google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


Bibliographie de Muhammad Ahmad Lô, l'homme qui porte le nom de son père décédé avant sa naissance...


Rédigé le Samedi 9 Janvier 2021 à 20:32 | Lu 829 fois | 0 commentaire(s)




"Muhammad Ahmad Lô est né en 1955 à Tawfekh prés de Touba. Il porte le nom de son père qui décéda avant sa naissance. Il a mémorisé le Quran à Ndame, son village natal, dans la région de Louga au Sénégal.

Il apprit la connaissance islamique de base d'abord à Touba puis à Saint-Louis. Il a travaillé comme instituteur de 1975 à 1979 à Ndakhar-Mbaye près de Gaye-Mékhé puis à Dièlerlou Sylla près de Louga. Il avait déjà à cette époque un excellent niveau en arabe, qui lui permettait d'écrire de beaux poèmes. Mais il sentit la nécessité d'apprendre la religion malgré le manque de moyens financiers. Ainsi il partit à l'aventure avec des amis par la route en passant par le Mali, la Cote d'Ivoire, le Bénin, le Nigéria et l'Egypte, où il travailla un peu pour avoir les moyens de partir à l'Oumra en Arabie Saoudite en 1980, sa destination finale après huit mois de voyage.

En tant qu'aventurier, il n'avait pas la possibilité de s'inscrire à l'université. Il décida d'écrire un poème sur l'objectif de sa venue en Arabie Saoudite qui est d'étudier l'Islam. Il attendit le recteur de l'Université de Medina, Dr. Abdullah Zaïd, à la fin d'une prière, pour lui remettre le poème.

Ce dernier fut ému par le style de sa poésie et il convoqua son staff qui, à l'unanimité, décida de l'admettre à l'université après l'avoir convoqué et vérifié que c'était bien son œuvre. Il commença ses études en 1980-81 en passant l'examen d'entrée au cycle secondaire en 3 mois, puis son baccalauréat trois ans après. Il entra à la faculté de hadith où il obtint sa licence après 4 ans, son mémoire porta sur l'effort des oulémas envers les 6 livres .

Il fut choisi à l'oral par un jury de l'université pour poursuivre son doctorat. Il fut d'abord une année préparatoire sur la méthodologie de la recherche. Il passa son magistère sur le thème la place accordée au cheikh dans la doctrine du soufisme, qu'il a soutenu avec mention "Excellente" en 1993.

Il commença son cycle de doctorat sur la spécialité Aqhida (croyance) sur le thème de la mauvaise interprétation des textes et son impact en Islam qu'il a soutenu en 1996, avec mention "Excellente". Il fut encadré par le Cheikh aveugle Salih As-Souhaymi. Durant son séjour à la jamiya islamiya de la ville du prophète, il a appris auprès de tous les oulémas de Médine, parmi eux Cheikh Rabi' Ibn Hadi al-Madkhali, Cheikh Muhammad Nasir-ud-Deen al-Albani, Cheikh Abdul Aziz bin Baz, Cheikh Mohammad Salih Al uthaimin, Cheikh Omar Foulata, Cheikh abdou Karim Mourad (en logique). Il enseignait aussi des cours chez lui (xalakha) à Médine.

Pendant ses études, il venait souvent en vacances et participait à la dawa islamique. Il créa aussi des colonies de vacances islamiques, qui continuent toujours, où des étudiants en sciences islamiques se regroupaient au Sénégal durant quelques semaines, pour transmettre leurs connaissances. Rentré au Sénégal le 3 août 1997, Docteur Muhammad Ahmad Lô joignit la fondation Dara-al istiqhama, créée par Cheikh Ibrahima Xalil Lô, en qualité de directeur. Féru du savoir et de sa transmission, Docteur Lô y donnait des cours en arabe de plusieurs livres : Alfiyatou al-Suyuti, Soulamoul woussoul de Safiz Ahmad Hakami, Aqhidatou waasitiya de Ibn Taymia, Al mouharar fil hadith de Ibn Khoudama.

Une fois par mois, il offrait aussi un cours en wolof sur kittabu suna du Sunan d'Abu Daoud et puis sur Mukhadima ar-rissalah de Ibn Abi Zaïd. Il donnait aussi des cours sur Sahihul muslim à la mosquée al Falah de Colobane (Dakar). Pour rehausser l'enseignement de l'Islam à un niveau supérieur post-baccalauréat, il a crée une faculté islamique en 2001 (école supérieure africaine d'études islamiques). Avec peu de moyens, cette faculté contribue à l'approfondissement et au perfectionnement de l'Islam au Sénégal.

La première promotion est sortie en 2006. Il en est le recteur. Il continue à donner des conférences islamiques et reste très disponible pour la dawa. Il dirige aussi un cercle d'études scientifique une fois par mois, avec les grands savants akhlous souna du Sénégal, pour l'approfondissement de la connaissance islamique.

Le cheikh fonde sa dawa sur l'éducation par la discipline, la modération, le juste milieu et s'oppose à toute violence. Son engagement dans la dawa et la transmission de sa connaissance lui laisse peu de temps pour se consacrer à l'écriture, mais il a néanmoins publié : «L'unicite de la oumma», «Les correspondances entre les oulémas comptemporains», «Les méthodes du Prophète pour sortir des crises provenant de la dawa» et «Comment redonner à la mosquée la place qui lui sied en Islam».
D'autres livres de lui ne sont pas encore compilés.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 23 Janvier 2021 - 12:10 Coumba Gawlo sublime en tenue Yaye Fall



LERAL TV CANAL 33 SENEGAL


Facebook

Publicité





google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0 smartadserver.com, 1097, DIRECT