Le lourd préjudice subi par la mairie de Dakar: Vols de lampadaires à grande vitesse


Rédigé le Lundi 3 Février 2014 à 06:30 | Lu 104 fois | 0 commentaire(s)


Plusieurs vols de lampadaires sont enregistrés sur l’autoroute à Dakar, contribuant à rendre la zone très dangereuse la nuit. Agressions, sabotages, etc. sont monnaie courante sur cet axe routier. Tout cela est le fruit de l’incivisme de citoyens malveillants et peu soucieux du bien public.


C’est un secret de Polichinelle, il n’est pas bon de tomber en panne sur l’autoroute à certaines heures. Surtout la nuit, période où voleurs, agresseurs ou autres personnes malveillantes y élisent domicile. Ils sont nombreux les automobilistes dont les voitures sont tombées en panne et qui ont eu la désagréable surprise de croiser sur le chemin une bande de voyous qui sévissent sur l’axe Malick Sy-Patte d’Oie.

Profitant de l’obscurité de la nuit, ces bandes agressent d’honnêtes citoyens qui rentrent chez eux après une dure journée de labeur. Et pourtant, sur cet axe de l’autoroute, pas moins d’une centaine de lampadaires sont installés, mais aucun ne fonctionne. Les voleurs de câbles sont passés par là, en démontant tout le matériel permettant à ces candélabres d’éclairer la voie.

En plus du cuivre que cherchent les voleurs, tout le matériel de l’armoire de commande composé de contacteurs et d’horloge en général est emporté et revendu dans le marché noir. Pourtant, selon le directeur des services techniques (Dst) de la Ville de Dakar, Serigne Lèye Thioune, un seul candélabre peut coûter aux environs de 1,5 million de FCfa. Ce chiffre, rapporté à la centaine de lampadaires installés sur l’autoroute, renseigne sur le préjudice subi par la Ville de Dakar. Mais ce n’est pas seulement l’autoroute qui est saboté de cette façon.

Plusieurs avenues de la capitale sont aussi plongées dans le noir, compromettant la sécurité des populations. Pourtant, de 2008 à nos jours, rappelle Serigne Lèye Thioune, la mairie de Dakar a réussi à se doter d’un puissant réseau d’éclairage public de 15.000 lampadaires, pour un investissement global de 30 milliards de FCfa. Parallèlement à l’éclairage public, la nouvelle équipe municipale a injecté une enveloppe de 2,140 milliards de FCfa pour l’installation de feux de signalisation.

Mais aujourd’hui, avec l’incivisme des populations, les vols commis çà et là ainsi que les actes de sabotage, le préjudice subi par la mairie de Dakar est presque incalculable. « C’est un préjudice extrêmement grave que la ville subit, analyse Yoro Bâ, 3ème adjoint au maire de la Ville de Dakar. » Selon lui, les populations ne se rendent pas compte que quand la ville n’est pas éclairée, ce n’est pas faute d’avoir mis les moyens, mais à cause des personnes mal intentionnées.

Ainsi, pour Yoro Bâ, c’est le rapport des Sénégalais avec le bien public qui doit être revisité. Pour ce faire, il estime qu’il faut une éducation forte pour amener les citoyens à comprendre que le bien public n’appartient pas à l’Etat, mais à eux-mêmes. Une éducation qui doit être inculquée au sein de la famille, à l’école ou encore dans les écoles coraniques, les «daaras».

Le Soleil


Le lourd préjudice subi par la mairie de Dakar: Vols de lampadaires à grande vitesse




Publicité



Facebook