Il paye aux génies les deux bras de son frère


Rédigé le Vendredi 7 Juin 2013 à 12:28 | Lu 128 fois | 0 commentaire(s)


L’or que l’on exploite à Kédougou semble porter malheur à ceux qu’il enrichit. Après les bagarres sanglantes, les beuveries, l’alcool, les intoxications, la drogue, la prostitution, la propagation des maladies comme les Ist et bien d’autres malédictions, voilà le pacte de sang avec les génies qui montrent l’or aux orpailleurs, mais se font rétribuer en sacrifices humains. Voilà l’histoire d’un frère qui a offert aux génies les deux bras de son cadet en contrepartie de la découverte d’un filon d’or.


Il paye aux génies les deux bras de son frère

C’est la peur dans les sites d’orpaillage de Sambrambougou. Les deux frères Gamis  et Ismaïla Sengoura  qui ont vécu un lundi noir à  Sambrambougou, l’un des plus importants sites d’orpaillage traditionnel sont d’origine malienne. Philips Gamis Sengoura a sectionné les deux bras de son petit frère coincés dans un trou contenant une pierre d’un gramme d’or. Parce que c’est le prix à payer aux génies protecteurs du site d’orpaillage pour décrocher plus tard  trois kilogrammes 500 d’or.
L’aîné, Philips  Gamis Sengoura,  un ancien expatrié malien vivant au Sénégal comme cordonnier  de chaussures depuis plus de cinq ans, s’est lancé dans l’exploitation artisanale de l’or pendant deux ans. Ensuite, il s’est rendu au Mali pour rendre visite à ses parents qu’il a perdus de vue depuis fort longtemps.
Chez lui, Gamis propose à ses deux frères de venir travailler avec lui au Sénégal particulièrement dans des sites d’exploitation minière où les gens se font beaucoup d’argent en peu de temps. Le grand frère -qui a été bien accueilli par ses parents pour avoir gagné beaucoup d’argent ces deux dernières années au Sénégal- a réussi à convaincre ses frères. La date est retenue, mais Gamis qui a déjà noué des relations avec des génies sorciers protecteurs des sites - censés  détecter  des quantités d’or disponibles dans chaque tranchée avant d’entamer les travaux- a pu rencontrer le comité des sages résidents au Mali et qui servent de communicateurs entre les intéressés et les génies protecteurs.
De l’avis de Gamis qu’on a rencontré au district sanitaire de Kédougou où son frère a été conduit pour bénéficier des premiers soins, la blessure de son frère Ismaïla n’est pas gratuite. Car, poursuit-il, les sorciers leur ont promis que leur première tranchée fournira deux kilogrammes d’or et  la seconde un kilogramme cinq cent. Mais la condition est un sacrifice humain obligatoire. «Donc, tous mes frères savent que l’un de nous ne participera pas au partage du butin. Par conséquent,  c’est du chacun pour soi et Dieu pour tous jusqu’à la sortie du dernier minerai», a laissé entendre Gamis qui ne se soucie même pas de l’état de santé de son frère aux deux bras sectionnés.
 Revenant sur le film des événements, Kaly Sengoura -plus âgé qu’Ismaïla- souligne que leur frère a eu ses bras coincés entre deux grosses pierres en présence du grand frère. Ce dernier, pour libérer son frère et récupérer une boule d’or estimée à un gramme placé sous les membres supérieurs de Ismaïla qui souffrait énormément a tout simplement préféré couper les bras du frangin qui tomba évanoui. La victime a été évacuée au district sanitaire de Saraya après avoir perdu une importante quantité de sang. Il lutte actuellement contre la mort chez leurs parents au quartier Dinguessou de Kédougou. Kaly confirme également la prédilection des génies sorciers défenseurs des sites. «C’est un engagement que nous avions pris ensemble. Nous les trois frères. Seulement, le grand  frère était trop pressé sinon nous pouvions négocier avec le comité des sages, mais présentement nous sommes tous exposés. C’est à prendre obligatoirement puisque le ton est donné.»
Dans un état indescriptible, Ismaïla -qui demande l’appui des bonnes volontés- ne cesse de déplorer l’irresponsabilité de leurs parents qui, malgré son âge (14 ans) étaient aveuglés par la forte somme d’argent que son grand frère leur a présentée. Il accuse d’ailleurs ce dernier d’avoir voulu coûte que coûte le sacrifier.
 Leur maman promet de sacrifier le grand frère pour sauver sa famille
 Venus rendre visite à leur fils abandonné par ses frères, les parents d’Ismaïla n’en croient pas à leurs yeux. La maman, Angélique Traoré, ennuyée par l’état de santé de son enfant incapable aujourd’hui de se servir de ses membres, dit n’avoir rien compris de l’attitude de Gamis. Car celui-ci a, non seulement refusé de soutenir son frère en danger, mais a décidé au su de tous d’amputer ses deux bras pour un gramme d’or. D’après Mme Angélique, des engagements pris auprès des génies protecteurs de sites d’orpaillage sont souvent entièrement payés après les résultats. «Mais je ne peux pas comprendre, martèle-t-elle, que le gosse soit sacrifié alors qu’ils n’ont rien vu parce qu’un gramme d’or n’est rien du tout par rapport à la vie d’un homme. Je suis prête à rencontrer les membres du comité pour discuter quel que soit le prix à payer pour sauver ma famille.»
 Dépassé par la gravité de la blessure de son fils cadet, le père d’Ismaïla, contrairement à la mère, a préféré garder le silence. Mais un silence inquiétant dans la mesure où il ne semble pas apprécier du tout les lamentations de sa femme qui a du mal à retenir ses larmes.
Pour aller au fond de ses explications, Angélique suppose que son fils aîné aurait déjà vendu ses frères aux sorciers pendant ses premiers séjours au Sénégal. Et si tel est le cas, estime la dame, elle n’hésiterait pas de perdre doublement en réclamant la tête de son fils aîné qui est à la base du malheur qui frappe sa famille. Aux dernières nouvelles, on nous apprend que Kaly a refusé d’abandonner les lieux de peur de perdre les fortes quantités annoncées par des génies. Toutefois, il aurait finalement quitté Sambrambougou pour une autre localité. Ceci, pour ne pas subir le même sort que son frère  cadet.
L’or est devenu ainsi le malheur de tous dans la mesure où il cause beaucoup de catastrophes et en général les victimes sont des étrangers venus des pays voisins.