Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


Affecté à l'hôpital régional de Kolda : Le gynécologue déserte de son poste, dix jours après


Rédigé le Lundi 20 Mai 2019 à 16:15 | Lu 37 fois | 0 commentaire(s)



Après avoir tapé à toutes les portes sans succès, les Koldois avaient finalement réussi, grâce au Président Macky Sall, à mettre la main sur un gynécologue qui a déserté l'hôpital dix jours après sa prise de fonction.


En effet, 24h après que le Président Macky Sall a promis, lors de la campagne électorale, de leur envoyer un médecin-gynécologue, le ministre de la Santé et de l'Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, avait déniché un spécialiste pour l'hôpital régional de Kolda. 

Une bouffé d'oxygène pour le personnel médical dont tous les efforts, notamment la prise en charge des femmes enceintes, étaient annihilés par l'absence d'un gynécologue. Malheureusement l'euphorie du personnel médical et des populations du Fouladou ne sera que de courte durée. 

Pour cause, le médecin gynécologue a pris fonction avant de retourner dix jours seulement plus tard à Dakar, sous prétexte de prendre ses bagages. Depuis lors, le Docteur n'est pas retourné à Kolda pour reprendre son poste et les multiples tentative du Directeur de l'hôpital pour le faire revenir à la maison, sont restées vaines.
 
 
Du côté du ministère de la Santé et de l'Action sociale, le ministre en voyage, nous avons essayé de joindre en vain le Directeur de cabinet, le Docteur Aloyse Waly Diouf. Même nos multiples Sms sont restées sans réponse. 

"Il faut un recrutement immédiat...", alerte Emmanuel Kazubwengue, chirurgien généraliste 

Chirurgien généraliste à l'hôpital régional de Kolda, le docteur Emmanuel Kazubwengue alerte sur la situation dramatique que vit la structure sanitaire de la capitale du Fouladou. A l'en croire, il faut un recrutement immédiat de personnel pour combler le déficit..."Il y a un manque criard de personnel médical et nous sommes surchargés par le travail. A cela s'ajoute la gestion des absences du gynécologue, du bloc opératoire et des urgences. A force de faire le travail de quatre personnes par un seul individu, on finit par avoir un faible rendement et être habité par le stress"
 
 
Etayant ses propos, le docteur Kazubwengue de révéler : "Je ne me rappelle plus de l'état de mon lit tellement je comble ce manque. Et, aujourd'hui, depuis 4h du matin, je suis sur pied entre les urgences, le bloc, les consultations et les cas de césarienne se multiplient au fur et à mesure".
 
 
Toutefois, le médecin tient à dire ses quatre vérités à la tutelle : "Je ne peux pas remplacer un gynécologue car, un chirurgien ne peut pas le faire. A ce rythme de surcharge de travail, le rendement ne sera plus au rendez-vous et ce sont les malades qui en pâtissent. L'hôpital régional agonise. Pour preuve, je ne sais pas quand je viens, à quelle heure je rentrerai du travail" 
Dès lors, pour éviter que l'hôpital ne mette la clef sous le paillasson, "il faut un recrutement immédiat de personnel médical pour régler cette situation", recommande le docteur Emanuel avant de revenir sur le manque de gynécologue "qui impacte négativement sur le fonctionnement de l'établissement" 
"Même les weekends, je n'ai pas de repos, je fais des heures et des heures sans dormir dans le seul but de m'acquitter de mon serment. Mais cette situation perdure, c'est le tout le personnel médical qui sera à bout du souffle", conclut-il. 





Kritik


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés



Publicité

Facebook