Piégé comme un débutant par Macky Sall: Abdoulatif Coulibaly est aujourd'hui à la croisée des chemin


Rédigé le Lundi 12 Mai 2014 à 22:11 | Lu 116 fois | 0 commentaire(s)



Après plusieurs années de louvoiement où il a même été le thuriféraire de plusieurs lobbies, Abdou Latif Coulibaly a fini par jeter le masque en acceptant d'entrer dans le gouvernement de Macky Sall. Ce journaliste vaniteux, à la critique facile et sans vergogne, s'est ainsi dévoilé au grand jour.Quelle hypocrisie de la part de cet homme qui se faisait passer naguère pour un opposant des consciences!

Spécialistes des calculs fantaisistes et des statistiques douteuses, Abdou Latif Coulibaly qui courre toujours à la recherche de paravent, n’est ni plus ni moins qu’un mercenaire de la plume en service actuellement dans le gouvernement.

Le peuple sénégalais qu’il a tenté d’abuser à travers la publication soutenue depuis plusieurs années de pamphlets contre le régime libéral, rit aujourd'hui sous cape à chacune de ses sorties dans les médias.

Car, dans le subconscient des sénégalais, ce prétentieux individu, sortie de la pénombre de Njol Sokone, est un cas pathologique qui inspire pitié et compassion.

Fort heureusement que les sénégalais n'ont jamais accordé la moindre importance à ses diatribes décousues et sans fondements, qu'il nous servait sous le régime de Wade.

N’est ce pas Abdou Latif Coulibaly qui disait lors d’une de ses multiples sorties médiatiques, qu’il serait candidat à l’élection présidentielle du 26 février 2012, si des sénégalais sérieux le lui demandent. Comme si lui même était sérieux.

En avançant de tels propos irréfléchis qui frisent le mépris, Latif a rompu sans s’en rendre compte depuis lors, les amarres avec le peuple sénégalais.

Et puis savez-vous que Latif qui est loin d’être un débatteur sur les plateaux de télé, n’aime pas la contradiction? C’est pour quoi, il ne peut être à l’aise que quand il occupe tout seul un plateau pour développer de manière unilatérale son jeu favori qui consiste à clouer au pilori d'honnêtes citoyens.

Théoricien de l’art du mensonge par omission, Abdou Latif Coulibaly s’était évertué, on se le rappelle depuis 2005 à semer le doute dans l’esprit des sénégalais en publiant des pamphlets insensés .

Mais les sénégalais qui ont fini par démystifier ce « mercenaire de la nouvelle civilisation », savent que Latif n’était pas sérieux dans ses critiques et qu’il versait le plus souvent dans la délation, en inventant des chiffres qu’il manipule à sa guise, pour se donner pompeusement les attributs de journaliste d’investigation.

En filigrane, Abdou Latif Coulibaly qui a su cacher sournoisement son jeu pendant près d’une décennie, en utilisant le portait caricaturé de Wade comme fonds de commerce, est aujourd'hui à la croisée des chemins, piégé comme un gros rat par Macky Sall qui a toujours cherché à le neutraliser.