Guédiawaye : Macky Sall réconcilie Aliou Sall et Lat Diop et scelle un pacte pour les investitures


Rédigé le Vendredi 19 Mai 2017 à 12:15 | Lu 135 fois | 0 commentaire(s)


Chapeau bas pour le général du «Macky» qui a réussi, hier, à obtenir la paix ou la réconciliation entre des lieutenants de son camp qui, en perspective de la guerre des législatives du 31 Juillet, s’échangeaient ces derniers temps des tirs nourris et se livraient à des batailles larvées, sapant terriblement le moral des troupes beige-marron.


Guédiawaye : Macky Sall réconcilie Aliou Sall et Lat Diop et scelle un pacte pour les investitures
Lors de cette réunion, le directeur de la coopération et des investissements étrangers au ministère de l’économie, des finances et du plan, représentant l’essentiel des cadres politiques et le maire de la ville de Guédiawaye se sont heurtés par des empoignades, avant de procéder à des accolades de la paix. Le président de l’Apr n’a pas perdu du temps. Immédiatement de retour de la Guinée et malgré un agenda surchargé, il a convoqué les principaux responsables du parti à Guédiawaye, qui, ces derniers temps se sont illustrés par des invectives, des attaques et des sorties tantôt publiques, tantôt en «off». 
  
 L’unité du parti avait fini d’en prendre un sacré coup et les craintes fusaient de partout quant à une éventuelle défaite aux législatives, si les querelles intestines continuaient. La source du mal selon de nombreux observateurs : l’attitude d’Aliou Sall, qui, malgré son statut de frère du président, disait et se dédisait comme il voulait à propos de la future tête de liste. Ce qui, à un moment donné, a semblé irriter les autres responsables qui ont tapé du poing sur la table pour que l’ordre et le respect mutuel reviennent dans les rangs. 
  
 Cette confusion et cette situation alambiquée ont mis le parti dans une posture de division, pleine de risques, alors que l’opposition, en bloc, sous la bannière de Mankko Wattu Sénégal et derrière Malick Gackou se renforçait. Conscient des enjeux de l’heure, le patron a convié hier, au palais, les dirigeants du parti à Guédiawaye pour la réconciliation. Objectif atteint. 
  
 EMPOIGNADES PUIS ACCOLADES 
  
 Seulement, cela n’a pas été une promenade de santé. En effet, Aliou Sall et Lat Diop se sont étripés devant leur réconciliateur de chef avant de se serrer la main et de se tapoter les épaules. Réagissant, le maire de Guédiawaye a dénoncé certaines sorties de la part de ses camarades de parti avant de signifier à Lat Diop : «Je n’ai rien contre toi. Je ne te souhaite que la paix et la chance… Mais parfois, je ne comprends pas un certain nombre de comportements, de démarches et de déclarations. L’intérêt du parti me préoccupe ». 
  
 Ce que Lat Diop n’a pas avalé si facilement. Et devant l’assistance, l’administrateur civil de formation a sèchement tenté de remettre les pendules à l’heure. «Ton problème est que tu ne veux pas de «nawlé» mais tu cherches des «sourga». Ce que nous n’accepterons jamais. Si tu dis que tu me souhaites tout ce bien, j’y croirai difficilement car tu dis souvent que tant que tu restes le patron du parti dans le département, je n’aurai rien du tout». 
  
Le Chef de l’Etat est dare-dare intervenu pour rappeler se attentes à leur bon vouloir. Et Aliou Sall a vite fait de mettre fin aux empoignades avant de lever le drapeau blanc en venant tapoter les épaules de Lat Diop. Et ce fut la place à des accolades. 
  
PACTE SCELLE SUR LES INVESTITURES 
  
 Contrairement à l’«exigence» d’Aliou Sall de choisir personnellement la liste des investis sur la liste départementale, une autre formule a été trouvée sous l’arbitrage du locataire du palais. Avec comme dernier délai samedi prochain, tous les candidats devant désirant être sur la départementale, déposeront leur demande auprès du président qui se chargera du choix définitif. 

 Avec Zoominfos


Nouveau commentaire :
Facebook

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


Publicité



Facebook