Display Code
Vipeoples.net  | Site d'actualité générale sénégalaise des VIP


Affaire Fatou Kiné Dieng : Interrogées, les administratrices de "Femmes chic", et "Ladies Club" se rejettent la responsabilité


Rédigé le Lundi 3 Septembre 2018 à 14:06 | Lu 259 fois | 0 commentaire(s)




Affaire Fatou Kiné Dieng : Interrogées, les administratrices de "Femmes chic", et "Ladies Club" se rejettent la responsabilité
Fin de garde vue pour Fatou Kiné Dieng. L’infirmière qui a réussi à grugé plusieurs personnes, via les pages facebook « Femme Chics », «Sama Dieukeur Sama Kharit », « Ladies Club » entre autres, en se faisant passer pour une orpheline atteinte du Sida. Elle sera présentée ce matin, au parquet de Dakar. En attendant, la suite qui sera réservée à ce dossier qui secoue la toile sénégalaise, "L’Observateur" révèle qu’un élément nouveau est intervenu lors de l’enquête, avec le nom d’un individu, présenté par la dame comme étant l’instigateur de cette escroquerie. 

Interrogée une seconde fois par les enquêteurs, elle a confié avoir agi sous les ordres d’un certain Mody D. Cependant, souligne le journal, les enquêteurs doutent de l'existence de cet individu sans plus de précision sur son adresse. « Nous doutons même de l’existence de cet individu. L’imagination fertile de cette dame nous oblige à faire très attention avec ses déclarations », confie une source policière citée par le journal. 

Autre fait qui a marqué l’enquête, c’est l’audition à titre de témoins des admiratrices de page facebook « Femme Chic », « Ladies club ». 

Selon l’Obs, elles ont déclaré avoir découvert le posts (publications) de Sokhna Kiné Saliou Dieng, alias Mame Diarra au même moment que les membres du groupe. Des déclarations qui laissent dubitatifs les enquêteurs. Pour eux, une publication doit être validée par l’administrateur pour être vu par les autres. Ainsi, interpellée sur leurs liens avec la prétendue sidéenne, l’administratrice de ladies Club, présentée comme celle qui, pour la première fois a facilité l’intégration de l’infirmière dans les deux groupes s’est défendue en ces terme : « Non, non je ne l’ai à aucun moment su. Ces agissements, je les ai découverts comme tout le monde ». 

Pour sa part, l’administratrice de «Sama Dieukeur, Sama Kharit », n’a pu être entendue, faute d’adresse, pouvant mener à elle. 
A titre de rappel, dans la matinée du jeudi dernier, une infirmière du nom de Fatou Kiné Dieng débarquait à la Police de Yeumbeul pour solliciter des conseils, arguant qu’une dame la harcelait à travers les réseaux sociaux, lui réclamant 400. 000 FCfa, versés en guise d’aide. En l’interrogeant, le commissaire Ibrahima Diouf a fini par découvrir qu’en réalité, elle avait organisé à travers les réseaux sociaux une vaste entreprise d’escroquerie. 

Elle avait créé un personnage fictif, présenté comme une sénégalaise orpheline, vivant avec le Vih, résidant en France et qui, avait besoin d’aide. Pendant 3 ans, elle a reçu argent et cadeaux, alors qu’il s’agissait d’une arnaque, ayant fait beaucoup de victimes jusqu’en haut lieu, dans l’administration sénégalaise.
 
 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés

Dans la même rubrique :
< >



Publicité

Facebook