Vipeoples.net  | Site d'actualité sénégalaise des VIP

Moubarack Lo voue à l'échec le Pse: "C'est pas ambitieux"


Rédigé le Mardi 25 Mars 2014 à 10:52 | Lu 45 fois | 0 commentaire(s)



Revoilà Moubarack Lo. L'ancien Directeur de cabinet adjoint de Macky Sall ne semble pas être séduit par le Pse tant chanté par les observateurs.
 Sans porter de gants l'ex collaborateur du Président a vivement critiqué ce plan pour l’émergence du Sénégal.  L’émergence, fait-il remarquer, ce n’est pas le développement. Mais, c’est la mise à niveau sous forme de vertu dans la gestion qui fait qu’on devient un pays attractif. «Pour émerger, le plus important ce sont les réformes. Quand on fait des réformes, les investisseurs vont affluer, les financements publics vont venir et l’économie va se diversifier. Un plan, c’est toujours une bonne chose surtout que le Pse s’est voulu modestement de synthétiser ce qui existait. Mais, je précise que la synthèse de plans ne fait pas un plan cohérent. En toute rigueur, si vous voulez faire une bonne stratégie, vous devez partir des défis critiques. Et partir des critiques, identifier les orientations, les stratégies opérationnelles et les plans d’action. C’est ça qui aurait dû être fait. Mais, il ne s’agissait pas de dire juste qu’on va fusionner ce qui existe. Parce qu’on aura des problèmes de cohérence. Car à ce sujet, on risque de négliger des pans entiers. C’est un peu ça le hic du Pse», critique-t-il.

 Pour lui, le Pse n’est pas assez ambitieux. «7% dont on parle dans ce plan ne permettra pas au Sénégal d’être émergent. Pour pouvoir émerger et attirer l’attention, il faut au moins doubler le Pib tous les dix ans. Le bon niveau pour le Sénégal, c’est 9,5% à 10% de taux de croissance par an au lieu de 7% du Pse. Le Pse n’a pas défini comme il se doit ce que c’est que l’émergence. Ceux qui visent l’émergence en 2035 n’ont pas compris ce que c’est que l’émergence. Le Sénégal ne peut attendre 20 ans pour émerger. C’est manquer d’ambitions. Le Sénégal peut émerger en 10 ans. Nous avons beaucoup d’atouts. Il faut juste les consolider, corriger nos faiblesses et accélérer les réformes», dit-il.





Publicité



Facebook