus ont nié les faits ce jeudi à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar sans convaincre le juge. 

Je me suis juste limité à leur faire des remontrances, en leur disant que même moi qui suis chrétien je n'ose pas leur comportement surtout en cette période de Ramadan. Il faisait 23h", a déclaré Waly Sène. " Je leur avais demandé leurs pièces d'identité dans le but de les remettre à mon patron. Parce que c'était la énième fois qu'on surprenait des couples dans ces positions inconfortables dans le parking. Ils n'ont subi aussi aucun supplice", se défend son collègue, Samba Dieng. 

Le parquet a demandé l'application de la loi, non sans leur faire comprendre qu'ils n'avaient même pas le droit de s'adonner à des contrôles d'identité. " Limitez-vous à votre métier de vigile. Il fallait juste leur sommer de quitter les lieux. Vous n'êtes ni policier ni gendarme pour demander à des gens leurs pièces d'identité ", dit d'un ton sec, le maître des poursuites. 

Il sera suivi par la défense qui a plaidé la relaxe à titre principal. Et une application bienveillante de la loi à titre subsidiaire. 

Rendant sa décision, le juge a condamné les prévenus à une peine d'avertissement de trois mois avec sursis. 






Kady FATY Leral


Nouveau commentaire :
Facebook

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


Publicité



Facebook