Faux et usage de faux: Les diplômes de Jules Diop pour intégrer l’école nationale d’administration du Quebec rejetés?


Rédigé le Jeudi 22 Mai 2014 à 03:21 | Lu 368 fois | 0 commentaire(s)



«Il n’a pas fait d’études de communication comme le confirme sa sœur (Hélène Chaupin dans l’entretien ci-dessous: ndlr); Jules Diop a tenté de frauder pour intégrer l’école nationale d’administration du Québec». La première pierre est de Baba Aidara, invité de Modibo à l’émission «Banc Diakhlé» sur Radio Tam-tam. 
A l’école nationale d’administration du Québec qu'il avait voulu intégrer, «on a demandé à Jules ses diplômes: il a présenté des documents dont l’authenticité devait être confirmée par l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. L’université a rejeté ces documents», a soutenu Baba Aidara qui annonce, à ce propos, la publication d’une enquête où il fera des révélations.

Mais ce sera la sœur, Hélène Della Chaupin qui au cours de l’émission, apportera des éléments d’information sur ce qu’elle considère comme une manipulation. «Jules n’a pas fait d’études de communication, ni d’études politiques, il a juste une licence de philosophie, ça n’a rien d’extraordinaire…», dira Hélène au sujet du conseiller en communication du président Macky Sall. «Il (Souleymane Jules Diop: ndlr) a menti à Idrissa Seck, lui faisant croire qu’il avait un diplôme de communication», a renchéri Modibo qui conforte les propos de Hélène Chaupin, avant de diffuser un élément sonore dans lequel la sœur du célèbre chroniqueur web fait des révélations sur le premier livre de Jules Diop, intitulé Wade l’avocat et le diable. «Je me suis fait passer pour une étudiante en sociologie; une chercheure, j’avais changé mon nom pour mener une enquête sur la vie et la contribution des Premières dames dans la réussite des chefs d’Etat africains (...) J’étais innocente à l’époque, (...). J’ai pris des risques et j’aurais même pu y laisser la vie» pour collecter toutes ces informations, ces photos, ces documents... «C’est ainsi que Jules a écrit son livre sur la famille Wade», tient-elle à préciser.

Elle poursuit: «Jules ne dort pas la nuit, il s’auto-interviewe et écrit des articles qu’il signe avec d’autres noms. Sur Seneweb, il poste des commentaires : il attaque ses propres écrits, les défend ensuite pour faire réagir les internautes», renchérit Hélène Chaupin, la présidente d’AssKaw qui reconnait, ainsi, avoir largement contribué à la rédaction du premier livre signé Souleymane Jules Diop. Un ouvrage basé sur ses enquêtes à elle.
seneweb.com


Nouveau commentaire :
Facebook

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


Publicité



Facebook