TRAFIC DE TICKETS DE RESTAURANTS A L’UNIVERSITÉ DE DAKAR


Rédigé le Lundi 10 Juin 2013 à 10:35 | Lu 69 fois | 0 commentaire(s)


Les autorités sécuritaires du Centre des Œuvres Universitaires de Dakar (Coud) ont mis fin il y a deux semaines à un trafic de tickets de restauration mené par une bande organisée et estimé à plusieurs millions de francs CFA de manque à gagner. Ce qui a abouti à l’arrestation de quatre mis en cause en attendant, selon le Chef du Service de Sécurité Sadio Ndiaye, que d’autres têtes mêlées à cette affaire tombent.


TRAFIC DE TICKETS DE RESTAURANTS A L’UNIVERSITÉ DE DAKAR

Le trafic de tickets de restaurant est devenu courant au niveau du campus universitaire de Dakar. Pour preuve, la rocambolesque arnaque perpétrée depuis près d’une année par des contrôleurs du Coud, aidés en cela par un distributeur de cartes de crédit qui, à l’occasion, s’était mu en receleur. Le modus operandi était simple : le contrôleur Mame Thierno, Mbaye un permanent et «Grand» Sow chargé de récupérer les tickets à l’entrée des restaurants les reversaient tranquillement dans leurs poches avant de les écouler avec l’aide de Mohamed Diouf, cousin du Directeur des Restaurants et du revendeur de cartes de crédit, auprès des étudiants.
Filé pendant près de 6 mois par les services de sécurité du Coud, ce dernier finira par tomber dans le piège tendu par les éléments de la sécurité. Pressé de questions, il finira par dénoncer ses complices.
Mais la Direction du Coud qui n’a pas fini d’évaluer les dommages qu’elle a subis dans cette affaire n’est pas restée les bras croisés. «Une plainte a été déposée par la Direction», explique le chef du service de la sécurité. «C’est un trou énorme dans notre trésorerie. Les tickets sont vendus à 150 francs aux étudiants, mais nous les subventionnons et les payons à 850 francs au repreneur, alors que c’est écoulé sur le marché noir par d’autres. Nous n’avons même pas encore fini de compter les dégâts. On a mis en place un dispositif pour cela», informe-t-il.
 


Nouveau commentaire :

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


Publicité



Facebook