HORREUR EN FRANCE: Une sénégalaise tuée à coups de machette par son époux devant ses cinq enfants


Rédigé le Dimanche 28 Juillet 2013 à 05:31 | Lu 899 fois | 2 commentaire(s)


Mercredi soir un homme de 52 ans a sauvagement tué sa femme de 48 ans à coups de machette avant de se donner la mort en avalant 1 litre de destop.


HORREUR EN FRANCE: Une sénégalaise tuée à coups de machette par son époux devant ses cinq enfants
Il était aux environs de 20 heures, mercredi, lorsque des hurlements ont résonné dans la petite rue pavillonnaire des Cailles, à deux pas de la gare de Montsoult rapporte le site Lagazettevaldoise, visité par derniereminute.sn. Quelques minutes plus tôt, une violente dispute entre Gaye un Sénégalais d’origine et sa femme a éclaté à leur domicile familial. Devant ses cinq enfants, le père de famille de 52 ans se saisit alors d’une machette et frappe avec son épouse à plusieurs reprises devant leurs cinq enfants. La victime tente de fuir et sort du pavillon. Mais elle est rattrapée par son bourreau qui lui porte de nouveaux coups avec son arme dans la cour de la maison. « Il y avait du sang partout » « On était chez nous lorsque l’on a entendu les cris, raconte un habitant de la rue. Mon fils s’est penché par la fenêtre de sa chambre pour regarder. Là, il a vu le voisin tenir dans sa main une machette et frapper sa femme devant la porte de leur maison. L’une des filles est sortie en hurlant. Elle était visiblement blessée ayant peut être pris un coup aussi en voulant s’interposer. Elle a sonné chez le voisin en face qui a immédiatement appelé les gendarmes et les pompiers. Quand je suis sorti, j’ai vu l’un des petits garçons dans la rue qui présentait également une blessure. Il y avait du sang partout sur le pas de leur porte. Dans le couloir de l’entrée c’était encore pire. »
A l’arrivée des secours, la mère de famille se trouve dans un état critique. Elle présente plusieurs blessures sur le corps, notamment de profondes entailles à un bras et au niveau du cou. Malgré les soins prodigués, elle décédait quelques minutes plus tard dans l’ambulance qui la transportait à l’hôpital. Dans le même temps, les pompiers prenaient également en charge Gaye, lequel, après son coup de folie, avait avalé un litre de destop, un liquide à base de soude utilisé pour déboucher les canalisations. Transporté au centre hospitalier Lariboisière, à Paris, il est décédé dans la matinée de jeudi, rapporte le site français qui a recueillis les propos des voisins.

Les raisons restent inconnues

« Durant toute la soirée la rue a été complètement bloquée. Il y avait une cinquantaine de gendarmes, les camions de pompiers, les ambulances. Ils n’arrêtaient pas de s’agiter et de faire des allers-retours entre la maison est les véhicules. Ça a duré jusqu’à au moins 1 heure du matin », raconte un voisin qui évoque également la présence « de l’identification criminelle, et d’un colonel », alors que dans le ciel un hélicoptère survolait la zone.
Un voisinage qui évoque une famille « sans histoire », « des disputes forcément, comme dans tous les couples avec des enfants mais jamais les gendarmes n’ont eu à intervenir ». Cela faisait plusieurs années qu’ils résidaient là. Originaire du Mali, Gaye exerçait la profession d’enseignant dans son pays avant de devenir chauffeur de Taxi. Sa femme, sénégalaise, était aide-soignante. « Ils avaient trois filles, les deux plus grandes sont étudiantes et doivent avoir 18-20 ans, et deux garçons le plus petit doit être âgé de 10 ans », soupire une voisine qui a du mal à comprendre comment un tel drame a pu arriver.
Les raisons de la dispute restent pour l’instant inconnues. Selon un voisin, l’altercation avait commencé avant que le couple n’entre dans son domicile. « Ils ont commencé à se disputer dans la rue. Il a attrapé par le bras sa femme qui a réussi à se défaire de son étreinte et est rapidement rentrée chez elle alors qu’il lui courait après. » Quelques instants plus tard survenaient les hurlements.
www.derniereminute.sn


Nouveau commentaire :
Facebook

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés