Sit-in à la place de l’obélisque : Des jeunes diplômés réclament un emploi


Rédigé le Jeudi 22 Août 2013 à 12:23 | Lu 55 fois | 1 commentaire(s)



Sit-in à la place de l’obélisque : Des jeunes diplômés réclament un emploi
Les diplômés sans emploi du Sénégal étaient en sit-in, hier, à la Place de l’Obélisque. La tête bardée de foulards rouges, ils ont dénoncé l’absence de politique sérieuse, en termes d’emploi au Sénégal.
Ils étaient plusieurs dizaines de jeunes diplômés à prendre d’assaut, hier, la Place de l’Obélisque, réclamant leur insertion dans le monde du travail. Enturbannés de foulards rouges, ces jeunes sans travail ont reproché à l’Etat du Sénégal de manquer de volonté politique concernant l’emploi. «L'Etat, comme tout Etat, a pour mission la satisfaction des besoins sociaux de base des populations, comme l'éducation, la santé, la justice, la sécurité et l'emploi», a déclaré, Babacar Ndour, coordonnateur du regroupement des diplômés sans emploi du Sénégal (Rdses). Brandissant des pancartes sur lesquelles étaient affichés, entre autres messages : «l’auto-emploi, oui, mais où sont les financements promis par l’Etat» et «non à la politisation de l’emploi», ils ont rappelé au chef de l’Etat son adresse à la nation du 31 décembre, dans laquelle il promettait le recrutement de 5.500 jeunes dans la Fonction publique. En effet, pour Babacar Ndour et ses pairs, cela ne s'est pas fait dans les règles, tous les diplômés ne visant pas la Fonction publique, ne réclamant qu’un emploi stable à même de leur permettre de subvenir à leurs besoins et ceux de leurs proches. Par ailleurs, ces jeunes ont réclamé la suppression de l'Agence nationale pour l'emploi des jeunes (Anej), l'Agence pour l'emploi des jeunes des banlieues (Ajeb) et le Fonds national de promotion de la jeunesse (Fnpj).

«Se faire entendre»

Pour voir leur situation se décanter, le regroupement des diplômés sans emploi du Sénégal a décidé de multiplier les initiatives. «Nous allons organiser diverses activités comme un match de football. Nous allons aussi multiplier les sit-in jusqu'à ce que la situation se décante», a informé le coordonnateur, selon qui, «le rassemblement de la Place de l’Obélisque n’est que le premier acte d’une série d’actions à venir». Dénonçant la politisation de l’emploi, ces manifestants suggèreront à l’Etat de mener, en ce sens, une politique adaptée où plusieurs emplois pourront être créés à court terme. Ce, dira le coordonnateur, «en mettant fin aux cumuls des emplois publics-privés et à l’utilisation, à des fins personnelles, des infrastructures et services publics». Ces pistes de réflexion montrent, nous informe le coordonnateur, que le gouvernement n’a pas atteint ses limites, en termes de capacités de création d’emplois. Plusieurs autorités ont pris part à la manifestation. Il s’agit, entre autres, du professeur Abdoulaye Bathily, ancien secrétaire général de la Ligue démocratique (Ld), Seynabou Wade, maire de Fass-Colobane-Gueule Tapée et des responsables du mouvement «Y en a marre».

Cheikh Moussa SARR




Publicité



Facebook