google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


Escroquerie aux visas portant sur 8 millions FCfa: Des étudiants arrêtés à l’AIDB


Rédigé le Samedi 17 Avril 2021 à 17:13 | Lu 121 fois | 0 commentaire(s)



Le juge du tribunal des flagrants délits de Dakar a condamné, avant-hier, Salif Bâ à 6 mois de prison ferme, pour escroquerie portant sur 8 millions de francs Cfa. Il a brisé les rêves de quatre étudiants, arrêtés à l’aéroport au moment d’embarquer pour l’Occident, afin d'y poursuivre leurs études.


Escroquerie aux visas portant sur 8 millions FCfa: Des étudiants arrêtés à l’AIDB
Six mois de prison ferme. C’est la peine infligée à Salif Bâ. Le verdict est tombé comme un coup de massue pour lui, hier. Poursuivi pour escroquerie aux visas portant sur 8 millions de francs Cfa, le comparant était loin de se douter que le tribunal allait le condamner à une telle peine.

En effet, durant son interrogatoire à la barre, l’homme qui s’est réfugié derrière un système de dénégations, n’a pas pu convaincre le tribunal. Par contre, son co-prévenu Mouhamadou Sakho, à qui il était reproché le délit de complicité d’escroquerie, a été relaxé.

Les faits qui leur ont valu leur comparution devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, remontent au mois de décembre 2020. Au cours d’une banale discussion avec Mouhamadou Sakho, Fatou Wade a évoqué le voyage de son fils Mansour Guèye, qui devait poursuivre ses études au Canada. Malgré son admission, il lui manquait une garantie.

C’est sur ces entrefaites que le sieur Sakho a appris à la dame que son ami Salif Bâ pouvait l’aider. Séance tenante, ce dernier, contacté par son ami avec qui il collaborerait depuis 17 ans, promet à celle-ci d’être la solution à son problème.

Mais pour cela, il lui réclame le paiement de la somme de 5 millions de francs Cfa. Les clauses du contrat stipulaient que la remise devait se faire à l’arrivée de Mansour au Canada. Alors que les démarches pour le voyage de Mansour venaient juste d’être entamées, ses amis qui ont été informés que Salif pouvait leur faciliter l’obtention de visas pour la France, ont eux aussi sauté sur l’occasion.

Cependant, alors que les termes des contrats stipulaient que les remises d’argent devaient se faire une fois les candidats arrivés à destination, Salif s’est mis à leur réclamer de l’argent. Des sommes qu’ils remettaient à Fatou Wade. Avant d’atterrir entre les mains de Salif Bâ, l’argent transitait d’abord par Mouhamadou Sakho.

Alors qu’ils pensaient que tout était fin prêt pour leur voyage, Mansour Guèye, Ibrahima Sène, le frère de celui-ci et Demba Coumba Niang, ont vu leur rêve se transformer en désillusion, quand ils ont été arrêtés par des individus non-identifiés, alors qu’ils étaient sur le point d’embarquer.

Depuis lors, ils avaient perdu de vue Salif Bâ, jusqu’au jour de son arrestation par les éléments de la Section des Recherches.

Face aux juges, il a contesté être un démarcheur. Selon ses dires, il a été sollicité par Fatou Wade pour amener les jeunes à l’aéroport. Interrogé sur les sommes d’argent perçues, il a vigoureusement démenti, avant de revenir sur ses déclarations, après l’intervention de son avocate, qui l’a invité à dire la vérité.

En effet, après moult dénégations, il s’est résolu à avouer n’avoir reçu que la somme de 2,4 millions de francs Cfa. Il a également admis que c’est Sakho qui lui a donné cette somme, car étant celui qui l’a présenté à la dame. Alors que Fatou Wade reste formelle sur le montant de 8 millions qu’elle lui a remis, en plusieurs tranches.

Pour sa part, Mouhamadou Sakho, qui a été condamné, en 2009, à 3 mois de prison avec sursis pour des faits similaires, est revenu sur la ruse de son co-prévenu pour empocher l’argent des parties civiles.

En effet, selon lui, dès que Salif Bâ a reçu les 6 000 euros des garçons, montant qui correspondait à leur argent de poche, il a tout fait pour que la dame et lui partent avant eux. Ce n’est que plus tard, dit-il, que Salif l’a contacté pour lui dire que les passeports de Mansour et Cie avaient été saisis par les autorités aéroportuaires.

Il a, par ailleurs, souligné qu’il n’a reçu aucune commission dans cette affaire, même si Salif Bâ soutient le contraire.

A la suite des plaignants qui ont réclamé 15 millions 500 mille FCfa pour dédommagement, le représentant du ministère public a requis 6 mois de prison contre les deux prévenus. Les avocats de la défense ont, eux, sollicité le renvoi de Salif Bâ et de Mouhamadou Sakho des fins de la poursuite.

Reconnu coupable du délit d’escroquerie, Salif Bâ, en sus de sa peine, doit allouer aux parties civiles la somme de 11 millions de francs Cfa, pour réparation du préjudice causé.





Enquête


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


LERAL TV CANAL 33 SENEGAL


Facebook

Publicité





google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0 smartadserver.com, 1097, DIRECT