Vipeoples.net  | Site d'actualité sénégalaise des VIP

Sale temps pour les conseillers en communication de la Présidence : Quand le Président Macky Sall cherche des boucs-émissaires


Rédigé le Vendredi 8 Février 2013 à 16:07 | Lu 128 fois | 0 commentaire(s)



Sale temps pour les conseillers en communication de la Présidence : Quand le Président Macky Sall cherche des boucs-émissaires
Le président de la République, M. Macky Sall, l’a dit : il n’est pas content de sa communication, et donc de ses spins doctors et autres communicants. Il les rend, certainement à tort, responsables de la dégradation de son image médiatique et de la baisse vertigineuse de sa cote d’estime. Le fait n’est pas nouveau puisque son prédécesseur Abdoulaye Wade tenait régulièrement la même rengaine. Combien de conseillers en communication avaient élu domicile à la Présidence avant d’en être dénichés souvent avec fracas par l’insatiable président ?Il est vrai que Wade, omnipotentet omniscient,se disait lui plus un communicateur que les hommes de l’art pour avoir édité plusieurs titres et dirigé moult organes de presse. Sobre comme un chameau,Abdou Diouf était sans doute plus attentif à ses conseillers. Il avait, semble-t-il, plutôt fait le choix de l’attitude mutique laissant ses porte-voix s’épancher dans les médias. Il est vrai que ses conseillers en communication, toutes générations confondues, étaient plus des hommes de l’ombre, n’intervenant publiquement que de manière séquentielle, que stars des tréteaux.Les média d’Etat dirigés par des journalistes « camarades socialistes » se chargeaient du reste.

Le président Diouf était discret et peu communicatif. Sa grande capacité d’écoute lui servait de pare-feu contre les dérapages médiatiques. Ses conseillers ne subissaient pas trop ses humeurs changeantes et ses foudres. Et lui-même se suffisait des média d’Etat dans un contexte de pluralisme limité, et de quelques réseaux dans la presse privée.
Conseillers et amis ne riment pas toujours

Pour le Président Macky Sall, il en était autrement. Lui comme Wade sont assez redevables à la presse de leur élection, pour devoir s’en détourner. Ses conseillers en communication ont souvent cheminé avec lui dans ses parcours politiqueset connaissent autant l’homme social que l’homme politique. En dehors du respect qu’ils doivent au chef de l’Etat, leurs rapports sont directs, amicaux et d’alliés. Si le président n’exerce sur eux aucun ascendant intellectuel, eux non plusne justifient pas à suffisance d’expériences et de vécu pour livrer au Président les conseils et avis dont il aurait besoin dans un contexte marqué par l’explosion des libertés, d’une communication débridée, à l’image d’Internet. Les médias d’Etat au contenu trop convenu et à la tonalité édulcorée ne suffisent plus de nos jours, faute de crédibilité, à relayer avec efficacité le message présidentiel. Leur dépérissement est inscrit dans l’ordre des choses.
Noyauter la presse privée assoiffée d’indépendance n’est plus de rigueur et les stratégies de manipulation et d’achat de consciences ont montré leur limite. La propagande médiatique est passée de mode, la diversité de l’offre médiatique est telle qu’en réalité le marché des contenus obéit plus à une logique de demande qu’à celle de l’offre. C’est le lecteur, l’auditeur, le téléspectateur qui cherchent et trouvent ce qu’il veut et les médias sont obligés de s’y conformer ou de disparaître.
L’incompréhensible colère du Président

La colère de Macky Sall envers ses conseillers n’est donc pas compréhensible. Il oublie une donnée essentielle dans la gestion des affaires : la communication n’est pas l’action. Elle bonifie l’action quand celle-ci comporte une vraie valeur. Elle constitue le prisme qui l’agrandit, le sur-dimensionne et l’amplifie. A condition que la part de rêve que doit recéler toute communication positive coïncide avec la réalité du discours. La communication électorale est une communication d’annonce et de promesses, qui a aussi sa part de rêve. Un candidat aussi valeureux que M. Macky Sall a bénéficié de la présomption de compétence et a suscité naturellement de l’espérance pendant la campagne jusqu’à récolter une victoire éclatante et le ralliement de 65 % des électeurs. Il se trouve qu’avec Macky président, l’espérance tarde à se manifester. Elle a même du plomb dans l’aile.On a comme l’impression que le Président Macky Sall se croit toujours en campagne électorale et qu’il prend ses promesses pour des paroles d’Evangile. Il semble bien ignorer que communiquer dans l’entreprise comme en politique c’est faire savoir son savoir-faire, ses acquis et surtout sa capacité à créer de l’espérance. Mais le moral des Sénégalais est si bas qu’il serait illusoire de croire que la communication peut à elle seule valoriser l’inexistant ou effacer leurs angoisses existentielles. C’est comme si on demandait aux salariés d’une entreprise de se partager une richesse imaginaire. A vrai dire, ce n’est pas la qualité des conseillers du Président qui est en cause. Ce sont certainementdes hommes et femmes de valeur à la compétence incontestée.
Même si on peut leur reprocher d’avoir souvent joué aux marchands d’illusions, d’avoir donné dans l’incantation et la logique déclaratoire, en voulant défendre forcément sans conviction l’indéfendable. Combien de fois ont-ils squatté les médias audiovisuels, signé des éditos à la place des ayant-droits, suscité des reportages commandés sur-mesurepour amplifier des messages anodins et soporifiques auxquels ils étaient les seuls à croire ? Mais, le fait est qu’ils étaient dans leur rôle, oubliant peut-être qu’en communication, l’asymétrie entre ce qui est dit et ce qui est fait s’avère plus dangereuse que le silence. Elle décrédibilise le message, son diffuseur et son commanditaire.
Une communication efficace est toujours rattrapée par la morale et la réalité si elle ne s’entoure pas de précaution éthique. C’est-à-dire avoir le courage de rechercher la vérité et la dire. Etre bon communicateur c’est aussi savoir se taire, observer des temps de pause, accorder la primauté à l’action, et attendre les résultats, avant de communiquer … sur le réel et non le virtuel. Cela s’appelle donner du temps au temps. Et cela, le président feint de l’ignorer :le temps médiatique n’est pas le tempsdu politique.Le temps du bâtisseur, n’est pas le temps de l’annonceur. La communication, loin s’en faut,n’est pas un exercice de magie. Communiquer, c’est certes, parler, montrer, faire-savoir, convaincre, persuader, faire, agir, divertir, influencer. Mais c’est, avant tout, avoir quelque chose à dire, à montrer et à valoriser.

Le problème, pour le Président, c’est de comprendre que ses promesses et ses discours sont pris maintenant pour des miroirs aux alouettes et que, pour l’heure, leur contenu n’est pas encore validé par la réalité des actes que les Sénégalais attendent de lui. Il n’a pour l’heure qu’une alternative, c’est se doter d’équipe gouvernementale compétente et se mettre réellement au travail en tenant un discours de vérité, au lieu de chercher des boucs-émissaires. Ses résultats parleraient plus pour lui que ce qu’il peut attendre de ses conseillers, qui ont trop souvent plus versé dans l’entropie, l’excès de paroles et d’informations de faible intérêt que dans le management responsable de sa communication. Quand un président affirme urbi et orbi qu’il ignore tout du retard des salaires des enseignants, il doit soit consulter un spécialiste en ORL, et un ophtalmologue ou limoger ses ministres de l’Education, des Finances et de la Fonction publique avant de s’en prendre à ses pauvres conseillers en communication.

www.vipeoples.net


Nouveau commentaire :
Facebook

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


Publicité



Facebook