On OSE ou on n’OSE PAS (par Rabia Diallo)


Rédigé le Lundi 12 Août 2013 à 06:27 | Lu 98 fois | 1 commentaire(s)



On OSE ou on n’OSE PAS (par Rabia Diallo)
Je ne suis pas vertueux, non, ici, on sanctionne ceux qui OSENT, donc, je me tais.
Je me tais face aux vices, je me tais face aux mensonges, je me tais face à ce qui détruit, parce je ne fais pas partie de ceux qui OSENT.
Face à mon histoire, je préfére me taire, garder honteusement le silence, face à ce qui représente tout, sauf la droiture, et tous ces principes qu’on nous miroite, depuis des siècles.
Je me suis fait à la triste réalité, car toutes ces belles leçons de morales sont créées, racontées par des pompiers pyromanes, qui brandissent un drapeau blanc à la main droite, et celui du pirate avec la main gauche. Non, je n’OSE pas.
M’attaquer à plus fort que moi, avoir le courage de dire les choses telles qu’elles sont, peu importe les risques que cela comporte, ne fait pas partie des choses que j’OSE faire.
Je me rappelle le début de ma carrière, quand, jeune, j’’intégrais la police, plein d’espoir, avec comme seul but, de servir mon cher pays, avec tout ce que cela comporte comme obligations et devoirs, avec tout ce que cela comporte comme sacrifices. J’ai eu la noble intention de servir le Sénégal. J’ai fait partie de ceux qui ont OSE dédié tout leur avenir à leur patrie.
Je me rappelle, le jour où je prêtais serment, ou j’ai juré devant DIEU et les hommes, la main sur le cœur…Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. Depuis, j’ai gravi des échelons, j’ai construit ma vie, dignement, honnêtement. J’ai construit un foyer, mis au monde et éduqué mes enfants à la sueur de mon front, exclusivement. J’ai bâti une vie, sur des décennies, j’ai bâti une carrière sur des décennies, uniquement mu par la volonté de rester fidèle à ma conscience, et toutes ces valeurs cardinales enseignées par mon père. Mais, depuis, je suis devenu réaliste.
Et puis, ce fameux soir, où j’ai réalisé…Quel choc ! Néanmoins, il fallait faire un choix. OSER et périr, ou me TAIRE et survivre. OSER, pour sauver toutes ces millions de personnes qui dorment tranquilles, pensant être protégées par des institutions crédibles…Engager ma parole, contre plus fort que moi, en anticipant mentalement toutes les conséquences. Ces tiroirs, qu’ils tireront, ces fantômes qu’ils réveilleront, cette réputation qu’ils entacheront, cette guerre, qu’ils entameront…
Non, ma famille, mon nom, ma carrière vaut plus, à mes yeux que tout cela, je n’OSE pas. Je n’ose pas prendre le risque de tout perdre…’’
Ceci pourrait-être le discours de n’importe qui, mais pas le discours des VRAIS, des ‘’ REAL’’ comme on dit. Ce discours ne sera jamais celui des ‘’BAGNKATE’’, pas celui des hommes LIBRES et INTEGRES. Heureusement…
Oui, quand on OSE, on engage tout, mais on sauvegarde la seule chose qui fait un l’Homme : SA DIGNITE. Tous les soirs, on se couche la conscience tranquille, le cœur soulagé, le cœur léger.
La vie est très un long combat, dont personne ne peut se soustraire. Un combat entre le bien et le mal. Des choix, à faire, à chaque carrefour : choisir un chemin, en acceptant d’en assumer toutes les conséquences.
Par ailleurs, ce qui ne peut moralement être concevable, c’est d’être sanctionné, pour avoir OSE dénoncé. La morale ne peut l’accepter, malgré toutes les explications ‘’Politiques’’ qu’on nous servira, ce ne sera jamais concevable. Qu’on arrête de nous divertir, et qu’on éclaire tous les Sénégalais par un OUI, ou un NON. Ce qui est dommage, c’est que toutes ces ‘’Valeurs’’ en commençant par la ‘’bonne gouvernance’’ ne sont en réalité que des théories, servies aux incrédules et naïfs comme moi, mais la vérité, c’est que ce monde est ‘’Gouverné ‘’ par l’argent, le pouvoir, ce monde est gouverné par le ‘’Business’’.
« Kou beugg bakh rekka sonne », Mais, on oublie très souvent que, peu importe la difficulté, peu importent les risques, peu importent les plumes qu’on risque d’y perdre, peu importe cette carrière hypothéquée, peu importent tous les malheurs du monde qu’on posera sur nos épaules, on devra toujours se dire que, où que l’on soit, on n’est jamais seul, car on aura toujours un allié de taille, le Seul, l’Unique, le Juste, le détenteur de la plus éclatante des lumières, la Lumière, on aura toujours DIEU comme allié. Dieu sera toujours à nos côtés, tant qu’on œuvrera pour la vérité et ce qui est en accord avec l’intégrité, la justice et la dignité humaine.
Quand on s’imagine qu’un jour on sera enseveli à des pieds sous terre, et que ces anges nous rendront visite, que leur dira-t-on, après notre furtive vie ? On en voudra à la traitrise du temps, qui file et glisse sous nos doigts. On en voudra à notre boulimie qui nous avait fait oublier ce rendez-vous incontournable, et l’autre, qui l’est encore plus, pris depuis plus des millénaires, avec nous, par notre Créateur… Le jour de l’ultime jugement, que lui dira-t-on, après avoir mis en péril des milliers et peut-être même des millions de vie ? Que lui dira-t-on après avoir menti, triché pour l’argent, et le pouvoir, ces deux choses avec lesquelles on ne nous enterrera jamais. L’être humain peut-être quelque fois si inintelligent et tellement « pas malin » qu’on se demande si l’argent et le pouvoir ne rendent pas réellement stupide, fou et amnésique !
Oui, mieux vaut craindre Dieu et OSER dénoncer des humains comme soi, plutôt que de le défier par crainte des hommes, en OSANT garder le Silence devant DIEU…
Finalement, c’est un choix, Dieu, ou les Hommes, mais, pour ceux qui sont ‘’Doués d’intelligence’’, Dieu reste l’Unique choix.
En ce mois béni de Ramadan, par toute cette pénitence, par tous ces actes de piété, Qu’ALLAH fasse éclater la vérité, et la fasse scintiller de milliards de feux. Qu’ALLAH, par sa Justice, sa Miséricorde et son Omnipotence infinis éclaire le peuple Sénégalais et le protège de tout ce qui menace son intégrité.
Rabia Diallo


Nouveau commentaire :
Facebook

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés