L'ARMÉE MEXICAINE DE MACKY ET SES 100 CAPITAINES


Rédigé le Jeudi 11 Juillet 2013 à 23:21 | Lu 52 fois | 0 commentaire(s)


Ça part dans tous les sens ! L’Alliance pour la République (Apr), la formation politique du Président Macky Sall qui s’est inscrite dans un provisoire sans fin, offre la figure d’un parti où chacun prend la parole pour dire ce qu’il veut sans être trop inquiété. La raison est certainement à chercher dans la non structuration de cette formation politique qui est venue au pouvoir alors qu’elle n’a pas encore fini de s’installer. Résultat des courses, une équipe provisoire a été mise en place, pilotée par un directoire, lui-même provisoire. Le parti n’a pas encore tenu son congrès, en attendant, l’Apr ressemble à une armée mexicaine où chacun fait ce qu’il veut, à défaut d’une autorité légitime choisie par la base.


L'ARMÉE MEXICAINE DE MACKY ET SES 100 CAPITAINES
En vérité, l’Alliance pour la République (Apr) renvoie l’image d’un parti politique sans chef, par conséquent sans discipline de parti. Cela est sans doute lié à son caractère provisoire…qui dure ou perdure. Chacun prend la parole, dit ce qu’il veut, parfois dans le sens contraire aux intérêts du parti. Ça part dans tous les sens et l’on se demande s’il y a un pilote dans l’avion ou un capitaine dans le bateau qui tangue dans les eaux troubles de la confusion. La faute au provisoire ? Les sorties d’Alioune Badara Cissé, de Saleh, d’Ahmed Suzane Camara, de Moustapha Diakhaté, de Moustapha Cissé Lo, d’Abdoul Mbouw et de Aminata  Touré etc, donnent une idée très claire d’un parti qui souffre d’une certaine excroissance. Et où chacun refuse de donner une parcelle de pouvoir à l’autre, tant que la  base ne choisira pas ses représentants.
Dans ce désordre indescriptible, Alioune Badara Cissé lui, veut forcer le barrage en s’affichant comme le numéro deux légitime du parti. Et dans cette atmosphère de formation politique aux contours flous, celui que l’on nomme ABC ne cache pas son désir de se voir confier la gestion de l’Apr, au prétexte que Macky Sall qui en est le leader, doit s’occuper uniquement de la gestion de l’Etat.
Dans un quotidien de la place, il parlait du Président Macky Sall en ces termes : « Il a été élu, il lui appartient de prendre entièrement ses responsabilités. Il doit savoir que le moment du bilan viendra et les questions ne seront pas posées à ses alliés, mais à lui tout seul. Et, de sa conscience seule devant les Sénégalais, il répondra». Et de renchérir : «Je pense que l’Apr devra prendre ses responsabilités, s’allier avec ceux qui acceptent de jouer le véritable rôle d’allié, défendre la politique du gouvernement à condition que le parti la connaisse parce qu’aujourd’hui je ne pense pas que l’Apr ayant porté le chef de l’Etat au pouvoir sache le programme sur la base duquel il a été élu. Je ne pense pas que ceux-là qui se chargent de le mettre en œuvre le connaisse ou l’aient visité une seule fois». Le ton utilisé trahi un parfum de dualité au sein de l’Apr, avec un ABC qui se pose, dans sa prise de parole en public, en fédérateur du camp des «Apéristes ».
Dans cette guerre de positionnement, certains responsables…provisoires de l’Apr vont jusqu’à revendiquer la rupture avec les alliés de la coalition Bennoo Bokk Yakaar. Ils soutiennent que l’Apr doit aller seule aux prochaines élections locales de mars 2014. Ce parti du Président Macky Sall donne la figure d’une armée mexicaine où des chefs provisoires prennent des initiatives non concertées. Plus grave encore, ces responsables ne semblent pas trop se soucier de la structuration «définitive» (allusion au provisoire). Ils parlent de massification, avec quelques transhumants libéraux qui regagnent un parti non encore structuré.
Cette volonté d’ouvrir le parti à toutes les sensibilités a été exprimée depuis 2009.  Dans un communiqué en date du 29 juillet 2009, il écrit ce qui suit : « Dans la même optique, le Directoire a retenu le principe, de s’élargir dans sa composition et de rationaliser ses méthodes de travail par la désignation de Coordonnateurs et Responsables provisoires, dont la mission est d’impulser le travail de massification du Parti, de lancer les différents mouvements (jeunes, femmes) et d’assurer le suivi de certaines activités nécessaires au développement de l’APR». Le Président Macky Sall avait  rappelé à ces responsables provisoires que « dans cette phase de la vie de l’APR, il importe de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires, pour permettre au Parti, le moment venu de procéder en toute démocratie et transparence au cours du prochain Congrès, à l’élection des responsables à tous les échelons, conformément aux dispositions statutaires».
Aujourd’hui, tout donne l’impression que les choses ne bougent pas. L’Apr qui n’avait pas fini sa structuration arrive au pouvoir. Une tare congénitale et une première dans l’histoire politique de ce pays. Toute la difficulté de l’Apr se trouve à ce niveau, avec une gestion du pouvoir qui lui bouffe tout son temps. La structuration du parti est un impératif si l’Apr ne limite pas son horizon à un mandat de  cinq ans.
Voici le Communiqué de presse de l’Apr publié le 29 juillet 2009 où figurent les noms des Coordonnateurs et Responsables provisoires :
M. Moustapha Diakhaté, Chargé de la Commission Orientation,
M. Diène Farba SARR, Secrétaire chargé des Relations extérieures
Monsieur Alioune Ndaw FALL, Secrétaire chargé de la Diaspora,
Mme Marième Badiane Ba, Secrétaire coordonnatrice du Groupe de Contact des Femmes
Mme Awa Guèye,Cissé, Coordonnatrice Adjointe
M. Thierno Alassane SALL, Secrétaire coordonnateur des Cadres,
M. Djibril War, Directeur de l’Ecole du Parti,
M. Mambaye NIANG, Secrétaire chargé des Relations avec les jeunes,
M. Abdou MBOW, Secrétaire coordonnateur du Groupe de Contact desJeunes,
M. Madiagne Seck, Secrétaire chargé de la Chambre Nationale des Elus,
M ; Bocar Oumar Sall, Secrétaire Chargé du Conseil National des Sages,
Mlle Thérèse FAYE, Secrétaire chargée des Etudiants et élèves
M Abdoul Aziz Mbaye, Secrétaire chargé de l’Image et des systèmes d’Informations,
M. Youssou Touré, Secrétaire chargé du Réseau National desEnseignants.
Fait à Dakar, le 29 juillet 2009
Le Porte Parole
Seydou GUEYE




Publicité



Facebook