Fatimata Touré du Mali récompensée par Michelle Obama


Rédigé le Jeudi 6 Mars 2014 à 01:44 | Lu 180 fois | 2 commentaire(s)


Michelle Obama a récompensé hier, mardi 4 mars, dix femmes des quatre coins du monde, qui se sont distinguées au cours de l’année pour leur courage et leur détermination. Parmi ces dix lauréates, Fatimata Touré, directrice de l’ONG Greffa, le Groupe de recherche, d'étude et de formation femme - action. Celle-ci vit à Gao, et son organisation porte assistance aux femmes violées et aux malades, elle milite contre le mariage précoce et les violences faites aux femmes. Son action pendant la crise malienne lui a donc valu d’être récompensée à Washington.

« Pour son courage inébranlable, et son travail acharné pour défendre le droit des femmes contre les mariages forcés et les agressions sexuelles à Gao pendant l’occupation du nord du Mali, nous distinguons Fatimata Touré parmi les "femmes courageuses" », a ainsi déclaré Heather Higginbottom, la sous-secrétaire d’Etat américaine.

Fatimata Touré fait partie des dix femmes récompensées par les Etats-Unis cette année pour leur courage et leur ténacité. Heather Hinginbottom, l’appelle à la tribune, elle est en larme, accueillie par Michelle Obama. Fatimata Touré travaille à Gao pour la cause des femmes, elle n’a pas encore réalisé l’honneur qui lui est fait, pour une action qu’elle mène dans l’anonymat depuis plus de vingt ans.

Retour à la vie normale

« Je n’ai jamais rêvé de ça : qu’une dame de l’un des pays les plus pauvres au monde, reçoive un honneur d’une Première dame d’un des pays les plus puissants au monde », raconte l’intéressée. Avant de poursuivre sur son travail : « C’est ce que je faisais tous les jours, à la seule différence que j’ai accepté de rester [dans le nord du Mali] pendant que tout le monde fuyait. »

Fatimata Touré est émue mais elle reste lucide sur la situation dans son pays. La réconciliation est loin d’être achevée et c’est la tâche qu’elle s’est assignée pour les mois qui viennent : venir en aide aux femmes, et travailler à la reprise d’une vie normale dans la région de Gao au Mali.

RFI




Nouveau commentaire :

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


Publicité



Facebook