LA SOCIETE GÉNÉRALE FERME LES COMPTES DE WADE ET SA FAMILLE, LA BNP NE VEUT PLUS DE SOULEYMANE NDENE NDIAYE


Rédigé le Jeudi 18 Juillet 2013 à 14:03 | Lu 436 fois | 6 commentaire(s)


Chaque jour avec son lot de tourments pour Me Abdoulaye Wade et sa famille (Viviane, Karim et Sindiély). A côté des déboires judiciaires que connaissent certains de ses membres, les comptes bancaires de l’ancienne famille présidentielle domiciliés à la Société générale vont être fermés. L’ancien Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye n’est guère mieux loti. La Banque nationale de Paris (Bnp) a fermé son compte. Une affaire rocambolesque. Macky Sall, contacté par Wade par l’intermédiaire de Bruno Diatta, avait demandé à Amadou Kane de trouver une solution rapide à ce problème. Mais Amadou Kane, accusent des sources proches de Wade, traîne toujours les pieds…


l'As
l'As
Les déboires ne sont près de se terminer pour l’ancien chef de l’Etat, sa famille ainsi que certains dignitaires de son défunt régime. En effet, les autorités étatiques n’entendent desserrer l’étau autour d’eux. Celles-ci viennent de leur porter une énième estocade en orchestrant la fermeture pure et simple de leurs comptes dans les banques françaises à savoir la Société générale et la Bnp. De sources dignes de foi, l’ancien chef de l’Etat, son épouse Viviane ainsi que leurs enfants Karim et Sindiély détenteurs ont reçu des correspondances leur notifiant la fermeture de leurs comptes à la Société Générale de Banques. Dès la réception de cette notification, l’ancien Président a cru que la mesure émanait des autorités françaises. Ce qui l’a poussé à saisir ses avocats. Ces derniers, rapportent des sources concordantes, «en revinrent avec l’assurance qu’il n’en était rien et que très probablement la décision était prise à la demande des autorités sénégalaises.»


Muni de ces informations, le célèbre retraité de Versailles a appelé Bruno Diatta que le Président Macky Sall avait désigné comme son point focal avec la Présidence pour lui expliquer ce qui lui était arrivé. Lui faisant plus tard le compte rendu de son audience avec le président de la République, le chef du protocole de la Présidence lui apprendra que Macky Sall a décidé de diligenter l’affaire. Il a aussitôt appelé le ministre des Finances Amadou Kane en l’instruisant de se rendre à Paris, auprès des autorités de la Société générale pour obtenir la réouverture du compte de Wade.
Macky envoie Amadou Kane à Paris pour rouvrir le compte de Wade
Dès son arrivée dans la capitale française, l’envoyé spécial de Macky Sall est entré en contact avec l’ex-locataire du Palais de l’avenue Léopold Sédar Senghor afin de le rassurer. «Le ministre Amadou Kane a rendu compte au Président Wade de ses entretiens avec un membre de la direction de la Société générale en lui affirmant que les choses allaient s’arranger», confie un de nos interlocuteurs avant de se désoler : «il n’en fut rien».
Malgré cette situation, Wade ne désarme pas puisqu’il a appelé Amadou Kane qui était rentré à Dakar pour lui demander, en sa qualité d’ancien haut cadre de la Bnp, de faire le nécessaire pour qu’un compte bancaire soit ouvert en son nom.
«Peine perdue puisqu’à ce jour rien n’est fait», fulminent des voix autorisées. Lesquelles accusent l’argentier de l’Etat d’être à l’origine des misères faites à Wade. «Tout laisse croire que le ministre des Finances qui n’a rien fait, malgré et en dépit des instructions du Président Macky Sall, (…) aurait son propre agenda, avec le soutien des milieux d’affaires français», tonne-t-on dans l’entourage de l’ex-chef de l’Etat.


Ndéné «indésirable» à Bnp
Comme son ancien patron, Souleymane Ndéné Ndiaye a été déclaré «persona non grata» dans sa banque parisienne, Bnp. L’ancien Premier ministre a reçu de sa banque, il y a quelques mois, une lettre lui indiquant que son compte allait être fermé. N’ayant reçu aucune information sur les motivations de cette mesure, l’ex-Pm a été toutefois prié de «prendre ses dispositions pour le compte ne soit pas débiteur au moment de la clôture».
Contacté, Souleymane Ndéné Ndiaye confirme l’information mais précise que la mesure remonte à l’année dernière.
Jointe au téléphone, la conseillère technique chargée de la Communication au ministère des Finances Khadidiatou Bousso soutient que son patron Amadou Kane ne peut pas se prononcer sur une affaire qui concerne des chefs d’Etat.
 




Publicité



Facebook