google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


BIOGRAPHIE CHEIKH BETHIO THIOUNE: Qui sont les cinq veuves du Cheikh ?


Rédigé le Dimanche 18 Avril 2021 à 09:16 | Lu 191 fois | 0 commentaire(s)




Qui sont les cinq veuves du Cheikh ?

De Touba-la-Sainte, capitale du mouridisme, à Madinatou Salam, ainsi qu’il a rebaptisé sn village natal de Kër Samba Laobé, en passant par Dakhar Mbaye, Béthio Thioune avait pris le soin de mettre chacune de ses épouses dans le confort douillet d’une villa dotée de toutes les commodités. Le Cheikh, réputé être homme très respectueux envers la femme, à travers sa démarche, son atitude et ses prêches, aura beaucoup appris à ses disciples sur la manière de gérer une concession polygame. 

Sokhna Mbossé Diouf, la première, «Mère» du «Kureel» toute faite de discrétion

Petite sœur à l’épouse de Elhadji Mansour
Mbaye, la première épouse de cheikh Bethio,
est d’une grande discrétion. Cheikh Bethio
aimait parler d’elle en bien.
Son surnom de «Mère» pour les intimes
et grands disciples du Cheikh, n’est pas
usurpé. Elle a vécu la période d’avant le Cheikhat, la période du Cheikhat et plusieurs
ziarras auprès de Serigne Saliou Mbacké. Elle
a couvé tous les disciples d’un amour maternel.
Elle ne parle en public que pour rendre
grâce à Serigne Saliou Mbacké et à Cheikh
Béthio Thioune. À plusieurs reprises, les disciples et parents ont entendu le Cheikh dire
sa satisfaction de son compagnonnage avec
Sokhna Mbossé Diouf.
Elle a voué un respect et une «talibité»
sans commune mesure à Cheikh Béthio
Thioune, qui disait d’elle : «Le seul défaut
que je lui connais est celle-là même, commune à toutes les femmes «la jalousie».
Mère de famille, Sokhna Mbossé Diouf, a
vu Cheikh Béthio Thioune retirer de l’école
certains de ses enfants pour les acheminer
dans les «Daaras» (écoles coraniques) de
Khelcom. Elle a aussi vu ses filles être donné
en mariage par le Cheikh à certains de ses
disciples, mais elle a toujours gardé ce calme
olympien et cette soumission qui en fait une
icône pour les femmes au foyer. Elle aura
été de toutes les campagnes de récolte à
Khelcom, mais ne dispose pas de disciples
à son service pour l’action de grâce, rendue
à Serigne Saliou. Il n’empêche, la famille du
Cheikh et le «Kureel» (la grande famille) des
«Cantakoones» (disciples) de Cheikh Béthio
Thioune lui reconnaissent son statut et lui
vouent une grande considération et le respect,
que lui confère son rang.
Du début jusqu’à la fin, elle a accompagné
le Cheikh, avant de se retirer, son veuvage
fini, dans ses appartements de la résidence
Touba Ndiouroul sise à Mermoz.

Sokhna Aïcha Kane, celle par qui Serigne Saliou Mbacké a annoncé le 17 Avril 

Sokhna Aïcha Mama Kane est la seconde
épouse de rang de Cheikh Béthio Thioune.
Infirmière de formation, elle a exercé son métier avant d’épouser le Cheikh lors de son séjour à Kaolack. Elle a continué à exercer à
Dakar à la Polyclinique de la Médina. Elle a
aussi été de toutes les campagnes du Cheikh
et à son chevet en tant que professionnelle
de la santé.
Discrète, Sokhna Aïcha est intervenue plusieurs fois pour donner des conseils aux «Cantakuune» en leur parlant avec une simplicité
et une aisance déconcertantes, tout en assistant également certains jeunes couples en
toute discrétion. D’ailleurs, nombre de «Cantakoones» disent se sentir en confiance avec
elle. Sokhna Aïcha est, par ailleurs, une mère
pour certains disciples qui s’ouvrent à elle.
Cette attitude attentionnée lui a valu la considération et l’estime de tous.
À l’instar de Sokhna Mbossé avec qui elle
vit à Dakar, elle a vu Cheikh Béthio Thioune
amener ses enfants à Khelcom et donner des
époux à ses filles. Élue député sur la liste du
Parti démocratique sénégalais (Pds), elle a été
à l’Hémicycle pendant une législature. Toutefois, Sokhna Aïcha n’a jamais été sur le terrain politique ni milité dans un parti politique.
Sa profession ne l’a jamais éloignée des disciples.
Cheikh Béthio Thioune se plaisait à rendre
grâce à Serigne Saliou Mbacké à propos de
son mariage avec elle. Elle est aussi connue
pour sa pureté, pour avoir été celle par qui le
5ème Khalife général des Mourides est passée
pour dire au Cheikh : «Dis-lui que c’est le 17
avril». Ainsi, Cheikh Béthio qui se
demandait la date exacte de sa première rencontre avec Serigne Saliou fut servi : le 17 avril 1946 commémore sa première rencontre avec le saint homme.

Sokhna Aïda Diallo, première épouse issue des «Cantakuune», Jawrigne universel 

Elle est la troisième épouse du Cheikh.
Hyper exposée médiatiquement, diversement
appréciée, elle a cultivé un engagement et
une proximité avec le Cheikh qui le lui a bien
rendu en l’élevant au rang de «Jawriñ» (lieutenant) universel.
Elle aussi est la première épouse du Cheikh
issue du rang des «Cantakoones» (ses disciples). Elle a gagné la confiance de Cheikh
Béthio Thioune au point qu’elle a sous sa
conduite la grande majorité des disciples
«Darou Salam». Sokhna Aïda Diallo a ouvert
la voie, avec une démarche inédite, dans la
contribution et la réalisation des «Ndigël» (directive émanant du Khalife général des Mourides). Un acte fortement apprécié par le
Cheikh. De même, elle a troqué son statut
d’épouse contre celle d’une disciple dévouée
et engagée pour le succès du «Cantë» (actions
de grâce).
Sokhna Aïda Diallo est l’auteure principale
de plusieurs innovations dans la démarche
du «Kureel» (la grande famille des Cantakoone).
La première à inviter cette entité à contribuer à hauteur d’un milliard de francs Cfa au
Grand Magal de Touba. Des innovations qui
ont rencontré l’assentiment, voire l’agrément,
du Cheikh qui ne tarissait plus d’éloges à son
endroit.
À force de cumuler des agréments, elle a
entrainé dans son sillage les deux plus jeunes
épouses du Cheikh : Sokhna Bator et Sokhna
Adja Saliou.
Affichant la volonté d’une disciple totalement dévouée pour obtenir les grâces de son
guide, Sokhna Aïda Diallo a manifestement
récolté les fruits de son engagement.

Sokhna Bator Thiam, juriste, écrivaine et chanteuse à la voix suave de «Xassidë»

À l’image de certaines de ses coépouses,
elle est issue du «kourel». Une talibé dont la
dévotion ne fait aucun doute. Sokhna Bator
Thiam a eu le privilège d’avoir été aux côtés
du Cheikh à l’occasion de son ultime rendez-vous médical, à Bordeaux. Elle a partagé
les derniers instants de la mission terrestre
du Cheikh de Serigne Saliou Mbacké.
Intellectuelle, juriste de formation, elle
est aussi dotée d’une voix suave quand il
s’agit de déclamer les «Xassidë» (poèmes dédiés au Prophète Mouhamed, Psl) de Serigne
Touba. De son mariage avec le Cheikh, elle a
eu une petite famille et veille aussi à la bonne
réussite de la mission qui lui est assignée par
son défunt époux, au même titre que Sokhna
Adja Saliou.
Sokhna Bator est bien entourée par les disciples de «Wa Kër Serigne Touba» avec qui
elle œuvre pour le Cheikh. La contribution
de son «Kureel» (la grande famille des Cantakuune) à l’occasion du dernier Grand Magal
de Touba est estimée à plusieurs centaines
de millions de francs Cfa.
Elle a, en outre, écrit un livre, «Serigne Béthio, le Serviteur éteint en son Seigneur», sur
le Cheikh qui a eu à le lire et à l’apprécier
positivement. Aussi, l’ouvrage a permis à beaucoup de musulmans de découvrir et apprendre sur Cheikh Béthio Thioune.
Avec les disciples qui l’accompagnent dans
l’exécution des recommandations du Cheikh,
elle compte faire plus qu’avant. Surtout pour
la réussite du Grand Magal de Touba, dernière
recommandation du Cheikh.

Sokhna Adja Saliou, l’engagement sans détour de la benjamine des conjointes du Cheikh 

Elle est la benjamine des épouses du
Cheikh, la seule à n’avoir pas partagé les joies
d’un enfant issu de son hyménée avec ce dernier. Sokhna Adja Saliou reste, à ce jour, une
épouse et une disciple dévouée au service de
son époux. C’est une intellectuelle dotée d’une
grande intelligence, mais aussi d’une foi en
Dieu et d’une forte conviction envers le
Cheikh.
Cette dévotion lui a valu la confiance de
son époux qui, dans le cadre de la gestion de
l’organisation et de la bonne marche de la
communauté des «Cantakoones», a exhorté
certains de ses disciples à cheminer avec elle
dans l’exécution des recommandations. Aujourd’hui, à travers une organisation de son
«Kourel », elle gère ses effectifs «Touba-Khelcom» depuis Madinatou Salam pour apporter
sa contribution de plusieurs centaines de millions pour le grand Magal de Touba.

 

Le SOLEIL (DOSSIER SPECIAL)



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


LERAL TV CANAL 33 SENEGAL


Facebook

Publicité





google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0 smartadserver.com, 1097, DIRECT