Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


Au bout de deux rapports sex*els, la fille est fatiguée et tombe dans les bras de Morphée. Toute nue, Lamine Ndiaye profite pour la filmer


Rédigé le Vendredi 14 Août 2020 à 12:17 | Lu 636 fois | 0 commentaire(s)




Le nommé Lamine Ndiaye a comparu, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour les délits de menace de diffusion d’images à caractère pornographique, chantage, proxénétisme et détournement de mineure. Des faits que le prévenu a reconnus au cours des débats d’audience et pour lesquels il a été finalement condamné à deux ans de prison dont 15 jours ferme.

Attrait à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour les délits de menace de diffusion d’images à caractère pornographique, chantage, proxénétisme et détournement de mineure, le nommé Lamine Ndiaye a reconnu les faits qui lui sont reprochés tout en regrettant ce qui s’est passé. Après une partie de sexe avec une fille de 16 ans, Lamine Ndiaye avait filmé l’acte avant de l’utiliser pour contraindre la fille à entretenir de nouveau des rapports intimes avec lui.

A la barre, le prévenu a réitéré ses aveux faits à l’enquête préliminaire tout en sollicitant la clémence du tribunal. « La fille se prostitue. J’ai eu son contact par le biais d’un ami. Il m’a donné des numéros de filles en échange de deux mille francs. Je l’ai appelé pour qu’il me passe une fille pour une partie de sexe. C’est ainsi qu’il m’a donné le numéro de la plaignante et je l’ai appelée », a expliqué le prévenu. Lamine Ndiaye contacte la fille et lui demande de venir à son domicile. Là, il lui propose une partie de jambes en l’air tarifée. La fille accepte et réclame la somme de 10 000 frs. Au bout de deux rapports sexuels, la fille est fatiguée et tombe dans les bras de Morphée. Toute nue, son partenaire ou client d’un soir en profite alors pour la filmer. Une fois rentrée chez elle, elle reçoit des images d’elle en tenue d’Eve.

L’expéditeur, qui n’est autre que Lamine Ndiaye, menace de publier la vidéo sur les réseaux sociaux si elle refuse de se donner encore à lui. L’avocat de la partie civile, qui n’a pas voulu plaider pour sa cliente, a demandé au juge de lui faire une application de loi. Quant à l’avocat de la défense, il a tenté de tirer d’affaire le prévenu, plaidant la clémence. Le substitut du procureur, lui, a requis l’application de la loi pénale. Le tribunal, en rendant sa décision finale, a déclaré le prévenu coupable et l’a condamné à une peine de 2 ans de prison dont 15 jours ferme. On peut dire qu’il l’a échappé belle…

pressafrik



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


LERAL TV CANAL 33 SENEGAL


Facebook

Publicité





google.com, pub-6479506562269384, DIRECT, f08c47fec0942fa0 smartadserver.com, 1097, DIRECT