Souleymane Ndéné Ndiaye sur le 1er point de la conférence : " Aida Ndiongue va porter plainte [...] le procureur risque 6 mois à 1 an ferme


Rédigé le Lundi 20 Janvier 2014 à 16:35 | Lu 406 fois | 2 commentaire(s)


Une journaliste du site vipeoples.net s'est rendue à la Conférence de presse qui s'est tenue à l' hotel Terrou-Bi à 17 heures. Plusieurs personnalités , la presse sénégalaise et 9 avocats étaient présents.

Me Borso Pouye a donc ouvert le bal en lisant la déclaration préliminaire. Trois points fondamentaux ont donc été abordés à la conférence de presse : Le Procureur de la République avait-il le droit de communiquer sur les avoirs de Aida Ndiongue ? Qui est derrière cette conférence de presse et pourquoi le Procureur a-t-il violé ce principe de droit ? Les révélations de ce derniers sont-elles exactes ?


Souleymane Ndéné Ndiaye sur le 1er point de la conférence : " Aida Ndiongue va porter plainte [...] le procureur risque 6 mois à 1 an ferme
Souleymane Ndéné Ndiaye s'est donc prononcé sur le premier point qui est :  Le Procureur de la République avait-il le droit de communiquer les biens de Aida Ndiongue ?

 " C'est une première au Sénégal qu'un procureur de la République viole de la sorte l' article 11 du code Pénal qui dit :  Sauf dans le cas où la loi en dispose autrement et sans préjudice des droits de la défense, la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. Toute personne qui concourt à cette procédure est tenue au secret professionnel dans les conditions et sous les peines des articles 226-13 et 226-14 du code pénal."

Souleymane Ndéné Ndiaye a donné donc l'exemple de l' affaire Bettencourt . Il a rappelé les fuites répétées émanant du cabinet de la Garde des Sceaux Michèle Alliot-Marie sur l'affaire Woerth-Bettencourt, jugeant que «la République ne peut pas accepter» que soit «violé le secret de l'enquête».

Enfin l' avocat a terminé son discours en faisant une révélation capitale. Aida Ndiongue va porter plainte contre le procureur de la République et ce dernier risque donc 6 mois à 1 an ferme ou le paiement d'une amende salée précise Me Moustapha Diop, dans son second point.

Rokhy Goudiaby








Publicité



Facebook