Vipeoples.net  | Site d'actualité sénégalaise des VIP

L'amnistie accordée à Sindiély Wade fâche les prestataires du FESMAN


Rédigé le Lundi 10 Février 2014 à 17:19 | Lu 314 fois | 2 commentaire(s)


VIPEOPLES.NET- L’information sur la décision du chef de l’Etat de ranger le dossier Sindiély Wade et Cie a fait sortir les prestataires du Fesman 3 de leurs gonds. Des entreprises sénégalaises en difficulté réclament encore leurs dus.


L'amnistie accordée à Sindiély Wade fâche les prestataires du FESMAN
Alors que le chef de l’Etat Macky Sall a décidé d’«amnistier» Sindiély Wade, ancienne Déléguée général adjointe de la troisième édition du Festival mondial des arts nègres (Fesman 3), les  prestataires de cette grande manifestation culturelle, dans la dèche, réclament leurs sous. Plusieurs entreprises tirent la langue à cause de leurs créances non recouvrées.
Des dizaines d’emplois ont été perdues. C’est le cas de la société Sg Productions, spécialisée en sonorisation. «On me doit 17 millions 800 mille FCfa. On avait investi avec nos propres moyens», regrette son patron Serigne Guèye. L’Etat, constate-t-il, est en train d’aider des entreprises en difficulté au moment où il peine à régler les factures des prestataires du Fesman 3. L’Inspection général d’Etat, reconnaît Serigne Guèye, «s’est investie dans le règlement de ces dettes».
Dans son rapport annuel, il est mentionné que 3 milliards de FCfa sont dus aux prestataires du Festival, essentiellement composés de Sénégalais et d’Américains. L’Ige a recommandé au président de la République de payer ces dettes contractées dans le cadre de cette manifestation culturelle organisée par son prédécesseur. Mais Macky Sall semble traîner les pieds.
Lors de la présentation du rapport, le chef de l’Etat avait fait savoir, face à la presse, que «recommandation n’est pas commandement» et qu’il verrait la suite à donner aux conclusions de l’Ige.
 
Les prestataires américains déjà «payés»
Le patron de Sg productions affirme que leurs camarades américains ont perçu leur agent avant l’arrivée du Président Barack Obama à Dakar, en juin dernier. «Nous avons été convoqués par l’Ige pour déposer nos factures mais nous n’avons plus de feed-back contrairement aux prestataires américains. Cela fait presque an», se désole M. Guèye.
La société Almin, spécialisée dans la fourniture de matériel informatique et de réseau est dans la même situation. Son directeur technique Aziz Diop regrette d’avoir envoyé tout son personnel en «chômage technique» à cause de ses créances.
«On a essayé de contacter plusieurs autorités mais on peine encore à être payés. Le Fesman nous a complètement plantés», dit-il. Aujourd’hui, parmi les prestataires, révèle Serigne Guèye, il y a des sans-abris, des divorcés. «J’ai rencontré Abdoul Aziz Sow, (Ndlr : ancien Délégué général du Fesman) plusieurs fois. Il m’a toujours dit que la somme à payer aux Sénégalais ne dépasse pas 700 millions de FCfa», rapporte-t-il.
Fauché par le Fesman 3, les prestataires avaient formé un collectif pour lancer le combat pour le recouvrement. A en croire, Serigne Guèye, ceci n’existe plus car les  détenteurs de petites factures ont été payés avant la deuxième alternance politique.
biramefaye@lequotdien.sn




Publicité



Facebook