Karim près de la liberté, grâce à Serigne Mbacké Ndiaye ?


Rédigé le Lundi 20 Janvier 2014 à 10:26 | Lu 83 fois | 0 commentaire(s)



Et si le changement «stratégique» de discours de Serigne Mbacké Ndiaye sur la traque des biens mal acquis cachait la grande manœuvre pour faire sortir de prison Karim Wade, le fils de l’ex président de la République? Serigne Mbacké Ndiaye est en passe de gagner sa bataille de faire libérer le «traqué de luxe»


Karim près de la liberté, grâce à Serigne Mbacké Ndiaye ?
Dans l’émission «Sortie» de Walf, du 22 septembre 2013, Serigne Mbacké Ndiaye, porte-parole de l’ex Président Wade, s’était fait une religion sur le cas Karim Wade, l’homme que la justice sénégalaise soupçonne d’avoir planqué des centaines de milliards dans des banques... Il déclarait sans sourciller que «Karim est victime d’une politisation énorme de la traque des biens dits mal acquis». Qu’il (Karim Wade) «a été mis en prison injustement puisque ses accusateurs n’ont rien pu prouver contre lui ». Et d’ajouter : «Je ne cesse de prier pour Karim Wade pour qu’il sorte de prison. Ce grand vœu qui m’anime m’a poussé jusqu’à même aller vers des marabouts pour chercher de la mystique, car son père a beaucoup fait pour moi. Donc, je dois lui rendre le monnaie de la pièce en le soutenant »

Pour Serigne Mbacké Ndiaye, il n’y a de «priorité actuellement que le combat pour faire libérer Karim Wade». Lors des visites du porte-parole de l’ex- Président à Karim Wade à la prison de Rebeuss, Serigne Mbacké Ndiaye rapporte à la presse que le «traqué» lui a dit ceci : «réfléchissez, cherchez, informez-vous et dites-moi ce que j’ai fait à Macky Sall». Et le même fils d’Abdoulaye Wade s’est confié à Serigne Mbacké Ndiaye en ces termes : «Personne ne pourra prouver que j’ai volé de l’argent. Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas le prouver, c’est parce que je n’ai rien volé. Je n’ai pas profité d’un seul centime de l’argent des Sénégalais. De ce point de vue, je n’ai pas de problème».

Celui qui a annoncé la fin de règne du régime actuel parce «qu’incapable de solutionner les problèmes des sénégalais» vient d’être reçu par le Président Macky Sall. Une entrevue qui lui aurait « ouvert les yeux »…ou aidé à jeter davantage la poudre aux yeux de l’opinion au sujet du dossier Karim Wade. Parce que sous nos tropiques, la parole politique est évanescente ou est rangée aux étals des denrées périssables, que Serigne Mbacké Ndiaye peut se dédire sans problème. L’élève a trop copié le maître, n’est-ce pas ? Suivez mon regard ! Sa dernière sortie enterre le passé, en effaçant du discours du défenseur du «traqué de luxe» le vocable «acharnement». Il confie à nos confrères ces mots : «En toute honnêteté, après avoir discuté avec le président de la République, j’ai le sentiment qu’il n’y a pas eu d’acharnement. C’est ma conviction parce que le chef de l’Etat a eu à m’informer d’un certain nombre d’actes qu’il a eu à poser que je ne peux pas dévoiler dans la voie publique».

Il ne se limite pas à se dédire, Serigne Mbacké Ndiaye va se faire l’avocat de Macky Sall qu’il présente sous des traits du Président «gentil», «humain» qui «n’est au courant de rien», et en même temps, il passe du noir sur les personnalités à qui le Chef de l’Etat a confié le dossier de la traque. Pour lui, ces dernières ont «profité» de la «traque» pour se mettre en vitrine. Sans peut-être y penser, Serigne Mbacké Ndiaye vient de faire une révélation de taille : le Président Macky Sall n’est pas content de la manière dont ses collaborateurs ont piloté le dossier de la traque. Il les accuserait d’être «trop dur» avec les traqués ?

Le porte-parole du Président Wade de souligner : «Mais, j’ai eu l’impression qu’il y a beaucoup de choses qui se sont passées dans ce dossier-là, à l’insu du président de la République. Vu sa manière d’aborder certaines questions, je me suis dit que s’il était à l’origine de certaines choses, il n’aurait pas eu cette réaction-là. Moi, je ne peux pas être à l’origine de M. X, et par la suite avoir un comportement qui montre que ce dossier aurait pu être géré d’une autre manière. Il y a eu une volonté de certains dignitaires du régime de se donner une certaine popularité... ».

Au-delà de ce qui crève l’œil, c’est-à dire «la priorité de faire libérer Karim Wade » ; au-delà de ce changement stratégique de discours sur la traque des biens mal acquis, cette sortie de Serigne MbackéNdiaye est en train de préparer l’opinion au lavage à grande eau du fils de l’ex Président. Il deviendra ainsi, par la magie des mots, blanc comme neige.

Sud Quotidien


Nouveau commentaire :

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


Publicité



Facebook