Emprisonnement de Mboré Ndiaye avec son bébé La prison n’est pas une place pour un bébé, alerte le CADE


Rédigé le Jeudi 20 Février 2014 à 14:38 | Lu 98 fois | 2 commentaire(s)


Dans un communiqué qui nous est parvenu signé de Pèdre Ndiaye Président du Cercle des amis des enfants (CADE) l’association s’insurgent contre le fait que Mboré Ndiaye, mère d’un bébé de deux mois environ, arrêtée dans le cadre de la traque des biens mal acquis et plus particulièrement dans l’affaire Aida Ndiongue, soit mise en prison. Ces acteurs des droits humains en général et des droits de l’enfant en particulier, notent leur regret devant cet état de fait.
« Nous dénonçons l’arrestation de cette mère comme le veut l’article 30 de la charte Africaine des droits et du bien-être de l’enfant que notre pays a ratifié et qui dit les Etats parties prenantes à la présente Charte s'engagent à prévoir un traitement spécial pour les femmes enceintes, les mères de nourrissons et les jeunes enfants qui ont été accusées ou jugées coupables d'infraction à la loi pénale. »
En s’appuyant sur cet article et bien d’autres, ainsi que sur la Charte Africaine des Droits et du Bien-être de l’Enfant et sur le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant, le CADE veut donc attirer l’attention du pouvoir public, des acteurs des droits humains et de la population « sur le cas de ce bébé qui ne doit pas être séparé de sa mère et le fait que la prison n’est pas un cadre de vie pour cet enfant ».


Emprisonnement de Mboré Ndiaye avec son bébé La prison n’est pas une place pour un bébé, alerte le CADE




Publicité



Facebook