Vipeoples.net  | Site d'actualité sénégalaise des VIP

Interview: Viviane Chidid donne enfin sa version des faits sur l’agression


Rédigé le Mardi 24 Septembre 2013 à 11:54 | Lu 488 fois | 2 commentaire(s)



A quelques jours de la fête de l’anniversaire du Jolof-Band, Viviane Chédid a été victime d’un vol. Un individu encagoulé se serait introduit chez elle samedi très tôt le matin, emportant avec lui un sac rempli de plusieurs millions de francs Cfa, alors que la voiture a été retrouvée dans les champs des Mamelles. Tenue au secret par l’enquête de gendarmerie, la star sénégalaise a pourtant parlé à l' Enquête dans un entretien au pied levé où elle raconte le film de l’agression avec force détails… Le choc semble bien dépassé.


Interview: Viviane Chidid donne enfin sa version des faits sur l’agression
L’actualité de Viviane, c’est le vol qui aurait été perpétré chez vous. Que s’est-il passé et comment l’avez-vous vécu ?
C’était une surprise ! Cela m’a choquée. C’est quelque chose qui ne m’est jamais arrivé. C’est la première fois. J’ai entendu des gens dire que j’ai monté une histoire pour créer un buzz mais je n’ai pas ce temps-là. Si je devais faire quelque chose, ce serait pour le concert que je prépare. Ceux qui le disent, je les comprends. C’est la nature humaine qui est ainsi faite. Quand les uns construisent, les autres démolissent. Je vous assure que ce vol est une surprise pour moi. J’étais tranquillement dans ma chambre, quand j’ai vu un homme y entrer. Il a pointé son arme sur moi et m’a menacée. Il m’a dit : ‘’Si tu cries, je te tue’’. Jusque-là, j’ignore comment j’ai fait pour courir et sortir de ma chambre. Je sais juste que j’ai couru et j’ai crié en sortant de ma chambre. Il a pris le sac que j’avais posé sur le lit et la clé de ma voiture. Il est passé par le balcon pour sauter et s’en aller. C’est comme cela que je l’ai vu et vécu. Mes enfants sont témoins de cette histoire. La femme de mon frère qui est à la maison est aussi témoin ainsi que mes deux gardiens. Ils étaient tous là. Moi, je m’apprêtais à aller à l’émission de Pape Alé Niang à la 2Stv. C’est pour cela que je ne dormais pas. Et heureusement pour moi. Parce qu’il pouvait me trouver endormie. Je ne voulais pas me coucher parce que je me disais que si jamais je le faisais, je risquais d’avoir des difficultés pour me lever et honorer mon rendez-vous.

C’était à quelle heure ?
Les choses se sont passées vers 7h du matin.


Comment a-t-il fait pour entrer sans que vos deux gardiens ne le voient ?
C’est la question que tout le monde se pose. C’est pour cela qu’une enquête est ouverte. La gendarmerie de Ouakam travaille sur le vol. Ceux qui soupçonnent que ce vol n’est pas vrai, peuvent aller à la police centrale. Ils sauront que c’est bien vrai. Les policiers sont venus chez moi. La gendarmerie de Ouakam était également chez moi. Les gens doivent savoir qu’en de pareilles situations, je suis occupée à faire autre chose qu’à appeler les journalistes. Je suis allée voir la police pour que ma sécurité et celle de ma famille soient assurées. C’est la première chose que j’ai faite. Je n’avais pas le temps d’appeler des journalistes vraiment. Les choses sont même allées très vite à mon goût. Je ne sais pas si ce sont mes voisins ou les gens qui ont assisté à la scène qui ont avisé les journalistes. Quand j’ai crié “au voleur”, ceux qui étaient dans la maison sont sortis et tout le monde criait : ‘’au voleur ! au voleur !’’. Tout le monde est venu. Le temps que j’aille à la gendarmerie de Ouakam, Dieynaba Seydou Bâ de la Rfm m’a appelée pour me dire : ‘’On a entendu ce qui s’est passé’’. Moi, j’avais la tête ailleurs ! Je voulais déclarer le vol à la gendarmerie et non dans les médias. Que les gens disent que c’est moi qui l’ai dit aux médias est faux.
Où en est l’enquête ; on dit que c’est un mec avec des dreadlocks qui vous a agressé, c’est vrai ?
Il a des dreadlocks, c’est vrai. Il avait les cheveux attachés. (Elle se tait et a l’air de parler à quelqu’un d’autre pendant quelques secondes). Je ne veux pas entrer dans les détails vu qu’une enquête est ouverte. Je laisse les enquêteurs faire leur travail. En tout cas, on sait comment est le gars. Seul son visage n’était pas dévoilé. Tout le monde l’a vu. Le temps qu’il ouvre la porte et saute, mes enfants et tous ceux qui étaient dans la maison l’ont vu avant qu’il n’entre dans la voiture.


Le sac emporté contenait des millions, vous confirmez ?
Oui, c’est vrai qu’il y avait des millions de francs Cfa dedans. Combien exactement ? Je ne veux pas entrer dans les détails. Je peux juste dire qu’il y avait de l’argent dedans.


Il a emporté quoi d’autres ?
Quand on a retrouvé la voiture, le sac était dedans. Mais il a pris mes cartes bancaires. Là on est en train de voir ce qui manque dans la voiture (NDLR : l’entretien a eu lieu vers 19 heures). Sur le coup, on ne pouvait pas savoir parce qu’il y avait beaucoup de bagages dans la bagnole. Il y avait les habits que j’avais portés pour l’enregistrement d’une vidéo, ainsi que mes chaussures et bijoux. On ne peut pas savoir pour le moment tout ce qui manque. Je sais juste que mon sac a été retrouvé sans l’argent qu’il contenait. Il a amené avec lui la clé de la voiture aussi. Il n’avait pas fermé la voiture.
On dit que vous ne pouvez pas remplir le grand-théâtre, raison pour laquelle cette histoire est montée.


Comment prenez-vous cette remarque ?
C’est juste des paroles sans importance pour moi. Je n’ai vraiment pas le temps pour ces détails.

Suite Enquête Plus...





Publicité



Facebook