ENQUETE SUR LA PREMIERE DAME : La face cachée de Marème Faye


Rédigé le Samedi 27 Avril 2013 à 14:35 | Lu 200 fois | 0 commentaire(s)


C’est un de ses proches qui tient ces propos surannés : « N’importe où au Sénégal, dans le coin le plus reculé, quand on nomme un sous-préfet, s’il a pour nom de famille Faye, la vindicte populaire ne se demandera pas s’il est un cadre méritant et s’il est compétent. Son nom de famille suffira pour le faire condamner. On dira que c’est le frère de la Première Dame. J’en ai déjà compté une centaine et la liste s’allonge tous les jours. A ce rythme, ils ont bien raison de parler de dynastie. Il y a sans doute des malhonnêtes qui seraient heureux de compter parmi « les frères » de la première Dame.» La remarque, pour fâcheuse qu’elle soit, rend compte de l’irritation que cause désormais sur la peau de ses proches, les commentaires qui portent sur Marème Faye, l’épouse du président Macky Sall.


ENQUETE SUR LA PREMIERE DAME : La face cachée de Marème Faye
La jeune Marie Thérèse Faye est nommée à la tête de La Case des tout-petits, les « revueurs » de presse s’emballent au petit matin, soulignant que la première Dame est à la base de cette promotion de sa « sœur cadette ». Tamsir Faye, un responsable des jeunes de l’Apr de Paris devient Consul à Marseille après une bonne année d’attente, les compteurs se mettent encore en marche, pour dénombrer et dénoncer le fait que l’épouse de Macky Sall ne se gêne pas à caser « son frère ». Quand les proches du président de la République s’en indignent et s’en plaignent, Les « revueurs » de presse, qui agrémentent leur lectures de vertes petites tirades pimentées, ont déjà porté la nouvelle jusqu’au coin le plus reculé du pays, suscitant les indignations et les hoquets de leurs auditeurs qui s’épouvantent quand ils ont l’oreille collée au transistor pour écouter leur star les nourrir de ses nouvelles matinales. Le dernier en date est un autre « frère », Mahwa Faye, nommé au Conseil économique, social et environnemental, en même temps que M. Amadou « Thimbo », le nom qu’il ne faudrait plus porter, quand on ne veut pas se faire accuser de « parent » du président Macky Sall. Le premier n’a aucun lien de parenté avec la première dame, le second n’est parent du président que de nom. Ce que les détracteurs de la première dame aiment le plus à souligner pour s’indigner goulument et allonger leur liste des « membres de la dynastie». Les Timbo ont beau faire les démentis nécessaires, assurer qu’il ne s’agit que d’une ressemblance de nom, il en restera toujours un brin de vérité pour alimenter les ragots du lendemain. Le nouveau conseiller économique de Kaolack « frère » médiatique de la Première dame s’en plaindra, dira même qu’il est le père d’un journaliste bien connu. Il n’arrivera jamais à réveiller le brin de regret qu’il attend des « amis » de son fils. C’est trop beau pour que telle histoire puisse être fausse. Si ce n’est pas un frère, c’est peut-être un cousin, susurrent-ils, confiants. La vérité est qu’aucune de ces personnes citées n’a le moindre lien de parenté avec Marème Faye ou Macky Sall. Thimbo n’est pas l’oncle de Macky Sall comme Sara Sall, présent sur la liste, n’est pas son frère. Mais un homme est-il nommé Pca le lendemain qu’il se voir rappeler par les historiens en paille qu’il a été « tailleur » de Marème Faye. Son militantisme dans l’Apr, ses faits d’armes, sa fidélité au parti, il se le fait ranger dans les pelotes et les bobines de sa machine à coudre.
La première Dame fait mine de ne pas s’en faire, mais son dédain ne fait que nourrir la conviction des commentateurs, assurés que s’il n’y a pas de démenti, ce n’est point par mépris, mais que « quelque chose doit être vrai, dans tout cela ».

Combattante de l’Apr

Il y a une période, difficile celle-là, de souffrances et de privations, pendant laquelle cette femme au teint d’ébène à la fois affable et distante que Macky Sall a rencontrée à Diourbel alors qu’il rendait visite à son ami Mamadou Talla, aurait bien souhaité compter autant d’amis et de parents. Ils ont commencé à la fréquenter quand le mari, cadre-opposant devenu ministre, puis Premier-ministre, pouvait aider à ouvrir quelques portes fermées. Les « parents » ont commencé à redevenir rares quand Macky Sall est redevenu infréquentable, bouté dehors par Wade. C’est pourtant en ce moment que Marène Faye fait preuve d’une loyauté et d’une abnégation qui suscite l’admiration de son époux. Elle l’épaule, l’aide à franchir le cap difficile. C’est elle qui refuse toute rencontre avec les Wade. Quand Macky Sall doit aller rencontrer le président Abdoulaye Wade qui lui réclamait sa démission, c’est elle qui va faire des exercices avec le mari, en présence de quelques fidèles médusés. « Elle lui disait bon, je suis le président Wade. Tu réponds, si je te dis Macky, je veux que tu démissionnes, quelle va être ta réponse ? » Le mari répondait laborieusement, jusqu’à la satisfaction générale. « Tu vas te battre comme tout le monde, ceux qui sont en train de se battre ne sont pas plus dignes que toi. Dieu est grand. Tu ne peux pas t’être battu pour le faire élire et qu’après, tu sois sacrifié pour son fils », lui dit-elle quand l’idée vient à certains membres du cercle de renouer avec le « père » Wade.

Ce dernier finira par les punir sévèrement en leur retirant le passeport diplomatique. « A chaque fois qu’ils voyagaient, Marème Faye tenait ses bagages dans ses mains, pour lui éviter la honte, en lui disant je ne laisserai jamais déshonorer par ces gens », témoigne un fidèle. C’est en ce moment-là que les liens se renforcent, dans une relation qui n’a pas toujours été sans heurts. Marième Faye a dû se bagarrer rageusement pour garder son mari, contre l’avis d’une partie de sa belle famille qui voyait mal qu’un toucouleur n’épousât pas une autre toucouleur comme lui, mais une sérère. « C’est en ce temps qu’elle forge sa personnalité, sa force et surtout sa foi qu’elle porte encore en elle. Et pourtant, elle venait d’une famille très aisée, comparée à celle du président de la République. Mais le problème ethnique était là, qui deviendra pourtant le grand avantage de Macky Sall, celui de sa double appartenance. S’il avait épousé une toucouleur comme lui, ceux qui l’ont accusé d’être ethniciste auraient sans doute eu du grain à moudre ».

Ces questions aujourd’hui dépassées, le président de la République a toujours compris le parti qu’il pouvait tirer d’une femme aussi loyale, celle qui l’a accompagné pendant tout son parcours. Une rareté en politique, où le divorce et le remariage sont la règle. Macky Sall s’est toujours appuyé sur son épouse et a toujours compté sur son instinct. Alors que son fort est surtout dans la mise en réseau. « Sans elle, le parti aurait sans doute explosé, parce qu’elle trouvait toujours le moyen de renouer les liens défaits entre son parti et certains de ses grands souteneurs et amis », se souvient un ancien cadre entré en disgrâce. C’est sans doute ce qui lui est resté de son métier et de son parcours académique. Beaucoup de gens voient son aspect négligé, alors qu’elle est bien structurée dans la tête.
Les amis de la famille vont même jusqu’à assurer que le palais pourrait bien se passer d’un électricien, tellement cette femme est compétente dans le domaine. Elle aurait terminé ingénieur, comme son mari, si le mariage ne représentait pas pour elle, un impératif religieux bien plus important. « On reproche à cette dame d’arrêter de faire ce qu’elle a toujours fait pour faire d’un jeune cadre, un président de la République. C’est elle qui l’a soutenu, pendant les moments difficiles, pendant la traversée du désert, parfois seuls. Il est arrivé que le moral tombe à terre, face aux épreuves, comme cette soirée pendant laquelle Macky Sall a été convoqué par la police. C’est elle qui allait dans les mosquées, demandait des prières pour son mari », assure un jeune militant, « fils » de la famille. Marème Faye a été de tous les combats. Le 23 juin 2012, jour décisif, elle était en tee-shirt, distribuant de l’eau et de la nourriture aux manifestants. Quand, pendant la campagne électorale, le président de la République est en panne d’argent, au point de rentrer à Dakar, c’est elle qui vend ses bijoux en or, les derniers bijoux qui lui restaient, pour tenir son mari dans la course à la présidentielle.

Le réseau d’amis

De tels sacrifices lui donnent une légitimité que peu de gens ont pu avoir dans l’Apr. « Tous, je dis bien tous, sont partis un jour, et son revenus. Tous ont douté. Il n’y a qu’elle qui ne soit jamais partie. Elle n’avait pas le choix, elle était obligée d’épouser le destin de son mari. Elle nous avait dit bon, s’il y a de mauvaises nouvelles, venez me dire. Quand il y en a de bonnes, dites à mon mari. C’est ainsi qu’elle a gardé le moral de son époux, pour l’épargner du doute qui ravageait les autres ». Elle a acquis une telle place que l’analyste politique Souleymane Jules Diop a souligné un jour que « les Sénégalais en élisant Macky Sall, élisent aussi son épouse, qui a autant contribué que lui dans son parcours politique. Comme les Américains, en élisant Barack Obama, ont aussi élu son épouse Michelle. Les grandes réussites des grands hommes politiques sont les réussites de leurs épouses, des Kennedy à Obama, en passant par les Clinton. Elles se sentent de ce fait une légitimité ». Une sortie suffisante pour susciter la polémique.

La première Dame abuse-t-elle de cette position privilégiée acquise par son combat militant ? A-t-elle, comme on le prétend, placé sa famille dans l’appareil d’Etat ? Peu probable, si l’on en croit les personnes désignées du doigt. Il est vrai que son beau-père Homère Seck a été nommé Pca, nomination qui, à l’évidence, dérange. Mais les défenseurs de la première Dame assurent que cette nomination est bien justifiable : « Homère avait été nommé par Wade, mais il avait été nommé Pca dans le quota de la Cdp d’Iba Der Thiam, où il était un grand responsable. Quand Macky Sall est tombé, Wade l’a limogé lui aussi. Il a adhéré à l’Apr où il a fondé le mouvement des personnes du troisième âge et est devenu responsable à Rufisque. Il est bien normal qu’il retrouve au moins son poste de Pca d’avant. C’est son parcours qui le lui a donné, rien d’autre. » Ils citent le cas de Mansour Faye, autre frère promu à la Solidarité nationale. Sa nomination et sa position actuelle se justifient par son histoire personnelle, liée à la naissance de l’Apr. « Quand l’Apr a été créée, Macky Sall était peu fréquentable. Ce sont les parents de Marème Faye et quelques rares amis du président Sall qui se sont mis au premier plan pour implanter le parti dans l’ensemble du pays. Mansour a vendu sa maison et ses deux terrains. Il a donné une partie de l’argent comme contribution à la campagne. Il est parmi les 33 personnes qui ont signé la déclaration de création de l’Apr. Aucun des ministres actuels n’était sur cette liste. A ce jour, il est le seul frère de Marème Faye qui a été nommé et il n’est même pas ministre », soulignent des proches de la famille.

Ces vérités martelées n’empêchent pas la clameur de se faire jour contre une dame qui n’est sans doute pas sans quelques défauts. C’est une passionnée qui aime marquer son territoire et défendre ses idées. Un peu trop, diraient certains, au point d’irriter. Elle peut se montrer irritante, parfois agaçante, quand elle veut défendre une conviction, asséner ses vérités quand elle en a et de défendre âprement les intérêts de ses amis et combattre ses adversaires. Elle serait aussi très jalouse. Mais loin de l’image que l’on veut donner d’elle, Marème Faye est d’une simplicité frappante et d’un humour touchant. Sa simplicité en a déjà fait une première Dame pas comme les autres. « Nous étions à Abuja. Elle était avec une garde nigériane. Elle lui a demandé son nom, elle lui a dit qu’elle s’appelait Marème. La première Dame a souri, en lui faisant remarquer qu’elles portaient le même prénom», confie un journaliste ami de la famille. La garde en était tout de même choquée, pour avoir été rarement abordée avec autant de simplicité. Dans les couloirs, les gardes étaient toujours surpris de voir cette première Dame qui passe parfois pieds nus. C’est elle, celle qui est peu bien traitée par les médias, qui aide son mari président à garder les pieds sur terre et la tête sur les épaules. De fait, Marème Faye n’a pas plus de pouvoirs qu’en avait Viviane Wade, qui avait des fonds politiques de plusieurs centaines de millions de francs et avait un cabinet avec sa pléthore de gardes du corps et de servantes. Elle n’en a pas plus qu’en avait Elisabeth Diouf, avec sa fondation et ses amis. Mais les Sénégalais doivent d’abord apprendre à vivre avec une première Dame comme eux, une sénégalaise bon teint qui aime aller au marché sans être accompagnée. C’est peut-être ce qui les éructe en premier, au lieu de les rendre fiers.
Source « Enquête »




Publicité



Facebook