Vipeoples.net  | Site d'actualité sénégalaise des VIP

Mise a nu des mensonges manipulatoires de SELBÉ NDOM ET D’IDRISSA NDIAYE


Rédigé le Samedi 8 Février 2014 à 12:40 | Lu 77 fois | 0 commentaire(s)


Avant le combat choc Modou Lô-Eumeu Sène, peu de Sénégalais misaient un kopeck sur une éventuelle victoire du Roc des Parcelles Assainies. Techniciens, journalistes, amateurs donnaient largement favoris le fils de Pikine. Connu pour sa vaillance, son stoïcisme à encaisser les coups les plus violents, Eumeu Sène aura déçu plus d’un supporter quand, au bout d’une vingtaine de minutes, sceptique, fatigué et dépassé par un combat qu’on croyait rapide comme une blitzkrieg, l’enfant terrible des Parcelles assainies le balaya comme un tsunami déboulonnant les pans les solides.

Ainsi Modou Lô aura fait taire tous les Sénégalais (dont l’auteur de ces lignes) qui le jugeaient comme un imposteur qui, toujours, a usé de la ruse et de triche pour en arriver à ce sommet himalayen de la lutte. Il a su montrer qu’il savait lutter, cogner et terrasser les poids lourds de la trempe d’Eumeu Sène. Ainsi cette victoire, c’est celle de la gloire, celle de l’affirmation de son talent et de son savoir-faire, celle de la confirmation de ses prouesses antérieures.

La victoire de la vérité sur le mensonge

Mais la vraie victoire du «Saigneur» des Parcelles, c’est celle de la vérité sur le mensonge. Modou Lô aura surtout mis à nu les mensonges éhontés des faux prédicateurs que sont Selbé Ndom et Idrissa Ndiaye. Ces deux menteurs professionnels qui jouissent, pour on ne sait quelle raison, d’une large tribune à la Sen-Tv, ont chu de leur promontoire de célébrité construit de la naïveté fangeuse des Sénégalais.

Le fait d’attirer les foules délirantes n'est pas un critère absolu de la vérité. Au Sénégal, certains événements à l’instar des grands combats de lutte attirent, comme des mouches sur du miel, plusieurs prédicateurs, lesquels s’en saisissent pour captiver et dépouiller des milliers de gens perméables à leurs fausses prophéties.

D’ailleurs la mise en scène de ces charlatans fantoches à la veille du combat Modou Lo contre Eumeu Sène a mis à nu les dérives, voire les carences professionnelles, du groupe D-Média, notamment la télévision. Rien n’est plus grave et anti-professionnelle que de donner le micro à des hurluberlus littéralement détraqués et leur permettre de distiller, sans prudence, sans respect des normes de diffusion, des mensonges crus sur un événement grandiose dont l’issue ne dépend point d’un être surnaturel, mystérieux avec des pouvoirs occultes, mais de la vaillance, de la bravoure, de la percussion et de la technicité des deux lutteurs concernés.

Le mérite de Modou Lo, c’est d’avoir fait mentir ces deux vendeurs de chimères et aussi d’avoir surtout montré que D-Média manque de professionnalisme en prenant le risque de donner victoire à Eumeu Sène alors que les muscles et la technique ne s’étaient pas encore exprimés sur la vraie issue du choc des titans.

Quand le carillonnant Malick Thiandoum a réuni sur le même plateau de la Sen-Tv, la veille du combat tant attendu, un aréopage de techniciens et d’experts de la lutte pour donner des avis différenciés sur le déroulement et l’issue fatale du combat, tous les téléspectateurs ont apprécié leur pronostic même si on y percevait une certaine dose d’ambivalence synonyme de prudence.

Mais subséquemment, les enseignements recueillis de ce plateau relevé ont été complètement anéantis par les plages d’expression accordées aux gloutons faux prophètes qui ont déclaré, avec témérité à quelques heures de la confrontation, que l’enfant de Pikine rentrerait triomphalement chez lui. Ce que Modou Lô a publiquement démenti en prenant le dessus sur son challenger et sur ses tombeurs écervelés et enténébrés dans leurs viles pratiques mantiques.

D’ailleurs le reporter sportif de Sen-Tv, gagné par la honte et le remord parce qu’ayant donné, au préalable, foi aux mensonges du couple de charlatans sataniques, s’est aplati, après le combat passionnant, devant Kharagne pour se fondre en éloges insincères.

La chute retentissante du Capitole à la Roche tarpéienne de ces pseudo-prédicateurs est mortelle pour leurs affaires louches vu que les Sénégalais se sont fait une religion sur la franchise de leurs pratiques divinatoires.

La vente des fantasmagories : un commerce florissant

Aujourd’hui le métier ignoble qui nourrit le plus son homme au Sénégal, c’est celui de prédicateur ou téléprédicateur, de tradipraticien ou de décrypteur de rêves et de cauchemars qui pullulent sur les plateaux télés ou dans les studios radios. Ils investissent, comme un essaim de sauterelles, la tribune offerte par certains médias dilettantes pour faire étalage de leur pseudo-savoir et vendre leurs fantasmagories. Sans scrupule, ils se bâtissent d’énormes empires financiers sur le dos de naïfs soucieux de leur avenir.

Ces prédicateurs se construisent des villas où règne une profusion d’insolence luxueuse alors que leurs patients ou clients aux revenus souvent modestes ont du mal à joindre les bouts et à boucler leur fin du mois.

Ces docteurs de la divination mensongère promettent à leurs adeptes les illusions qu’ils veulent entendre. Leurs méthodes pour soutirer de l’argent aux gens honnêtes sont des plus déshonnêtes, frauduleuses, manipulatoires, amorales. Ils prétendent vaticiner l’avenir en faisant des miracles loin d’être miraculeux alors que, intellectuellement atrophiés, ils ne peuvent pas scruter l’avenir ni voir plus loin qu’une taupe. Ils inventent sans cesse des histoires mensongères pour vendre leurs chimères.

Par cupidité, ils usent de paroles trompeuses pour abuser de l’ingénuité jobarde de leurs ouailles. Parce qu’ils ont très envie de gagner de l’argent pour vivre, ils mentiront toujours à ces âmes poreuses pour atteindre leur vile dessein. Mais des champions comme Modou Lô surgiront toujours des écuries de la vérité pour démasquer et débusquer tous ces faux prophètes qui plastronnent sur les plateaux pour bâtir indûment une fortune de la naïveté de leurs adeptes.

sgueye@seneplus.com


Mise a nu des mensonges manipulatoires de SELBÉ NDOM ET D’IDRISSA NDIAYE