Pénurie prolongée à Dakar : L’Etat et la Sde dans un tuyau de mensonges


Rédigé le Mercredi 18 Septembre 2013 à 14:23 | Lu 73 fois | 0 commentaire(s)


La Sénégalaise des eaux (Sde) a animé hier une conférence de presse pour s’expliquer sur la pénurie d’eau qui frappe une bonne partie de la capitale depuis jeudi dernier.


Pénurie prolongée à Dakar : L’Etat et la Sde dans un tuyau de mensonges

Même si le directeur général de la boîte se dit optimiste relativement au retour à la normale de la distribution de l’eau au plus tard ce mercredi, il n’en regrette pas moins le calvaire des ménages mais également la défectuosité d’une conduite installée il y a seulement 9 ans et dont la durée de vie devait dépasser 30 ans.

«Même la ville de New-York est restée trois jours sans avoir de l’électricité l’année dernière !» Voilà une belle façon de dire que ce qui se passe à Dakar depuis jeudi dernier est un épiphénomène. Une chose qui n’arrive pas souvent certes, mais qui arrive quand même.
Les mots de Mamadou Dia, directeur général de la Sénégalaise des eaux (Sde), sont pleins de sens relativement au travail «colossal» que ses équipes sont en train d’abattre à Keur Momar Sarr (l’usine d’exploitation d’eau de Louga), depuis vendredi. Au lendemain de la fissure d’une conduite d’eau dans l’usine, ses services, dit-il, ont mis les bouchées-doubles pour réparer la panne. Mais celle-ci est assez sérieuse pour nécessiter encore plusieurs autres jours de travail. Sur ce point, Mamadou Dia rassure, tout en nuançant ses certitudes : «Nous avons l’expertise nécessaire pour réparer la panne, mais ce n’est pas une mince affaire.»

En conférence de presse hier, le patron de la Sde semblait sûr de lui quand il parlait de l’expertise de ses services ainsi que de celle des deux sous-traitants sur le terrain, mais il relativise ses propos en parlant du retour à la normale (lire ailleurs). Quoiqu’il en soit, il est apparu à travers ses différentes explications que la situation est loin d’être maîtrisée. Car jusqu’à hier en fin de matinée, seuls 70% des travaux ont été accomplis, alors que les ouvriers et autres experts sont sur le terrain depuis six jours maintenant. «L’on s’est rendu compte à un moment qu’il fallait reprendre les choses pour bien faire le travail», a dit Mamadou Dia.
Donc, il restait 30% des travaux, pour commencer à remplir les vannes, à positionner les tuyaux et reprendre la distribution normale de l’eau. Dans son long propos marqué par une présentation du site et de la panne sur une diapositive, Mamadou Dia s’est longuement appesanti sur la qualité du matériel installé par la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones) à Keur Momar Sarr. En fait, indique-t-il, la conduite aujourd’hui défectueuse devait avoir une durée de vie de plus de 30 ans, mais c’est tout bizarre qu’elle ait des problèmes alors qu’elle a été installée en…2004. Même s’il dit n’accuser personne, il n’en laisse pas entendre moins que l’installation de cet outil dans une nappe d’eau présente des anomalies.
Bref, la Sde «assume» ses responsabilités et se dit prête à préfinancer le renouvellement de la conduite d’eau de Keur Momar Sarr. Ce n’est pas son rôle de financer des installations, mais cette fois, dit Mamadou Dia, ils sont prêts à le faire et sont d’ailleurs en discussion avec la Sones pour voir les conditions de cette initiative. Il est donc prévu, s’il y a accord, d’arrêter prochainement l’usine de Keur Momar Sarr pour changer la conduite et repartir sur de nouvelles bases.

Retour normal de la distribution de l’eau : Des assurances peu rassurantes !

La date d’aujourd’hui est arrêtée pour rendre l’eau disponible dans les ménages dakarois, sevrés du liquide précieux depuis six jours. Mais à la lecture du propos du directeur général de la Sénégalaise des eaux (Sde), le doute est permis : «L’eau reviendra au plus tard aujourd’hui (hier) à 21 heures 30, mais il se fera progressivement.» Ce propos de Mamadou Dia laisse croire que la disponibilité de l’eau ne sera pas effective partout à Dakar et au même moment. Ce, d’autant plus d’ailleurs, que le Dg de la Sde indique que les camions citernes en circulation dans une partie de la capitale vont continuer à circuler malgré le retour de l’eau.
Des propos pas du tout rassurants, surtout aussi qu’il a évoqué des problèmes de pression qui peuvent se poser. Il ne sera pas surprenant en effet de voir certaines parties de la capitale construites en «haute montagne», sevrées d’eau encore pour quelques heures de plus.

Le Quotidien