Que vaut la parole donnée au Sénégal?


Rédigé le Lundi 28 Octobre 2013 à 17:38 | Lu 205 fois | 2 commentaire(s)


S’il y a un pays où la parole donnée semble valoir peu de choses, c’est bien le Sénégal. Je ne vais pas m’aventurer à donner des statistiques qui ne s’appuient sur rien d’autre que mon estimation propre ! Mais, une chose est sure, au vu de la dérive importante concernant les valeurs au Sénégal et le comportement des Sénégalais, il y a lieu de s’inquiéter et du Sénégal et des Sénégalais!


Que vaut la parole donnée au Sénégal?

Au Sénégal, les repères dans la hiérarchie des valeurs ont tellement changé de position que beaucoup de personnes ne savent plus à quoi s’en tenir dans les relations interpersonnelles, ou encore à qui faire confiance. Il est de plus en plus difficile, désormais, quand on traite avec un Sénégalais, de savoir avec certitude où se situe le Nord par rapport au Sud, et l’Est vis-à-vis de l’Ouest. Pourquoi? Parce que, simplement, les Sénégalais sont passés maitres dans l’art de la fabulation, du dénigrement volontaire de leurs semblables et du colportage. Ils excellent dans la distorsion de la vérité au point de vouloir nous faire croire que le mensonge n’existe plus; que tout ce qui est contre-vérité n’est rien d’autre que la vérité dite autrement. Sacrés Sénégalais! De grands hommes de la parole, mais rarement hommes de parole…

La parole, les Sénégalais en usent et en abusent. Dans les cérémonies festives, c’est la parole qui prend toute la place; dans le deuil, c’est la parole, encore la parole qui prend toute la place. La parole, la parole, toujours la parole; du matin au soir, les gens parlent… et ils parlent rarement de ce qu’ils connaissent. Ils parlent et ils rapportent; ils parlent et ils rajoutent… ils parlent pour ne jamais s’arrêter. Ils parlent haut et ils parlent fort; ils parlent beau et ils parlent faux… Quand le monde travaille, les Sénégalais parlent; quand le monde avance, les Sénégalais parlent. Figés dans leurs suffisances, embourbées dans la sottise, les Sénégalais ne sont en mouvement que dans la parole et espèrent, par ce véhicule, être au rendez-vous du développement. Sacrés Sénégalais! De grands hommes de la parole, mais rarement hommes de parole…

La parole des Sénégalais, c’est souvent une parole perfide. C’est aussi la parole qui vexe, la parole qui déshonore, c’est davantage la parole qui flatte, qui caresse, et qui finalement tue. Elle est rarement la parole qui réconcilie, la parole qui tisse des liens fraternels. Une parole de paix.

Combien de Sénégalais sont dénigrés à longueur de journée par d’autres Sénégalais qu’ils ne connaissent même pas, qui ne les ont jamais vus de près, ni de loin ? Mais c’est vrai qu’au Sénégal, les gens n’ont pas besoin de te connaitre pour trouver les moyens de te dénigrer! De toute façon, quand le Sénégalais ne t’aime pas, quand il n’épouse pas tes points de vue, ou le moindrement que vous avez un contentieux, alors là, toutes les occasions deviennent bonnes pour mettre sa parole gluante et sale sur ton dos et généralement à ton insu. Bref, quand le Sénégalais ne t’aime pas, qu’il t’ait connu ou non, cela n’a aucune espèce d’importance, il parlera de toi en mal comme si vous aviez longtemps gardé les vaches ensemble, ou si vous étiez nés sous le même toit.

Dans les pays comme le Sénégal, il semble que la parole peut tout faire et tout défaire. Tous les vices y sont défendables, dépendamment de qui les défend. En vérité, tout porte à croire qu’au Sénégal, il n’existe plus de cause injuste dans ce pays; on a juste des causes mal défendues. De facto, on peut presque tout se permettre quand on a la langue pendue et les moyens de rétribuer ses souteneurs. D’ailleurs, les nouvelles générations l’ont tellement bien compris qu’ils s’investissent corps et âme dans l’apprentissage de l’art de la parole et dans la recherche effrénée de l’argent plutôt que de s’investir dans la culture de la vertu.

Au Sénégal, à tous les âges et à tous les niveaux de station sociale, on ment. Pire encore, les mensonges les plus fumants, nous sont servis fréquemment sur la place publique par ceux qui incarnent l’autorité morale, politique et parfois religieuse. Voilà où nous en sommes dans un pays où le mensonge et les supercheries sont devenus un escalier pour une ascension sociale fulgurante!

En définitive, aujourd’hui, je ne reconnais plus mon pays, le Sénégal! Pourtant, personnellement, très tôt on m’a appris qu’un homme n’a que sa parole! J’ai grandi avec cette intime conviction obsessive, précieux legs qui me vient de mes parents, et que je m’évertue à enseigner à ma progéniture. Je suis un homme de parole et je veux le demeurer toute ma vie durant, peu importe ce que cela me coûte aujourd’hui, ou me coûtera demain. Et vous lecteur, de quel bord vous situez-vous? Que chaque Sénégalais fasse son introspection et qu’il n’ait pour juge que sa propre conscience. Il existe encore des Sénégalais hommes de parole et dignes de confiance, même s’ils sont de plus en plus rares. J’en connais qui, parce qu’ils sont attachés à la vérité qu’on les trouve tout le temps compliqués! Quand ils demandent des comptes, on leur répond par des quolibets ou des insultes. 4Il y a un proverbe celtique qui dit que: « Trois bougies repoussent les ténèbres ; la vérité, la connaissance et les lois de la nature.». Malheureusement, en plus de ne pas aimer la vérité, nous, Sénégalais, sommes rarement connaissant parce que trop suffisants. De plus, nous nous foutons royalement des lois de la Nature et de son Créateur, car nous sommes très peu croyants, avec beaucoup de faux dévots parmi nous. Donc, les ténèbres sont là pour rester, dans ce pays. Mais qu’à cela ne tienne! Les hommes de parole doivent demeurer fidèles à leurs idéaux au point de ne jamais vendanger leurs valeurs, bien que le Sénégal soit un pays infecté, de partout, par des menteurs qui prennent toute la place et crient plus haut que tout le monde. Qu’ils restent d’irréductibles partisans de la vérité, de l’honneur et de la vertu. Ils n’en seront alors que plus fiers et plus sereins, quand viendra ce jour infaillible où la Mort dictera sa loi. Ne nous laissons pas emporter par le tourbillon de la confusion qui prévaut en ce moment au Sénégal. Nous devons savoir choisir notre camp au risque d’y être seul, c’est cela être véridique, c’est cela aussi être une personne de conviction.

Mamadou Bamba TALL 

Directeur de publication de modou-modou.com