Vipeoples.net  | Site d'actualité sénégalaise des VIP

Youssou Ndour, Doudou Ndiaye Rose, Boubacar Boris Diop, Ces artistes et intellectuels illustres qui ont fait la renommée de la Médina


Rédigé le Lundi 26 Mai 2014 à 09:53 | Lu 329 fois | 0 commentaire(s)



Youssou Ndour, Doudou Ndiaye Rose, Boubacar Boris Diop, Ces artistes et intellectuels illustres qui ont fait la renommée de la Médina
Le quartier de la Médina célèbre son centième anniversaire. Une  commune populaire qui fourmille de souvenirs mais aussi qui a produit des célébrités qui font sa fierté, chacun dans son domaine d’activité.  Naturellement, si la Médina doit nous être contée, ce serait un crime  que de faire abstraction des hommes de culture et autres intellectuels qui l’ont portée par leur musique, leur plume, leur pinceau ou leurs idées. Le Témoin vous présente quelques-unes de  ces  gloires de la vieille Médina.
 
 
Youssou Ndour, Doudou Ndiaye Rose, les enfants prodiges  de la Médina
 
La Médina a 100 ans et sur la balance de cette vie centenaire, la culture pèse assurément de son poids  en or. En effet,  la culture a toujours été  au cœur  de ce gros village  ancré entre traditions et modernité.  Les plus belles pages de la vie culturelle et intellectuelle de la capitale ont été écrites dans ce quartier qui a  vu naitre des figures qui symbolisent aujourd’hui la culture ou la pensée intellectuelle nationale. Et si Youssou Ndour demeure l’icône incontestable de ce quartier, d’autres ont, dans l’anonymat de leur expression artistique, donné à la Médina ses lettres de noblesse. Ils sont  des centaines, voire des milliers de musiciens, dramaturges,  cinéastes, artistes plasticiens, sculpteurs, écrivains ou simples acteurs de la vie culturelle qui ont contribué à faire la renommée de la Médina. Et sur ce plan, la méga-star planétaire Youssou Ndour demeure incontestablement l’icône de ce quartier qui regroupe six des 12 « pinthies » traditionnels de la communauté léboue. En effet, c’est au cœur de ce quartier qu’il a puisé l’inspiration qui fait qu’aujourd’hui, il est devenu une célébrité. La musique, il l’a toujours portée dans le cœur au-delà du sang par ses origines Gawlo du coté de sa mère. Très jeune, en plus de la musique, il fréquente une troupe théâtrale du nom de «  Sine Dramatique ». Ce quartier porte d’ailleurs toute l‘histoire du théâtre populaire dakarois. Youssou donc fait ses armes dans ce quartier populaire où il fréquente les  orchestres  phares  de l’époque dont le « Star band » de  feu Ibra Kassé, une autre icône de ce quartier qui a écrit les plus belles pages de la musique moderne sénégalaise à travers la boite de nuit  « le Miami » et son orchestre, le « Star Band ». Plus tard, Youssou Ndour  évolue au sein de l’Etoile de Dakar avant de fonder son propre orchestre, le Super Etoile, qui a porté sa musique aux quatre coins du monde  et a fait de lui une célébrité qui déjeune avec les puissants de  la planète en plus de compter parmi les hommes les pus influents du continent africain. Musicien, Youssou Ndour est aussi un homme d’affaires avisé qui a mis sur pied le premier groupe de presse du pays de par l’importance de son chiffre d’affaires. Il s’agit du Groupe Futurs Médias qui édite une radio, un quotidien et une télévision entre autres supports. Actuellement, il s’essaie avec plus ou moins de succès à la politique.  
Autre célébrité de la Médina dont le nom est connu lui aussi jusqu’au Japon : le tambour-major Doudou Ndiaye Rose, un illustre fils de la cité,  qui a eu l’honneur de jouer sur les Champs-Elysées à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française, en même temps que des dizaines de ses batteurs. Un triomphe ! Et si la vie de ce monument du tam-tam devait être portée à l’écran par un de nos compatriotes, nul doute que c’est Ben Diogaye  Bèye  qui serait derrière la caméra. Fils de la Médina, ce réalisateur et ancien journaliste est  né le 6 novembre 1947 en même temps qu’une génération qui fait la fierté du pays. Ce vieux cinéaste qui traine sa silhouette  dans tous les coins de la ville, porte une histoire bien riche. Producteur, il a été dans une vie antérieure animateur de radio et journaliste. C’est plus tard qu’il a entamé une carrière cinématographique grâce à  celui qui demeure aujourd’hui son  modèle de vie et de pensée. Il s’agit de feu Djibri Diop Mambetty, un enfant de Colobane qui fréquentait certainement la Médina située à deux jets de pierre de son quartier natal.  En effet, Ben  a été l’assistant-réalisateur de Djibril Diop Mambetty dans quelques-uns de ses films dont « Touki Bouki ». Il était aussi dans le plateau de «  Baks » de Momar Thiam, dont le personnage principal, Badou boy,  est un fils de la Médina et enfant d’une icône du journalisme sportif, l’un des meilleurs reporters radiophoniques du Sénégal, feu Alassane  Ndiaye dit Allou.
 
Ben Diogaye Bèye, Boubacar Boris Diop, Serigne Babacar Mbow, une génération engagée
 
C'est à Paris que Ben Diogaye  écrit,  produit et réalise son premier film, un court- métrage intitulé  « Les princes noirs de Saint-Germain- des-prés »,  une satire sur les jeunes chômeurs africains essayant de vivre d'une manière assez originale dans la capitale française. Le deuxième film viendra immédiatement après, au début de l'année 1975. Il s'agit de «  Samba Tali (le gosse de la rue), qu'il produit et réalise d'après son propre scénario. Ce film sera récompensé par le  prix du meilleur court-métrage au Festival International du Film de l'Ensemble Francophone à Genève en 1975 puis par le Tanit d'Or du meilleur court-métrage au Festival de Carthage, à Tunis, en 1976.  Un film qui montre tout l’amour que Ben porte aux enfants. Sans surprise, d’ailleurs, son dernier court-métrage en date qui porte le titre « Un amour d’enfants »,réalisé en 2004 porte sur ces jeunes innocents. En 1980,  il écrit et produit son premier long-métrage «  Sey Seyati » (un homme, des femmes). Vous l’avez deviné, il  y aborde le thème jamais éculé de la polygamie. Le scénario de ce film a été classé deuxième au concours du meilleur scénario de film de l'Agence de Coopération Culturelle et Technique (Acct) pour l'ensemble des pays francophones en 1976. Le film lui-même a reçu une mention honorable au Festival International du Film de Locarno (Suisse) en 1980, et le Prix de la Commune au Festival panafricain du film de Ouagadougou (Fespaco) en 1981. Auparavant, il avait participé à l’écriture du scénario de « Thiaroye 44 » avec l’écrivain Boubacar Boris Diop avec qui  il a partagé les ruelles sablonneuses de la Médina. Un film qui a été réalisé par Sembène Ousmane avec l’histoire que l’on sait. En effet, le scénario initial de Boris et Ben a été  totalement  dévoyé pour donner le « Thiaroye 44 » que l’on a vu finalement à l’écran. L’écrivain Boubacar Boris Diop, ainé  d’une année de Ben, a vu le jour le 26 octobre 1946  dans ce quartier qu’il porte jusque dans la plume. Auteur à succès, il demeure la plus belle fierté littéraire de la Médina. Boris aime ce quartier et le porte jusque dans sa chair et ne se gêne guère  pour le clamer haut et fort. Voilà ce qu’il écrivait d’ailleurs dans le dernier ouvrage  qu’il a co-écrit avec la Malienne Aminata Dramane Traoré et intitulé «  La gloire des imposteurs » : « …J’aime de moins en moins cette ville (Ndlr : Dakar) et, à vrai dire, je ne suis même pas sûr de m’être réellement attaché à elle par le passé. Ma Médina natale, elle oui, je m’en souviens toujours avec tendresse. Des visages et des scènes émergent  parfois de la mémoire et cela vous secoue en dedans, très fort. Dans un de mes romans, « Doomi Golo », la Médina est devenue Niarela…. ». Un roman dans lequel la Médina est décrite plus vivante qu’elle ne l’a jamais été avec de belles tranches de vie racontées par l’auteur qui a publié  une dizaine d’ouvrages et qui reste l’un des meilleurs auteurs du continent en plus d’être un esprit étincelant. Il ya Boris, mais aussi un autre anonyme reclus dans le village de ses ancêtres. Il s’agit de Serigne Babacar Mbow du village de Ndem. De ce fils de la Médina, voilà encore ce qu’écrivait Boubacar Boris Diop dans « La gloire des imposteurs » :  « Serigne Babacar Mbow, de Ndème, personnage exceptionnel  de l’avis de tous ceux qui l’ont rapproché. Babacar  et moi somme nés dans des maisons mitoyennes de la Médina, nous y avons joué au foot pieds nus et dragué les petites filles de notre âge ». Il poursuivait en ces termes : «  Dès l’adolescence, comme beaucoup dans notre génération, nous nous sommes mis à lire comme des malades, avec un rare éclectisme, dans l’idée de décrypter la vie et de changer  le monde… Alors que pour nous tout cela était  presque un jeu, Babacar Mbow, alias Chacun, lui, ne  plaisantait absolument  pas. Notre délire idéologique d’alors, il l’a transformé en actes concrets ». En effet, retiré depuis plus de trente ans dans le Sénégal des profondeurs, il a littéralement ramené à la vie Ndème Meissa. Guide spirituel de disciples d’origines différentes, en  parallèle avec ses activités dans l’ONG et dans le « daara », Serigne Babacar Mbow  est très impliqué dans le monde intellectuel. Il est l’auteur de cinq ouvrages tels que Mohamed : Le soleil de l’existence, La lumière de l’Eternel ou Khadimou Rassôl, Selon sa parole, Sur les traces du dévot et La voie Baye-Fall ou La Lumière du Dedans. Une œuvre qui démontre clairement le lien entre sa recherche spirituelle et l’homme intellectuel reconnu qu’il est. Il faut également dire qu’étant un Baye Fall convaincu, son engagement dans l’ONG qui est une structure sociale traduit exactement les principes de base du soufisme.
 Parmi les icônes de cette génération de la Médina, on peut aussi citer le journaliste Sada Kane qui s’essaie à  partager depuis plus de 30 ans ses lectures à travers des émissions littéraires cultes comme «  Regards » sur la Rts, «  Empreintes » sur   Canal Info et, aujourd’hui, « Impressions » ou « L’Entretien » sur la 2STV.  Si   Sada Kane porte toujours ses habits de littéraire, il ne déroge pas  non plus à cette règle qui veut que tous les titres de  ses émissions tiennent  en un seul mot. « Jamais un de trop » comme il nous l‘avait confié dans un entretien qu’il nous avait accordé il y a plus de 15 ans lors de la célébration des 20 ans de «  Regard ». L’autre Icône littéraire de ce populeux quartier demeure le regretté  Mamadou Traoré Diop, défunt secrétaire perpétuel de l’Association des Ecrivains du Sénégal (AES),  auteur de  « La Patrie ou la mort » ou encore de la fiction « L'homme de Satan » honoré en 2009 pour services rendus à la littérature et à la culture africaine et sénégalaise.  Le sculpteur  Babacar Sédikh Traoré, finaliste du Grand Prix du président de la République pour les arts, édition 1991, lauréat de plusieurs concours pour l’érection de monuments,Babacar, qui a participé à plusieurs expositions à l’étranger,  est lui aussi une icône de la Médina. Il y a Aly Traoré  et la plasticienne Seynabou Sakho (de la même tranche d’âge que Boris et Ben Diogaye puisque étant née le 14 octobre 1949) qui participent eux-aussi à la renommée artistique de la Médina.
L’historienne et universitaire Penda Mbow, actuelle Représentante personnelle du président de la République à l’organisation internationale de la Francophonie (OIF), est elle aussi issue de ce quartier. Elle avoue y avoir passé les plus beaux instants de sa vie en parcourant les séances de «  tam-tam » qui s’y déroulaient à chaque coin de rue. Bref, cette véritable ville dans la capitale, qui a 100 ans d’histoire, a produit des milliers d’hommes et femmes qui ont laissé une empreinte indélébile dans la vie artistique, sportive, culturelle et politique nationale à travers leurs œuvres artistiques, littéraires ou cinématographiques. Oui, assurément, cette Vieille Dame n’a pas fini de nous étonner agréablement !
 
ALASSANE SECK GUEYE
Article paru dans « Le Témoin » N° 1166 –Hebdomadaire Sénégalais (MAI 2014)


Nouveau commentaire :
Facebook

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


Publicité



Facebook