Le super parcours de Moustapha Cissé Lô


Rédigé le Mardi 6 Mai 2014 à 12:05 | Lu 222 fois | 0 commentaire(s)



Le super parcours de Moustapha Cissé Lô

- Son limogeage a fait l’effet d’une surprise. Tant Moustapha Cissé Lô est connu pour son caractère d’homme têtu et va-t-en-guerre. Le Quotidien retrace le parcours de cet homme qui a osé défier Moustapha Niasse. Et donc, Macky Sall. Moustapha Cissé Lô limogé de son poste de ministre -conseiller à la présidence de la République. Est-ce le début de l’affirmation de l’autorité de Macky Sall ? Tout  porte à le croire. Et pour cause, la décision était attendue depuis longtemps par nombre d’observateurs et cela depuis que Moustapha Cissé Lô a commencé à ruer dans les brancards pour déclarer orbi et urbi qu’il devait être président de l’Assemblée nationale. Ou rien. Le chantage avait trop duré et avait même débuté déjà en 2009 lors de la tournée du leader de l’Alliance pour la République (Apr) dans le département de Mbacké. Ce jour-là, avec les menaces de Cissé Lô de quitter sa formation politique si jamais, il passait par Mbacké où l’attendait une forte mobilisation de Pathé Diakhaté et de ses amis, Macky Sall avait finalement filé vers Ngabou et piqué tout droit sur Touba.

Tout récemment, il a aussi déclaré que s’il était tête de liste, les populations allaient sortir et voter en masse. Pourquoi, lors de la Présidentielle aussi bien au premier qu’au second tour, il n’y a même pas eu 300 000 électeurs dans le département de Mbacké alors que le corps électoral comptait plus de 400 000 électeurs. Le «mérite» de Moustapha Cissé Lô, c’est d’avoir perdu, avec son mentor, les deux scrutins présidentiels de 2012 dans son propre fief de Touba. Ses déclarations selon lesquelles il a la compétence pour diriger l’Assemblée nationale appellent plusieurs analyses.

 
MILITANT DU PLP
En jetant un regard dans le rétroviseur, aucune des personnalités qui se sont succédé à la tête du Perchoir de l’Assemblée nationale n’a un niveau académique aussi bas que celui de Moustapha Cissé Lô. Ancien peseur de secco du temps de la défunte Oncad, le challenger de Moustapha Niasse a milité naguère dans le Parti de libération pour le peuple (Plp) du regretté Me Babacar Niang. Avant de migrer au Parti socialiste. Devenu député en 1998, l’ex-pourfendeur de Wade va plier armes et bagages pour rejoindre la formation libérale. Stupéfaits, les Diourbellois et tous les observateurs politiques se demandaient comment il a pu faire un tel acte alors qu’en 1999, quelques mois seulement avant l’Alternance, il avait traité Me Wade de tous les noms d’oiseaux. Réélu député en 2007, Cissé Lô sera exclu de l’Hémicycle en 2008, accusé qu’il était d’être en intelligence avec l’actuel chef de l’Etat alors président de l’Assemblée nationale. Président de la chambre de commerce, Moustapha Cissé Lô est accusé par ses pairs de voyager seul.
 
Très possessif, il fait cuisiner par ses femmes les repas lors des séminaires que la chambre consulaire organise. Bagarreur, très impulsif, le désormais ex-ministre conseiller du chef de l’Etat s’est aussi distingué tristement en 2005 lors des manœuvres des libéraux qui ont abouti à la dissolution du Conseil régional et sa mise sous délégation spéciale. Très engagé, l’ex-barbu, marabout de profession- c’est comme cela qu’il s’identifie sur les listes électorales- ne recule devant rien pour parvenir à ses ambitions. Membre de Dekkal ngor, il rejoint sur le tard l’Apr, contrairement à Abdoul Ahad Seck Sadaga qui vient d’être élu député sur la liste départementale de Mbacké. Connu pour son arrogance, Moustapha Cissé Lô est devenu célèbre après qu’il a cassé l’urne lors d’une élection de la chambre de commerce. Humain, généreux, c’est à coup de chantage à l’endroit de l’actuel chef de l’Etat qu’il s’est fait nommer coordonnateur du département de Mbacké et responsable de la cellule d’entreprises de l’Apr. Homme d’affaires, il s’est mis à dos une bonne partie de la classe maraboutique qu’il n’hésitait pas à pourfendre et à vouer aux gémonies. C’est la raison pour laquelle, son limogeage a fait rire sous cap ses «confrères» marabouts.
 
Source :Le Quotidien par vipeoples



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 11:57 Quand Keur Momar Sarr assoiffe Dakar



Publicité



Facebook