Vipeoples.net  | Site d'actualité sénégalaise des VIP

EN PRIVÉ AVEC FALLOU DIENG : ' J'ai connu l'apogée et le déclin'


Rédigé le Mardi 13 Mai 2014 à 12:14 | Lu 281 fois | 0 commentaire(s)


''Momé vent'', vous avez du en entendre parler. C'est le titre du nouvel album de Fallou Dieng qui est en promotion sur les radios et chaînes de télévision. Il a été présenté à la presse la semaine dernière. Une occasion saisie par EnQuête pour revenir avec l'artiste sur la situation de la musique sénégalaise, sa longue absence, son projet d'album folk avec Madou Diabaté et bien évidemment de ''Momé vent''.


EN PRIVÉ AVEC FALLOU DIENG : ' J'ai connu l'apogée et le déclin'
''Momé vent'', vous avez du en entendre parler. C'est le titre du nouvel album de Fallou Dieng qui est en promotion sur les radios et chaînes de télévision. Il a été présenté à la presse la semaine dernière. Une occasion saisie par EnQuête pour revenir avec l'artiste sur la situation de la musique sénégalaise, sa longue absence, son projet d'album folk avec Madou Diabaté et bien évidemment de ''Momé vent''. Il y évoque également les relations particulières qu'il a tissées avec Sall Macky et la première dame.
 
Quatre ans d'absence du marché sénégalais du disque, vous faisiez quoi ?
 
Les gens parlent de quatre ans et cela coïncide avec la sortie de mon album ''Maana''. J'ai fait la promotion de cette production pendant deux ans. Donc, je n'ai été absent que pendant 2 ans. J'ai fait un break musical après la promotion de ''Maana'' et je faisais des recherches dans autre chose. C'est dans cette perspective que j'avais monté le groupe Fallou Folk. Il est différent de mon groupe le Dakar Loisir Club (DLC).
 
Pendant cette période, je me suis fait rare et les gens ont cru que j'avais délaissé la musique, alors que j'étais juste dans un autre créneau. J'avais monté le groupe avec Madou Diabaté et on jouait dans les cabarets de Dakar. On avait prévu de sortir un album de dix titres. Malheureusement, Madou est décédé après la réalisation de l'album. Cela m'a pris encore du temps. Je suis revenu au mbalax et je préparais mon album. C'est ce qui explique le silence noté.
 
Pourquoi vous être tourné vers le folk, le mbalax va si mal que ça ?
 
Non, ce n'est pas parce que le mbalax ne marche plus. Moi, je n'ai plus rien à prouver dans la musique mbalax. Je l'ai fait pendant 20 ans. Je n'étais plus en concurrence. Aussi, on ne peut pas tout avoir dans la vie. Il faut penser aux autres. Ceux qui n'ont pas compris pensent que tu as perdu de la cote. Alors que ce n'est pas cela. C'est juste que j'étais dans des recherches.
Un chanteur confirmé qui a sorti une vingtaine d'albums a fini de se faire un nom et de s'imposer sur la scène musicale. Beaucoup de gens n'ont pas pu supporter mon absence, surtout mes fans qui croyaient que j'étais dans des problèmes. Il n'en était rien. Il n'y a qu'au Sénégal qu'on voit des artistes sortir un album tous les ans. Pour moi, l'on peut se  permettre de s'absenter du marché pendant 4 ans, surtout quand on tourne régulièrement. Quand on ne me voit pas au Sénégal, c'est parce que je suis à l'étranger où je me produis régulièrement. 
 
Donc, pour vous, votre carrière n'est pas plombée ?
 
Non, du tout. Au contraire je rends grâce à Dieu.
 
Mais pensez-vous avoir connu l'ascension qui devait être la vôtre ?
 
Quelque part, je reconnais que c'est difficile. Vous savez, dans ce monde de la musique, quand vous ne faites pas partie d'un label, les choses ne vous sont pas données facilement, même si vous le méritez. Et aujourd'hui, au Sénégal, on assiste à la guerre des labels ou disons plutôt à la guerre des médias. Alors que ce sont ces gens là qui doivent respecter tout le monde et mettre tous les artistes au même pied. Un artiste talentueux vit et évolue avec son talent. Seulement, pour avancer, il faut un soutien. Quelqu'un comme moi, par exemple, n'a ni label ni sponsor. Mais  grâce à Dieu, on parvient à tirer notre épingle du jeu.
 
Pourquoi ne pas intégrer les labels dans ce cas ?
 
Non, je ne vais pas mener une carrière de 25 ans pour faire ''acte d'allégeance'' auprès d'un quelconque label. Je ne vais pas accepter que le label me trace ma voie. Je suis indépendant. Je veux rester libre et je me contente de ce que j'ai. Je ne vais pas me mettre derrière quelqu'un qui me valorise quand  il veut et fait le contraire quand ça lui chante. J'ai dépassé ce stade.
 
Donc, selon vous, travailler avec une label implique la perte de sa liberté d'expression ?
 
C'est à cela que ça ressemble. Je ne dis pas qu'il n'est pas bien de travailler avec un label. Pas du tout. Mais moi je ne le ferais pas dans ces conditions là. Car les choses ont changé. Il faut définir son camp. Nous ne sommes plus des enfants. Ce qu'on acquiert, on doit l'avoir à la sueur de notre front et grâce à notre talent. Chaque artiste est libre de faire ce qu'il veut. Moi, je ne peux parler qu'en mon nom propre. Si certains considèrent qu'ils doivent passer par les labels pour se faire un nom, qu'ils le fassent. Mais moi je pense que nous qui avons duré dans ce métier ne pouvons aller dans les labels et qu'on nous mette au même niveau que la nouvelle génération. C'est impossible. 
 
Que vous inspire la nouvelle génération qui ne cesse de monter en grade?
 
Elle se débrouille vraiment bien. C'est mon sentiment. Elle représente l'avenir comme je l'ai dit. Ceux qui sont là aujourd'hui, ont été enfants et c'est parce qu'on les a soutenus qu'ils ont pu réussir aujourd'hui. Il faut donc qu'on continue de les soutenir.
 
Revenons à votre projet d'album acoustique, est-il tombé à l'eau ?
 
J'ai déjà enregistré un album de dix titres. Je veux d'abord me concentrer sur l'album ''Momé vent''. Ensuite, d'ici décembre, sortir l'album acoustique. Comme je l'ai réalisé avec quelqu'un qui n'est plus parmi nous, je veux lui rendre hommage à travers cette production. Donc, il sera intitulé ''hommage à Madou Diabaté''.
 
Ne pensez-vous pas qu'il était plus opportun de sortir d'abord cet album ?
 
En fait, il était prévu de sortir les deux albums en même temps. Mais les moyens n'ont pas suivi. J'ai préféré sortir en premier l'album mbalax. Aussi, comme les gens disaient que je ne faisais plus du mbalax, j'ai voulu montrer que je suis et reste le maître de l'ambiance.
 
Comment appréciez-vous l'évolution de la musique sénégalaise ?
 
On essaie de garder le cap. C'est ce que je constate. Seulement, beaucoup de choses ont changé. Les donnes ne sont plus les mêmes. Musicalement, on découvre des tempos jeunes. C'est la jeunesse qui porte le flambeau et j'encourage cela. Moi, j'ai aidé beaucoup de jeunes parce que je crois qu'ils représentent l'avenir. Je n'ai plus rien à prouver dans ce métier. Je fais de la musique pour mes fans, les mélomanes et les Sénégalais qui tiennent à moi. Je ne suis pas dans une logique de concurrence. On parle de musique internationale, mais pour moi, c'est la musique nationale qui est la base et c'est elle qu'on doit exporter. 
 
Dans ''Momé vent'', vous chantez le Président Macky Sall et un des ministres de son gouvernement Aly Ngouille Ndiaye. Êtes-vous un militant de l'APR ?
 
Non, je ne suis pas un apériste. C'est juste qu'ils sont mes amis. Encore que je n'ai pas chanté Macky Sall dans tout l'album. Il y a un titre dans lequel je rends hommage à mes amis et je l'y ai associé. 
 
Qu'est-ce qui vous lie au Président Sall ?
 
Notre amitié remonte à très loin. C'est avant qu'il ne soit Premier ministre sous l'ancien régime que je l'ai connu. Sa femme, Marième Faye Sall est une de mes fans. D'ailleurs, c'est une chanson ''koleré'' qui est la sonnerie d'appels de son téléphone. C'est comme cela que j'ai connu Macky Sall et on a cheminé jusqu'à ce qu'il soit élu Président. Depuis son accession au pouvoir, je ne l'ai pas vu vraiment. Mais on échange quand même. Cette chanson n'est qu'un hommage à cette amitié.
 
Que pensez-vous de la situation du pays ?
 
Je demande juste à Macky de prendre en compte les complaintes de ces concitoyens. Je lui demande de les aider et de les soutenir. Qu'il évite les tiraillements car cela plombe l'avancée du pays. Qu'il diminue les prix des denrées de première nécessite.
 
Je tiens quand même à dire que le Macky que je connais est un travailleur très posé et est quelqu'un qui aime son pays.
 
Venons en à ''Momé vent'', votre nouvelle production. Traduit-elle un Fallou Dieng new look ? 
 
C'est vrai que ''Momé vent'' est un nouveau concept que je propose à mes fans. Il coïncide avec un changement physique chez Fallou Dieng. Une personne ne peut garder éternellement le même physique. Peut-être que maintenant, je ressemble plus à un ''kilifeu''. Mais avant tout ''Momé vent'' est plutôt une sensibilisation. Je parle à tous ceux qui un jour ont connu la célébrité. Il faut avoir en tête que le vent tourne et qu'on peut se retrouver de l'autre côté, ailleurs. Il est bien de rester humble quand on est porté au pinacle. Car, un jour, on peut connaître le déclin. 
 
Vous parlez en connaissance de cause, vous avez vécu personnellement cela, peut-être ?
 
C'est possible que ce soit quelque chose que j'ai vécu. Car j'ai connu l'apogée et le déclin. Je pense qu'en composant cette chanson je pensais d'abord à moi. Je suis le premier à être sensibilisé. Cela me permet de savoir comment me comporter pendant mes moments de haut et de bas. Quand on est humble pendant les moments de haut, les gens ne se rendent pas compte de ce qui vous arrive quand le contraire s'opère. Il faut toujours rester modeste. C'est important.
 
C'est au moment où l'on disait que le DLC est en perte de vitesse que vous avez perdu une partie de vos instrumentistes. Comment avez-vous vécu ces moments ?
 
Cela ne m'a pas déstabilisé. Dans  un groupe, tant que  le leader est actif, le groupe marche. Car, le leader peut travailler avec n'importe quels instrumentistes. C'est dire que tant que Fallou Dieng existe, le groupe DLC existera. J'ai connu beaucoup de départs, mais le groupe est encore là. Le DLC, c'est différentes générations. Je suis habitué aux départs. 
 
Quelle danse accompagne ''Momé vent'' ?
 
C'est la danse du ''compas''. C'est moi-même qui l'ai créée. L'inspiration m'est venu naturellement. Vous savez, quand je sors, c'est pour suivre l'évolution de la musique et cela m'aide dans mon travail. Et ceux qui veulent découvrir et maîtriser cette danse peuvent venir samedi au Yeungoulène (NDLR: aujourd'hui). 
 
B.BOB