Touba pour une répression sévère des responsables


Rédigé le Vendredi 4 Janvier 2013 à 13:04 | Lu 107 fois | 0 commentaire(s)


L'édition 2013 du Grand Maggal de Touba a vécu. Juste après la cérémonie officielle, le Comité d'organisation a fait face à la presse pour tirer le bilan. Cette rencontre a été l'occasion pour le Comité d'organisation de tirer un bilan globalement positif, si ce ne sont les nombreux accidents mortels à déplorer et à propos desquels le comité demande à l'Etat de prendre ses responsabilités et de « sévir » conformément à la loi.


Touba pour une répression sévère des responsables
«Le bilan du Maggal est globalement positif. Seuls les accidents de la circulation notamment sont à déplorer (...) Maintenant c’est aux autorités de prendre leurs responsabilités et de sévir en appliquant la loi dans toute sa rigueur. C’est ce que nous demandons de faire. En tout cas cela (ndlr-le comportement des chauffeurs) ne peut pas continuer». C’est Serigne Abdoul Ahad Mbacké, président de la commission culture et communication du Comité d’organisation qui met ainsi les pieds dans le plat relativement aux nombreux accidents mortels enregistrés cette année sur les routes du Grand Maggal.

Abdoul Ahad Mbacké précise: «ce que nous voulons, c’est que les gens viennent en toute sécurité, passent un très bon Maggal et rentrent calmement». Selon lui, les motos ont été interdites d’accès à Touba parce qu’elles ont été la principale cause et les principales victimes des accidents, les années passées. C’est pourquoi les agents de sécurité ont soumis la mesure au comité d’organisation lors du comité régional  de développement  spécial sur le Maggal de Touba (Crd). Mais les chauffeurs n’ont pas joué le jeu, «ils n’ont pas été assez vigilant avec un nombre de rotations qui ne leur permet pas de se reposer». Ce qui fait qu’il y a eu beaucoup d’accidents qui ont été très meurtrières.

En atteste, «pour l’accident (d’avant-hier) qui a fait 18 morts, il parait que le chauffeur dormait et il est parti s’encastrer dans un autre véhicule. Un seul accident a fait 18 morts. Je crois qu’il faudrait que les autorités sévissent à ce niveau-là parce qu’on fait beaucoup de sensibilisation. Même le Comité d’organisation s’est impliqué pour une bonne sensibilisation, mais nous avons vu que le résultat n’a pas été à la hauteur de ce que nous attendions», a-t-il regretté.

Et d’ajouter que «le Khalife a prié pour les morts et nous présentons toutes nos condoléances aux familles des victimes». Car rien qu’à l’aller, au moins soixante huit (68) personnes accidentées ont été enregistrées sur la route du Maggal, dont un total de vingt huit (28) décès. Hier, sur le chemin du retour, d’autres victimes ont été enregistrées portant à 31 le nombre de morts sur les routes du Maggal. 

PENURIE D’EAU A TOUBA

Un problème structurel
 En plus des accidents,  Serigne Ousmane Mbacké, Coordonnateur du Comité d’organisation a reconnu qu’il ya eu quelques perturbations dans la distribution de l’eau, cette année aussi. Toutefois, il a relevé qu’il s’agit d’un «problème structurel à régler, mais qui n’est pas lié à l’organisation. Le nombre de camions que l’Etat avait promis est bien arrivé, mais la capacité ne permet pas de satisfaire quatre à cinq millions de personnes. C’est un problème qu’il faudrait prendre à bras-le-corps».

Et Abdou Ahad Mbacké de poursuivre que pour cela, «il faut que les gens se réunissent autour d’une table pour trouver une solution définitive. Sinon l’année prochaine aussi il y aura pénurie d’eau à Touba. C’est cela la réalité».
Pour les autres secteurs le Comité souligne n’avoir pas connu de difficultés majeures. Mieux, il a pu dérouler l’ensemble de ses activités comme il les avait planifiées. «En réalité, dans l’organisation du Grand Magal, nous avons eu la meilleure collaboration avec l’Etat et ses démembrement cette année», s’est réjoui Serigne Ousmane Mbacké.
 
ORDURES MENAGERES, EAUX USEES, SACHETS PLASTIQUES…

Le désolant décor de l'après Maggal
La salubrité avant et après le Maggal reste une préoccupation majeure de la cité religieuse de Touba devenue insalubre au lendemain. Des millions de tonnes d’ordures sont déversées par les pélerins. Les sachets d’eau en plastique, des tasses ou des bouteilles en plastique jonchent les grandes artères qui mènent vers la grande mosquée. Au niveau des quartiers, des tranchées ont été aménagées pour le dépôt des déchets des milliers d’animaux qui ont été immolés pour les besoins de la célébration, mais aussi les ordures ménagères qui font désormais partie du décor de l’après Maggal.

Sans compter des eaux usées qui sont déversées n’importe comment, occasionnant ainsi des désagréments pour les passants. Cet état d’insalubrité met ainsi à nu l’absence manque d’un réseau d’assainissement  pour cette agglomération qui regroupe plus d’un million d’habitants. A quelques jours du maggal, le ministre de l’Environnement avait pourtant mis à la disposition du comité d’organisation du maggal, des moyens pour assurer une propreté de la ville. Mais qui se sont malheureusement révélés très insuffisants.



Nouveau commentaire :
Facebook

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


Publicité



Facebook