Affaire du kidnapping d’un prince indien à Sendou: L’épouse du présumé cerveau du rapt et ses co-inculpés libérés


Rédigé le Lundi 12 Mars 2018 à 17:10 | Lu 53 fois | 0 commentaire(s)



Affaire du kidnapping d’un prince indien à Sendou: L’épouse du présumé cerveau du rapt et ses co-inculpés libérés
Dans cette affaire, la victime, Shreekumar Varma, un Indien membre d’une famille royale dans son pays, était venu au Sénégal le 19 janvier passé, pour négocier une transaction portant sur une peinture. Seulement, à son arrivée à Dakar, on lui fait croire que son compatriote avec qui il devait conclure la transaction, est arrêté à la frontière mauritanienne. Après deux jours d’attente, Varma décide de rentrer et demande à sa famille de lui faire une réservation. 

Mais il est séquestré et conduit à Sendou, avant de voir ses documents confisqués par ‘’Abdoul Aziz’’. Ce dernier appelle le fils de Varma et lui réclame une rançon de 2,5 millions d’euros, soit 1,6 milliard de francs Cfa environ. La famille de la victime contacte l’ambassade de l’Inde au Sénégal. Une plainte est déposée à la Section de recherches de la gendarmerie. 

Les moyens techniques et humains mis à la disposition des enquêteurs permettent, très vite, d’arriver à bout des ravisseurs et de faire libérer l’otage sain et sauf. Les premiers à tomber sont le ressortissant nigérian F. Nonso et sa fiancée sénégalaise Nd. M. Mendy. ‘’Abdoul Aziz’’ est appréhendé chez lui aux Hlm 4. Sous la pression intense des recherches, les deux jeunes H. Diagne et B. Nd. Guèye, recrutés pour respectivement assurer la restauration et la surveillance de Varma, prennent peur, se rétractent et proposent au dignitaire de le ramener à Dakar. 

Lors de l’enquête, tous les prévenus clament leur innocence. ‘’Abdoul Aziz’’ déclare avoir été utilisé puis menacé, car son beau-frère lui avait intimé l’ordre de suivre ses instructions, au risque de s’en prendre à sa fille et à son gendre. Son épouse l’accuse de l’avoir mis dans le pétrin. Quant aux jeunes H. Diagne et B. Nd. Guèye, ils soutiennent qu’ils ignoraient que Varma était un otage. Malgré leurs dénégations, ils sont inculpés pour association de malfaiteurs, séquestration et complicité de séquestration. Toutefois, le pasteur nigérian et sa fiancée sénégalaise échappent à un mandat de dépôt, puisqu’ils sont placés sous contrôle judiciaire. 

Lors de leur audition au fond, les inculpés continuent de nier les faits, à l’exception du présumé cerveau. N. Krisanta ou Abdoul Aziz, c’est selon, reconnait les faits. Il déclare qu’il n’a pas agi dans l’intention de séquestrer la victime, mais plutôt pour la priver de liberté, sous la contrainte. 




Enquête
 
 


Nouveau commentaire :
Facebook

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


Publicité



Facebook